Comme Shell, les grandes entreprises fuient les banques européennes

La création de banques « corporates » se généralise : Shell retire ses billes des banques européennes

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
shell logo (Tous droits réservés)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Comme Shell, les grandes entreprises fuient les banques européennes

Publié le 9 août 2012
- A +

La création de banques « corporates » se généralise : Shell retire ses billes des banques européennes, mon chat passe sa patte par dessus son oreille… Un orage serait il en train de chauffer ?

Par Thibault Doidy de Kerguelen

shell logoL’information est tombée le 6 Août 2012, dans «The Times» : Shell est en train de retirer 15 milliards de dollars de liquidités des banques européennes pour les placer dans des banques américaines ou les investir en bons du Trésor américain. C’est le directeur financier de Shell, Simon Henry « himself » qui l’a annoncé.

Pour comprendre ce genre de décision, il faut savoir que depuis la faillite de Lehman Brothers en septembre 2008, toutes les grandes entreprises disposent de systèmes de gestion de leur risque de contrepartie bancaire, et que ces systèmes intègrent à la fois la valeur de cotation des CDS des différents organismes bancaires de la place et les notes que les principales agences de notation leur accordent. Tout cela sert un coefficient de risque et aussitôt que cette valeur dépasse un certain seuil déterminé par le trésorier ou le directeur financier de la société, il convient pour l’entreprise de s’éloigner le plus vite possible des banques concernées.

Si le cas de Shell n’est pas unique, la solution mise en place par de plus en plus d’entreprises européennes est quelque peu différente.

Rappelez vous, il y a presque un an, Siemens avait retiré 500 millions d’euros de la Société générale, afin de les placer, via sa banque corporate, auprès de la Banque centrale européenne (BCE). C’est ce principe de la banque corporate qui commence à avoir du succès. Tout le monde connait RCI Banque, la banque «maison» de Renault qui offre aujourd’hui aux particuliers la possibilité d’ouvrir des comptes-épargne. Mais outre Siemens et Renault, il y aussi Daimler ou Volkswagen, ou un certain nombre de grands groupes de distribution.

Récemment, c’est le directeur financier d’EADS, Hans Peter Ring, qui a annoncé, juste avant de partir en retraite, que le groupe aéronautique envisage de se doter d’une licence bancaire. Il a indiqué très sérieusement se faire plus de soucis pour la solidité de certaines banques que pour les avions du groupe. Disposer de sa propre licence bancaire permettrait à EADS, qui est souvent mieux noté par les agences de notation que ses créanciers, de mieux protéger ses placements en liquidités, actuellement de 11 milliards de dollars.

Une licence bancaire en zone euro permet aussi à toutes ces sociétés de profiter des parachutages de milliards d’Euros qu’organise régulièrement Mario Draghi et ainsi de se refinancer à bon marché directement auprès de la Banque centrale européenne (BCE).

Tous ces mouvements de la part de grosses sociétés européennes préfigure-t-il un «bank run» ?

Mais non, voyons, puisque «jusque là, tout va bien…»
—-
Sur le web

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • TU parles… A quand les limitations imposees par l’Etat? Pendant cobien de temps ces tentreprises auront elles le droit d’avoir aussi une license bancaire? Combien de temps les lobbys vont ils mettre pour interdire la multiplicatio des licenses bancaires? Ca va arriver… Il y a trop de fric en jeu.

  • Si les européens avaient la modestie de reconnaître que le commerce international (y compris et surtout Oil&Gas) réalise pour l’essentiel ses bénéfices HORS U.E.,
    ET que la devise dominante des invest & transactions s’y comptabilise en US $ , alors il est logique que les corporations jouent l’équilibrage de leur trésorerie et réserves en capital de cette façon !

    Qui serait assez sot pour garnir encore son panier grec d’€ sachant que demain viendra leur cata rédemptrice de décennies d’abus ?
    Si l’argumentaire (bêtement) tenu à l’époque de Silgy consistait à dire que 40% du commerce était intra-communautaire, il n’y a pas de raison d’en stocker là plus que nécessaire, non ?
    Puis, outre les corporations, n’a-t-on pas constaté que le panier des chinois ne s’intéresse à l’€ qu’en proportion des 25% d’exportation qu’y représente l’U.E. (plus les fonds dont ils ont besoin pour acquérir sélectivement les perles européennes, laissant les charges des laggards aux bons soins des politiques subsidiantes de nos Etats ?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Au Forum financier international qui vient de se tenir à Paris, le gouverneur de la Banque de France a confirmé l’intention des banques centrales de créer un euro numérique. En même temps, dans un article récent, Le Figaro se demande : « Euro numérique : à quoi servira la nouvelle monnaie européenne ? » Excellente question, à laquelle j’ai bien peur que la réponse soit « à rien ».

Dans nos pays développés, nous disposons d’une vaste gamme de moyens de paiement : outre les chèques et les espèces, une multitude de cartes de crédit et plu... Poursuivre la lecture

Les banquiers centraux sont en réunion sous le soleil du Portugal cette semaine… Ils ne pouvaient pas sûrement pas l’annuler et ainsi faire des économies d’énergies, ce qui est réclamé à la population : « L'effort [pour économiser l’énergie] doit être immédiat, collectif et massif. Chaque geste compte » écrivent des zombies dans Le Journal du Dimanche. Mais les dirigeants avaient besoin de se voir et de s'embrasser. Ne se mettent-ils pas en danger d’une contamination ? Ont-ils porté le masque à tout moment ? Ces manquements-là ne sont rien pa... Poursuivre la lecture

Article disponible en podcast ici.

Plus Christine Lagarde renie Bitcoin, plus elle met en évidence les bénéfices de Bitcoin face à sa gestion monétaire.

Nous verrons donc les trois bénéfices du Bitcoin les plus détestés de Christine Lagarde.

 

Gestion apolitique et neutre

Que vous soyez de gauche comme de droite, femme ou homme, jeune ou vieux, Français, Russe ou Chinois, en guerre ou en paix, le Bitcoin est ouvert à tous sans aucune restriction.

Tout le monde peut utiliser le bitcoin aussi bien comme ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles