La grande Arnaque de l’euro

« La Grande Arnaque de l’euro », de la chaîne allemande ARD, montre comment les politiciens européens se sont trompés l’un l’autre sur l’euro.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La grande Arnaque de l’euro

Publié le 4 juillet 2012
- A +

Un reportage choc a été diffusé hier sur la chaine TV publique allemande ARD, incriminant l’UE, mais aussi les politiciens allemands, dans les fraudes aux critères de Maastricht qui ont eu lieu pour le lancement de l’euro.

Par Richard North, depuis Bradford, Royaume Uni.

La chaine de télévision allemande ARD a diffusé lundi 2 juillet au soir un documentaire très intéressant, intitulé, la Grande Arnaque de l’euro, qui reconstruit comment les politiciens européens se sont trompés les uns les autres sur l’euro.

euro 091-uas.jpg

La crise de l’euro, y apprend-on, est une histoire de fraudes et de tromperies ; tous les membres, même les Allemands, sont impliqués.

D’après notre source, le documentaire montre que la Bundesbank (Tietmeyer, Issing) a averti Kohl et Waigel que la Grèce et la Belgique n’étaient pas en conformité avec les règles de l’Union Monétaire Européenne. Regling, le Directeur Général de la Commission de l’Union Européenne, le savait aussi. Ces vieux hommes amers ont été interviewés.

Quand les Grecs ont voulu rejoindre l’euro, les analystes de la Bundesbank ont pu voir que les données étaient apparemment falsifiées. Un membre de conseil d’administration de la Bundesbank a publié ses remarques mais, comme résultat, s’est fait sévèrement remonter les bretelles par Hans Eichel.

Eichel et Schröder ont ensuite décidé que l’Allemagne ne devrait pas non plus être en conformité avec les règles. Des officiels de haut rang de la Bundesbank et des politiciens de premier plan ont donc délibérément dit des mensonges à la population, qui doit maintenant payer la facture.

Un programme de cette nature aurait dû être de la dynamite dans le débat politique allemand, sauf qu’il a été programmé tard dans la soirée, de 22h45 à 23h30. Les journaux du 3 juillet n’ont pas (pour l’instant) commenté ce programme.

S’il y a des Germanophones qui souhaitent servir le public, une traduction des passages clés serait vraiment utile, pour donner une plus grande audience à ce documentaire, ne serait-ce que pour faire contraste avec celui, bien plus faible, de Peston (journaliste britannique, NdT).

—-
Sur le web.

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • L’article résume bien le docu. La déclaration la plus révélatrice était peut-être celle de Schröder qui affirme que si c’était à refaire, il déciderait à nouveau de laisser l’I adhérer à l’eurozone, bien qu’il soit aujourd’hui clairement avéré qu’elle ne respectait pas plus les critères que la GR et qu’elle a usé de la même cosmétique comptable pour enjoliver ses comptes.

  • Tout les pays ont trafiqué pour faire partie de l’eurozone.
    Car tous y voyait un bien pour leur économie.
    Les pays du Nord ont eu raison (Allemagne, Suède, Danemark, Pays-bas).
    Les pays du Sud on teu tord (Espagen France, Italie, Portugal, Grèce).
    La raison de cette différence : c’est la travail et le sérieux des pays du Nord.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

« La Commission européenne envisage un nouvel emprunt pour reconstruire l'Ukraine, dévastée par bientôt trois mois de guerre. » indique TF1 info qui précise « une éventuelle levée de fonds suscite toutefois des réticences dans les pays du nord de l'Union. »

Après 750 milliards d'euros de dette commune émise pour le plan européen de relance post-covid, Bruxelles se sent pousser des ailes et propose maintenant d’aider à la reconstruction de l’Ukraine.

Signalons à tout hasard à Bruxelles que l’Ukraine est encore en démolition, aucu... Poursuivre la lecture

Les drames aux urgences hospitalières rebondissent avec le retour massif des malades non covid. En 2019 les services d’urgences connaissaient déjà la crise la plus grave depuis ces 10 dernières années, avec plus de 25 000 000 passages par an.

Il n’était pas rare de rester 12 heures sur un brancard avant d’être pris en charge. Désertées par les malades paniqués par le covid pendant la pandémie elles connaissent un nouvel afflux alors que 20 % des lits sont fermés faute de personnels.

La liste des hôpitaux en difficultés est longue <... Poursuivre la lecture

À cause de l'inertie de la Banque centrale, sur un an, l'euro a chuté de 14 % par rapport au dollar.

Mais pas d’inquiétude, explique un article chez Bloomberg. Cela touche toutes les monnaies, pas seulement la nôtre.

La livre sterling est aussi en baisse de plus de 10 %, et le yen, la pire des grandes devises, a chuté de près de 15 % sur un an, par rapport au dollar.

L’auteur, Marcus Ashworth, précise que « c’est un problème collectif. Et la résolution du problème sera collective également… »

Par ailleurs, Capital ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles