L’augmentation des dépenses de santé marque le pas dans l’OCDE

L’augmentation des dépenses de santé a enregistré en 2010 un fort ralentissement, voire une baisse en termes réels dans la quasi-totalité des pays de l’OCDE

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’augmentation des dépenses de santé marque le pas dans l’OCDE

Publié le 6 juillet 2012
- A +

L’augmentation des dépenses de santé a enregistré en 2010 un fort ralentissement, voire une baisse en termes réels dans la quasi-totalité des pays de l’OCDE, inversant ainsi une tendance à long terme de progression rapide.

Selon l’édition 2012 de la Base de données de l’OCDE sur la santé, les dépenses de santé des pays de l’OCDE ont augmenté en moyenne de près de 5% par an en termes réels au cours de la période 2000-2009, mais ont connu une croissance égale à zéro en 2010. Les chiffres préliminaires dont on dispose pour un nombre limité de pays laissent présager pour 2011 une augmentation faible, voire inexistante. L’arrêt de la progression des dépenses de santé en 2010 s’explique par un recul de 0,5% des dépenses publiques, après une hausse de plus de 5% par an en 2008 et 2009.

Si la plupart des pays ont maintenu le niveau de leurs dépenses de santé au début de la crise économique, les coupures budgétaires ont véritablement commencé à prendre effet en 2010, particulièrement dans les pays européens les plus durement touchés par la récession.

En Irlande, les restrictions imposées en matière de dépenses publiques se sont traduites en 2010 par une baisse de 7,6% du montant total des dépenses de santé, lequel avait augmenté de 8,4% par an en moyenne entre 2000 et 2009. De même, les dépenses de santé de l’Islande ont chuté de 7,5% suite à une réduction de 9,3% des dépenses publiques. S’agissant de l’Estonie, les dépenses de santé – dont le taux de croissance annuel a frôlé une moyenne de 7% par an tout au long de la période 2000-2009 – ont plongé de 7,3% en 2010, en raison d’une réduction des dépenses publiques et privées. En Grèce, les estimations des dépenses de santé indiquent une baisse de 6.5 % en 2010, après une augmentation annuelle moyenne de plus de 6% entre 2000 et 2009.

Les pays ont réduit leurs dépenses publiques au moyen de diverses mesures. L’Irlande a opté principalement pour une baisse des salaires et des tarifs payés aux professionnels et aux sociétés pharmaceutiques, et pour une réduction effective du nombre de professionnels de la santé. L’Estonie a réduit les coûts administratifs de son ministère de la Santé, ainsi que le prix des services de santé remboursés par le régime public.

Plusieurs pays – dont l’Estonie, l’Irlande, l’Islande et la République tchèque – ont également suspendu leurs plans d’investissement, tout en s’efforçant de gagner en efficience par des fusions d’hôpitaux ou de ministères, ou en développant de plus en plus les soins et la chirurgie ambulatoires au lieu des hospitalisations. L’utilisation plus grande de médicaments génériques a aussi été encouragée dans un certain nombre de pays.

D’autres mesures visent à accroître les montants à la charge des patients. Ainsi, l’Irlande a augmenté la part des paiements incombant directement aux ménages pour les médicaments et les appareils médicaux délivrés sur ordonnance. La République tchèque a opté pour la hausse des tarifs d’hospitalisation.
Hors d’Europe, la croissance des dépenses de santé a ralenti en 2010, pour atteindre environ 3% aux États-Unis, au Canada et en Nouvelle-Zélande. Elle est restée supérieure à 8% en Corée.

Les dépenses de santé ayant enregistré en 2010 une croissance égale à zéro dans l’ensemble de la zone OCDE, le pourcentage du PIB consacré à ce secteur s’est stabilisé, voire a diminué légèrement, dans la plupart des pays. Ces dépenses ont représenté en moyenne 9,5% du PIB dans les pays de l’OCDE pour l’année 2010, contre 9,6% en 2009.

En pourcentage du PIB, c’est de loin aux États-Unis que les dépenses de santé sont restées les plus élevées en 2010 (17,6 %) ; viennent ensuite les Pays-Bas (12%), la France et l’Allemagne (11,6%). Le Mexique (6,2%) et la Turquie (6,1%) sont les pays qui consacrent à la santé la part la plus faible du revenu national. Au Japon, la proportion des dépenses affectées à la santé a augmenté sensiblement ces dernières années (9,5% contre 7,6% en 2000), atteignant désormais la moyenne de l’OCDE. Ce pourcentage a également enregistré une hausse en Corée (7,1% en 2010, par rapport à 4,5% en 2000).

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • Mais quelle honte les capitalistes mangeurs d’enfants veulent tuer les malades , nationalisons toutes affaires cessantes la santé dans son intégralité!Ou alors compte épargne santé et crédit d’impôt pour les plus modestes …comme à Singapour!

    • ou compte épargne santé sans crédit d’impôt.

      Mais surtout surtout liberalisation de la santé (tant sur la règlementation que sur les impôts et taxes déguisées).

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Adrien Hall. Un article de l'IREF Europe.

Dans une étude récente sur la situation économique de la France, l’OCDE s’inquiète de la dérive de nos finances publiques et invite le gouvernement à engager d’urgence des réformes structurelles.

Le couperet de l’OCDE vient de tomber et il est sans appel. La situation économique française est mauvaise et nos comptes publics sont dans le rouge. L’OCDE s’inquiète de l’augmentation « marquée » de la dette publique pendant la crise covid et nous enjoint de « développer une stratégie de ... Poursuivre la lecture

Par Nathalie MP Meyer.

Pour le ministre de l’Économie Bruno Le Maire, tout avait plutôt bien commencé. « Cher Bruno », a déclaré en substance le secrétaire général de l’OCDE Mathias Cormann jeudi dernier, alors qu’il présentait la nouvelle étude économique de l’OCDE sur la France, le soutien public français pendant la crise du covid a été « impressionnant et très efficace » et le rebond induit par « l’accélération impressionnante » de la vaccination va permettre à la France de retrouver en 2021 son niveau d’activité de 2019.

Mai... Poursuivre la lecture

Par Nelly Guet.

En 2021, le contrôle continu représentera 82 % de la note finale, l’épreuve écrite de philosophie et le grand oral les 18 % restants. Petit rappel : en 2020, seules les notes obtenues par le contrôle continu avaient été retenues, à l’exception de celles obtenues pendant le confinement.

Analyse de la session 2020 par l’OCDE

Les comparaisons de l'OCDE sont sur ce point très instructives : en fin de scolarité secondaire il est contreproductif d'être généreux sur l'obtention des diplômes. Certains pays, dont ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles