Nicole Bricq sur LCI : un mensonge par omission

Nicole Bricq (Crédits Mathieu Delmestre-Parti Socialiste licence Creative Commons)

Sur LCI, dans l’émission « le club de l’économie », Nicole Bricq s’est félicité que les impôts réclamés aux Français respectent à la lettre l’esprit de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen du 26 août 1789. Vraiment ?

Sur LCI, dans l’émission « le club de l’économie », Nicole Bricq s’est félicité que les impôts réclamés aux Français respectent à la lettre l’esprit de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen du 26 août 1789. Vraiment ?

Par Philippe Robert.

Nicole Bricq (Crédits Mathieu Delmestre-Parti Socialiste licence Creative Commons)S’agissant, en France, du niveau délirant des prélèvements obligatoires à l’origine d’une substantielle émigration fiscale, à gauche l’on se plaît à rappeler avec suffisance, à l’instar de la ministre du Commerce extérieur Nicole Bricq sur LCI, que la contribution obligatoire exigée des Français, de l’ordre de 44,5% du PIB en 2012, est également répartie entre tous les citoyens en raison de leurs facultés.

Ce disant, Madame Bricq faisait directement allusion, en son article 13, à la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen du 26 août 1789. Il n’en demeure pas moins que la vérité oblige à dire qu’il ne suffit pas de ne prendre, dans cet article 13, que ce qui vous arrange en laissant subrepticement de côté la partie qui risque de compromettre votre démonstration et même, dans le pire des cas, de la rendre caduque.

Ainsi, restituée dans toute son intégrité, la Déclaration des droits de 1789 stipule-t-elle avec toute la précision requise que “pour l’entretien de la force publique, et pour les dépenses d’administration, une contribution commune est indispensable : elle doit être également répartie entre tous les citoyens, en raison de leurs facultés”.

Dès lors que l’on omet de parler d’une égalité de traitement entre tous les citoyens en raison de leurs facultés, ce qui implique clairement une obligation de flat tax, c’est-à-dire un taux unique pour tous générant de la part de chacun des contributions différentes mais justes en raison de leurs facultés, voilà où se trouve la vraie justice fiscale mise à mal par la notion d’impôt progressif si chère aux socialistes.

Cette notion de progressivité n’a donc aucune justification morale, contrairement à ce que toutes les gauches hurlant au loup à l’unisson s’acharnent à faire accroire aux Français généralement inféodés à l’idéologie de la lutte des classes, puisque cette posture consiste, en définitive, à flatter les bas instincts des populations ignorantes tels que l’envie et la jalousie dans le seul but de capter leurs suffrages.

Puis-je enfin modestement rappeler qu’il ne suffit pas de manipuler les faits à sa guise pour donner force de vérité à un raisonnement. Ainsi en est-il de la phrase fameuse de Michel Rocard : “La France ne peut accueillir toute la misère du monde” se poursuivant par “mais elle doit savoir en prendre fidèlement sa part”. Trop souvent, les aficionados omettent de citer le second corps de phrase : ce qui change tout.

—-
Sur le web.