Le temps ne fait rien à l’affaire : Éric Zemmour et la définition de l’injure

Les paroles d’une chanson du rappeur Youssoupha, qui traitaient Éric Zemmour de « con », ne sont pas constitutives d’une injure publique, selon une décision rendue par la Cour d’appel de Paris le 28 juin 2012.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Haddock

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le temps ne fait rien à l’affaire : Éric Zemmour et la définition de l’injure

Publié le 3 juillet 2012
- A +

Les paroles d’une chanson du rappeur Youssoupha, qui traitaient Éric Zemmour de « con », ne sont pas constitutives d’une injure publique, selon une décision rendue par la Cour d’appel de Paris le 28 juin 2012.

Par Roseline Letteron.

« À force de juger nos gueules, les gens le savent qu’à la télé souvent les chroniqueurs diabolisent les banlieusards, chaque fois que ça pète on dit que c’est nous, je mets un billet sur la tête de celui qui fera taire ce con d’Éric Zemmour ». 

Ces paroles, extraites d’une chanson du rappeur Youssoupha, ne sont pas constitutives d’une injure publique, au sens de l‘article 29 de la loi du 29 juillet 1881. C’est du moins ce que vient de décider la Cour d’appel de Paris le 28 juin 2012. La décision peut surprendre, d’autant que le juge de première instance, intervenant sur plainte d’Éric Zemmour, avait considéré que le délit était constitué, relevant une « expression injurieuse ayant pour objet de faire taire un chroniqueur ».

Injure et diffamation

Cette divergence d’interprétation témoigne de l’incertitude de la notion d’injure, son contenu étant finalement laissé à l’appréciation du juge du fond. La loi, quant à elle, définit l’injure comme « toute expression outrageante, terme de mépris ou invective qui ne renferme l’imputation d’aucun fait ». Cette référence à un fait précis permet, en principe, de distinguer l’injure de la diffamation. C’est ainsi qu’un autre rappeur a finalement échappé à la condamnation pour diffamation, alors qu’il  attaquait  la police nationale en affirmant : « Les rapports du ministre de l’intérieur ne feront jamais état des centaines de nos frères abattus par les forces de police, sans qu’aucun des assassins ait jamais été inquiété ». Aussi violentes soient-elles, ces paroles ne font référence à aucun fait précis susceptible d’être discuté devant le juge, et la qualification de diffamation doit être écartée. La démonstration de l’existence de ces faits, qualifiée d’« exception de vérité », permet ainsi à la personne mise en cause d’éviter la condamnation.

En matière d’injure, point d’exception de vérité. On ne voit pas très bien comment le rappeur aurait pu démontrer qu’Éric Zemmour était un « con« . La qualification d’injure était donc la seule possible en l’espèce. Mais elle relève d’un certain nombre de critères, dont l’articulation n’est d’ailleurs pas clairement définie par les juges.

Entre personnes publiques, tous les noms d’oiseaux sont permis

Le premier d’entre eux réside dans les protagonistes eux-mêmes. La Cour européenne, depuis une décision du 26 avril 1995, Prager et Oberschlick c. Autriche, affirme que les journalistes et hommes politiques doivent être traités avec davantage d’indulgence, car le débat politique peut quelquefois être vif,« comporter une certaine dose d’exagération, voire de provocation », et tolérer ainsi des propos qui seraient injurieux dans un autre contexte. Et la Cour d’estimer que l’auteur d’un article très violent traitant d’« imbécile » le responsable d’un parti politique n’est pas vraiment coupable d’injure. Le rappeur qui veut « mettre un billet sur la tête de celui qui fera taire ce con d’Éric Zemmour » est-il au cœur d’un débat politique ? On peut sérieusement en douter, mais la Cour estime pourtant que le rap est « un style artistique permettant un recours possible à une certaine dose d’exagération ». Quant à Éric Zemmour, il est qualifié de « personnage public », vis-à-vis duquel « une plus grande tolérance s’impose ». Certes, mais ce n’est pas lui qui est poursuivi pour injure.

On doit donc en déduire que lorsque le débat se déroule entre deux personnages publics, politiques ou médiatiques, tous les noms d’oiseaux sont autorisés, ou presque.

Exception de provocation ?

Le second élément réside cette fois dans l’attitude du requérant, qui peut justifier une « exception de provocation ». Chacun sait que le chroniqueur Éric Zemmour n’hésite guère à tenir des propos provocateurs, et le juge le fait évidemment remarquer. Au plan judiciaire pourtant, la qualification d’injure ne peut être écartée que si le requérant a lui même suscité la vivacité du débat. Or, Éric Zemmour, avec le sens de la nuance que chacun lui connaît, avait qualifié le rap de « sous-culture d’analphabètes ».

Ce propos peut-il permettre de justifier une « excuse de provocation », c’est-à-dire d’exonérer de sa responsabilité pénale une personne qui ne fait que réagir, à chaud, à des propos qu’elle juge insupportables ? Certainement pas, car le juge considère que la réaction doit alors être « immédiate et irréfléchie ». Tel n’est pas le cas en l’espèce, puisque la chanson a été composée après les propos de Zemmour, le rappeur ayant eu largement le temps de se calmer.

Le dernier élément de définition de l’injure réside évidemment dans la teneur des propos. Si l’on en croit la Cour d’appel, le terme de « con » est sans doute un peu excessif, mais ce n’est pas un injure, du moins lorsqu’il s’intègre dans le débat public… Sur ce point, la jurisprudence ne surprend pas, elle amuse.

Souvenons-nous qu’il n’y a pas si longtemps, en 2009, les juges ont confirmé la condamnation d’un manifestant, dont le seul tort était d’avoir brandi, au passage du Chef de l’État, une affichette sur laquelle était écrit « Casse-toi, pov’con ». La formule est certes peu gracieuse, mais elle se bornait à reprendre des propos tenus par le Président lui-même, plus d’un an auparavant, s’adressant à un visiteur du salon de l’agriculture qui ne souhaitait pas lui serrer la main. Il est vrai que l’intéressé a été poursuivi pour offense au Chef de l’État, accusation autrement plus grave qu’injure à Éric Zemmour. Quant à l’auteur initial du « Casse-toi, pov’con », son statut pénal interdisait toute poursuite.

—-
Sur le web.

Voir les commentaires (11)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (11)
  • Rien de nouveau sous nos cieux:

    « Selon que vous serez puissant ou misérable,
    Les jugements de cour vous rendront blanc ou noir. »

  • Donc on peut traiter Zemmour de con, pas de problème. Mais lui n’a pas le droit de remarquer que si les flics arrêtent plus de maghrébins que d’autochtones, c’est parce que les premiers finissent plus souvent derrière les barreaux que les seconds.

    Zemmour est un paria.

    • La justice est bonne fille puisque vous avez droit de partager les sous-entendus racistes de Zemmour.
      Bien évidemment qu’il y a plus d’arrestations d’immigrés dans certaines banlieues puisque c’est là qu’on a concentré les populations pauvres d’origine étrangère. Mais dites moi, est-ce que vous vous êtes intéressé à la couleur de peau des principaux responsables de l’évasion fiscale et de la délinquance financière, qui concerne des sommes autrement plus importantes que le montant de tous les petits trafics réunis ?
      C’est en ne voyant que ce qu’il veut bien voir et en procédant par sous-entendus que Zemmour montre toute sa malignité.

      • Gilbert, je préfère me faire escroquer par un délinquant en col blanc que de me faire tirer dessus à la kalachnikov par le client refoulé d’une discothèque…

  • Donc, si je comprend bien, si je dis « ce con de voisin a encore garé sa chiotte devant mon garage », c’est injurieux, par contre si j’entends dire à la télé « ce con de Hollande a bien baisé les crétins qui ont voté pour lui », ce ne sera pas une injure parce que ça participe au débat public ?
    J’ai de plus en plus de mal à comprendre la justice française. C’est mauvais signe.
    A la limite j’aurai compris que la cour dise que l’injure était constituée mais qu’en l’espèce, compte tenu des circonstances, il y avait lieu de relaxer le prévenu. Mais là … on nage en plein doublelanguage.

  • Curieux cette analyse : a-t-il échappé à Madame Letteron que l’élément « problématique » dans les « paroles » (si l’on peut dire) du « chanteur » Youssoupha n’était pas le qualificatif de « con » mais la menace de mort contenue dans l’expression « je mets un billet sur la tête de celui… » ? Il est vrai que notre « chanteur » s’est un peu emmêlé les pinceaux puisque même le sens d’une expression populaire lui échappe. Alors qu’il voulait sans doute dire qu’il passait un contrat sur la tête de Zemmour (qu’il récompenserait celui qui le « ferait taire »), il emploie à mauvais escient l’expression « mettre un billet sur la tête de » puisque, in fine, et en bon argot, c’est celui qui « ferait taire » Zemmour qui est menacé… Comme quoi Zemmour était encore trop optimiste : les rappeurs ne maîtrisent même pas les codes de la sous-culture.

  • Liberté d’expression…
    Quand il s’agit de vouloir faire taire un chroniqueur qui n’est pas « langue de bois » , la justice approuve, ce n’est pas nouveau dans notre démocratie!

  • la décision de la cour d’appel sera probablement annulée si il y a pourvoi en cassation

  • Ce con de juge aura donc le plaisir de se voir saluer de la sorte a chacun de ses proces…pas dinjure pas doutrage lierte dexpression et double languauge…bonsoir connard!

  • Quelle décadence … la justice qui considère comme « normal » et presque nécessaire l’usage de la rhétorique sophistique dans l’espace public …

    La spirale de destruction de la propagande au quotidien n’est pas prêt de s’arrêter. D’un côté, c’est normal, comment pourrait on se mettre spontanément à stigmatiser un personnage un peu boueux en particulier quand tout le monde se roule dedans au quotidien, en particulier les puissants ..

  • Ce simple fait que le président de la république peut se permettre l’injure en toute impunité tandis que la même injure à son encontre se voit sanctionnée montre bien que nous sommes dans une justice de classe. Ce seul exemple ne suffit pas, bien sûr, alors ajoutons-y la délinquance financière peu sanctionnée comparativement à la délinquance dite de banlieue.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
Eric Zemmour
0
Sauvegarder cet article

La spirale de l’échec continue pour Reconquête!, le parti nationaliste d’Éric Zemmour : après un score médiocre à la présidentielle, le premier tour des élections législatives de dimanche a confirmé son décrochage avec 4,2 % des suffrages exprimés.

🔴🎥 La réaction des militants d’Éric #Zemmour - éliminé au premier tour - lorsque Jean-Luc #Mélenchon a pris la parole hier soir.@QOfficiel pic.twitter.com/T56ZFpexHO

— Élections 2022 🗳 | #JeVote (@2022Elections) June 13, 2022

Porté par des sondages ... Poursuivre la lecture

populisme
0
Sauvegarder cet article

L’irrésistible montée du populisme vient encore d’être mise en évidence par les résultats de l’élection présidentielle française. Certes la coalition des mécontentements n’a pas conquis le pouvoir, mais elle s’en rapproche. L’avenir est donc périlleux. La foule reste mécontente, mais la foule n’est pas le peuple. Voilà bien l’essence du populisme qui, malgré l’étymologie, s’adresse à la foule en colère pour lui promettre ce qu’elle désire, sans le moindre souci de faisabilité.

 

L’irrésistible montée du populisme

Il suffit ... Poursuivre la lecture

C’est incompréhensible. À dix jours du premier tour de l’élection présidentielle 2022, la campagne électorale ne parviendrait pas à intéresser les Français ! D’après l’institut de sondage Ifop, seulement 56 % d’entre eux ont évoqué le sujet dans leurs conversations de la semaine dernière alors qu’en 2017, ils étaient 80 % à le faire à la même époque ! Ne dirait-on pas que les Français trouvent la campagne mortellement ennuyeuse ?

Alors permettez-moi de m’insurger. C’est trop injuste ! Trop injuste pour nos candidats, trop injuste pour ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles