L’inspection générale des finances dénonce le coût faramineux des agences d’État

Les agences d’État seraient au nombre de 1 244 et emploieraient 442 830 personnes, pour un budget de près de 50 milliards d’euros en 2012, selon un rapport de l’inspection générale des finances.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
imgscan contrepoints700 IGF

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’inspection générale des finances dénonce le coût faramineux des agences d’État

Publié le 18 septembre 2012
- A +

Les agences d’État seraient au nombre de 1 244 et emploieraient 442 830 personnes, pour un budget de près de 50 milliards d’euros en 2012, selon un rapport de l’inspection générale des finances.

Un article du Cri du contribuable.

Dans un rapport (en lien ci-dessous), rendu public ce lundi par Pierre Moscovici (ministre des finances) et Jérôme Cahuzac (ministre du budget), l’inspection générale des finances (IGF) dénonce le sureffectif de centaines d’agences créées par l’État.

Selon ce rapport, commandé sous le gouvernement Fillon, achevé en mars 2012 mais enterré à l’époque pour cause de présidentielle, ces officines de tailles variables coûtent 50 milliards d’euros par an à l’État , le tout pour une efficience toute relative.

Sur le fond, ce rapport critique d’abord le recours systématique de l’État à « des entités qu’il contrôle et qui exercent pour son compte des missions de service public non marchand, alors même qu’il n’existe pas d’analyse systématique de la pertinence du recours à ce mode de gestion ».

Ces agences dont le mode de fonctionnement est parfois opaque, ont été créées au fil du temps, à la petite semaine. Elles sont aujourd’hui si nombreuses que l’État ne sait plus combien elles sont !

Dans ce maquis, on trouve des agences  notamment Pôle emploi, Météo France, l’AMF,  le Centre des Liaisons Européennes et Internationales de Sécurité Sociale, l’Agence de développement de la culture kanak, etc. Aucun recensement n’a été effectué.

Des effectifs pléthoriques

Alors que François Hollande vient d’affirmer que l’État va réduire son train de vie et sa voilure administrative, l’IGF révèle que le nombre de fonctionnaires attachés à ses agences ne cesse pas d’enfler. Entre 2007 et 2012, il a augmenté de 6%. Les effectifs approchent désormais des 450.000 personnes. Toutes profitent de surcroît de budget en hausse chaque année et d’un salaire, en moyenne, plus élevé de 5% que dans le reste de la fonction publique.

L’IGF s’interroge aussi sur la gestion financière de ces organismes, leurs dépenses ou encore les rémunérations des dirigeants.

Dans son audit, l’IGF préconise notamment de prélever sans attendre 2 milliards d’euros dans les caisses de ces agences afin de renflouer le budget de l’État. Certaines d’entre elles bénéficient en effet de taxes affectées. Ainsi, le CNC perçoit-il directement celle prélevée sur la vente des places de cinéma, etc.

Pour l’avenir, l’IGF préconise d’alourdir les contraintes pesant sur ces agences. Reste à savoir si le gouvernement Ayrault aura le courage de trancher dans le vif. C’est dans le projet de loi de finances 2013 qu’il faudra chercher les premières réponses.

Le rapport « l’État et ses agences »

—-
Sur le web.

Voir les commentaires (7)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (7)
  • Depuis l’affaire du sang contaminé, les agences d’Etat servent de fusibles aux hommes politiques responsables mais pas coupables, ce qui explique leur multiplication et le peu de contrôle dont elles font l’objet (les agences comme les hommes politiques).

    Ceci dit, au moment où le gouvernement renifle frénétiquement le sol avec une grosse truffe humide, pour faire croire qu’il cherche 10 milliards d’économies, la sortie opportune de ce rapport de commande ressemble plus à une corde qu’à une ficelle. Dans les ministères, ne vous y trompez pas, les énarques savent très bien combien coûtent ces agences et pour quelle raison ils y ont recyclé du personnel excédentaire.

  • De mémoire, Sarkhozy avait parlé de 1400 agences au cours de sa campagne de 2007. Il les avait qualifiées de parasites « véritables fromages » qui vivent aux dépens de l’Etat, et souvent somptueusement pour un travail ridicule. C’est en fait un mycélium qui pourrit l’Etat par le lobbying et la corruption. Sarkhozy s’était engagé à les supprimer. C’est une des raisons principales qui m’ont fait voter pour lui. Non seulement il n’en a rien fait mais il en a créé des dizaines d’autres par clientélisme. C’est un véritable cancer

  • « Ernesto Rafael Guevara de la Serna  »

    cli che

    Surtout, soyez toujours capables de ressentir au plus profond de votre coeur n’importe quelle injustice commise contre n’importe qui, où que ce soit dans le monde. C’est la plus belle qualité d’un révolutionnaire.
    « Il y a trois sortes de tyrans.
    Les uns règnent par l’élection du peuple,
    les autres par la force des armes,
    les derniers par succession de race. »
    «Soyez donc résolus à ne plus servir et vous serez libres. »

  • 50 milliards dans les agences pour placer les copains
    37 milliards dans les subventions aux associations
    9 milliards d’aide publique au développement
    103 milliards dans les niches fiscales et sociales, dont 32 milliards pour le seul IRPP.

    C

    • je termine : ces mesures clientélistes (et je ne compte même pas le clientélisme direct comme les enveloppes des députés ou sénateurs) représentent plus de 2x le déficit budgétaire.

  • « coûtent 50 milliards d’euros par an à l’État »

    Aux contribuables, pas à l’Etat.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Nicolas Lecaussin. Un article de l'Iref-Europe

Une enquête du Canard enchaîné du 10 mars a apporté, comme on pouvait le prévoir, quelques révélations.

Créé en mars 2020 par l’État, le fonds de solidarité était à l’origine destiné aux petites entreprises et aux indépendants pour faire face aux mesures exceptionnelles prises à cause de la pandémie. Il a été élargi aux PME des secteurs du tourisme, de la restauration et de la culture. Environ deux millions d’entreprises ont perçu, en dix mois, quelque 15 m... Poursuivre la lecture

Par Florent Ly-Machabert.

Renault, Nokia, Airbus, Air France : le ministère du Travail a enregistré depuis le 1er mars près de 200 dépôts de Plan de Sauvegarde de l’Emploi (PSE) et en recense même actuellement 30 par semaine, conduisant à ce jour à supprimer 27 000 postes contre moins de la moitié (13 000) l’an passé à la même époque ; sans compter les centaines de milliers d’intérimaires qui voient leurs contrats s’achever sans perspective de renouvellement, ni les licenciements de moins de 10 personnes, fort nombreux eux aussi, qui f... Poursuivre la lecture

Par Nicolas Lecaussin. Un article de l'Iref-Europe

Dans une interview accordée au journal L’Opinion du 12 juin, le nouveau président de la Cour des comptes, le socialiste Pierre Moscovici affirme : « Il faut sortir de la logique austéritaire » !

Mais où est-ce qu’il a pu voir de l’austérité dans un pays champion du monde des dépenses publiques et des prélèvements obligatoires ?

Les dépenses publiques sont passées de 1020,5 milliards d’euros en 2007 à 1318,6 en 2018. Elles sont de 20 % supérieures à la moyenne de la zone ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles