Attention à vos investissements dans l’immobilier locatif et à la « pierre-papier »

Il n’est pas très judicieux d’investir dans l’immobilier locatif. Contrôle des loyers, renforcement des charges et taxes, renforcement des embûches à l’expulsion des locataires mauvais payeurs ou dégradateurs, suppression des incitations fiscales, etc., l’immobilier locatif a perdu toute chance de constituer une source de revenus.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Immeubles parisiens place Saint Georges

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Attention à vos investissements dans l’immobilier locatif et à la « pierre-papier »

Publié le 29 juin 2012
- A +

Il n’est pas très judicieux d’investir dans l’immobilier locatif. Contrôle des loyers, renforcement des charges et taxes, renforcement des embûches à l’expulsion des locataires mauvais payeurs ou dégradateurs, suppression des incitations fiscales, etc., l’immobilier locatif a perdu toute chance de constituer une source de revenus.

Par Thibault Doidy de Kerguelen.

Immeubles parisiens place Saint Georges

Vous voulez savoir à quelle sauce vous allez être mangés? Le candidat Hollande, dans une interview à PAP, a exposé dans le détail son plan pour le logement. Prendre le temps de le lire, c’est prendre le temps d’adapter son patrimoine en fonction des intempéries qui se préparent.

Nous avions compris, à la lecture de ce projet et aux déclarations récentes de son ministre, qu’il n’était pas très judicieux d’investir dans l’immobilier locatif. Contrôle des loyers, renforcement des charges et taxes, renforcement des embûches à l’expulsion des locataires mauvais payeurs ou dégradateurs, suppression des incitations fiscales, contraintes dans les règles de construction, fiscalisation renforcée des logements vacants, bref, à part (et pour combien de temps?) le locatif meublé, l’immobilier locatif a perdu toute chance de constituer une source de revenus. Restait le locatif professionnel et, en particulier, les fonds d’investissement, ce qu’on appelle généralement la « pierre papier ». Mais voilà, deux phrases du candidat Président dans cette même interview sèment l’effroi: « … il sera demandé aux sociétés d’investissement immobilier cotées de participer à l’effort de la nation de sorte qu’elles investissent dans des logements utiles au plus grand nombre en contrepartie d’avantages fiscaux dont elles bénéficient. Nous examinerons également comment mettre à contribution les grandes sociétés d’assurances et les banques qui détenaient historiquement des logements intermédiaires et qui ont délaissé ce secteur d’investissement. Je souhaite qu’elles y reviennent…. »

Cette phrase semble ne viser que les SIIC. En effet, plus aucune aujourd’hui ne dispose de logement locatif dans leur portefeuille (à part deux avec du locatif meublé) et ce pour une excellente raison, ce secteur n’offre quasiment aucune rentabilité. Toutes se sont concentrées sur les bureaux et les centres commerciaux. En fait, tous les véhicules d’immobilier sont visés dès lors qu’ils peuvent, directement ou indirectement bénéficier d’avantages fiscaux.

La profession dit préparer un dossier-argumentaire afin d’expliquer au nouveau gouvernement les raisons pour lesquelles ces contraintes seraient vite contre productives. Le problème, c’est que d’une part, l’actuel gouvernement n’entend engager quelque dialogue que ce soit avec des partenaires qui ne soient pas « sociaux » et que, d’autre part, face au blocage de la situation, du essentiellement à son positionnement idéologique, il est bien contraint de trouver des solutions pour trouver une bulle d’air sur le marché du locatif. Ne disposant d’aucun moyen financier, s’étant coupé du levier que représentait la défiscalisation, il n’a d’autre solution que d’obliger par la contrainte légale les investisseurs institutionnels à faire ce que ni lui ni les particuliers ne peuvent plus faire. Cela durera ce que cela durera. C’est encore et toujours le dirigisme et, encore et toujours, cela nous conduira inévitablement à la catastrophe. En attendant, soyez vigilants sur vos investissements en pierre-papier. Attendez de voir ce qui va sortir du chapeau gouvernemental le mois prochain.

Sur le web

Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)
  • Les investissements pierre-papier vont faire surtout ciseaux.

  • Certe l’immobilier ne sera peut-etre plus rentable mais ca restera une valeur sure contrairement aux monetaires en euro…

  • Avec une imposition sur les plus values immobilieres passees a 30 ans avant Hollande, et qui va peutbetre diminuer un peu imaginez : vous etes imposes meme sur l inflation des 30 dernieres annees !!

    Apres, etonnez-vous que les gens ne trouvent pas de location a prix raisonnable…

    Et ca bloque les ventes, ce qui fait monter les prix… Enfin on laisse la porte ouverte aux promoteurs pour forcer a construire du neuf et quand c est fini on coupe l avantage fiscal scellier quand des promoteurs s en sont mis plein les fouilles avec des immeubles vendus en incluant l avantage fiscal… Qui est susceptible d etre repris d une facon ou d une autre (isf, plus value, plafonnement de loyer, plafonnement de niches fiscales…).

    C est plus de l incitation c est de la manipulation : fuyez les niches, ce sont des boomerang …

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Frédéric Mas.

Logement social : l'Etat se substituera aux maires en cas de manquement, selon @EmmWargon invitée de #RTLMatin avec @VenturaAlba pic.twitter.com/KECV44mEoX

— RTL France (@RTLFrance) December 7, 2020

Dans une tribune donnée au Journal du Dimanche, la ministre du Logement Emmanuelle Wargon a affirmé sa volonté de conduire une « politique ambitieuse » en matière de logement pour relancer la « mixité sociale » sur tout le territoire. Selon madame Wargon, les bases d’un « nouveau ... Poursuivre la lecture

Pascal Beuvelet.

J’ai traversé toutes les grandes crises qui ont affecté l’immobilier.

1973 : premier choc pétrolier ; 1981 : élection de François Mitterrand ; 1990 -1997 : Tempête du désert et bulle spéculative ; 2007-2008 : crise des subprimes.

Toutes ces crises avaient une origine politique et/ou économique.

La situation actuelle est sans précédent. Il n’existe aucun point de comparaison historique sur lequel nous appuyer ! Cependant, en immobilier, pas plus que dans d’autres domaines, je ne crois en un bouleversemen... Poursuivre la lecture

Par Simone Wapler.

Deux mesures - censées améliorer les rapports entre locataires et bailleurs et fluidifier le marché - sont actuellement à l’étude. Elles ont un point commun : rendre inévitable le recours à un professionnel de l’immobilier.

La première mesure consisterait à créer un fichier national des locataires « mauvais payeurs » consultable par les seuls agents immobiliers, les particuliers et bailleurs qui gèrent en direct n’y ayant pas accès. C’est une initiative privée, émanant de la Fédération Nationale de l’Immobilie... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles