Nicolas Sarkozy n’a pas protégé la pluralité d’expression

Droit d’inventaire : Nicolas Sarkozy n’a pas tenu sa promesse de protéger la droite contre l’arbitraire et les abus de la gauche.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Nicolas Sarkozy n’a pas protégé la pluralité d’expression

Publié le 18 juin 2012
- A +

Droit d’inventaire : Nicolas Sarkozy n’a pas tenu sa promesse de protéger la droite contre l’arbitraire et les abus de la gauche.

Par Marc Crapez.

En avril 2007, Nicolas Sarkozy déclarait avoir « engagé un combat pour la maîtrise du débat d’idées », pour les « valeurs », contre « la violence de la gauche ». En 2012, il n’a pas été réélu pour n’avoir pas protégé les Français en général, et les citoyens de droite en particulier, contre cette violence.

Au contraire, cette violence a redoublé. Il faut préciser que le peuple de gauche est hors de cause. Car ce n’est pas une violence de gauche. C’est plutôt une violence due aux intellectuels de gauche et d’extrême-gauche, relayée par une caste médiatico-politique. Il faut ajouter que l’idéal ne serait pas une maîtrise du débat d’idées au profit de la droite, mais un simple rééquilibrage ménageant le pluralisme.

La gauche en général représente une part de vérité. Mais dans le champ des idées, il y a longtemps qu’elle ne progresse plus par la persuasion, mais par la peur qu’elle inspire et l’autocensure obligatoire de ceux qui ne pensent pas pareil. Les intellectuels de gauche dénient à ce qui est autre le droit de s’exprimer. L’existence de l’autre leur pose problème. La droite doit donc réclamer une reconnaissance de sa dignité contre cette domination qui l’opprime.

Protéger la liberté de l’esprit public

Dans sa profession de foi aux électeurs, pour le 2ème tour de la présidentielle, Sarkozy affirmait, s’adressant successivement à la droite, au peuple et aux libéraux : « j’ai maîtrisé l’immigration », « jamais je n’ai cédé à la rue » et « pour toute création d’une norme nouvelle, deux normes anciennes seront supprimées ».

Ce dernier point reflète une mesure de désinflation législative préconisée depuis vingt ans par les libéraux, au même titre que le resserrement des départements ministériels à douze ou le non-enterrement des rapports commandés par les gouvernements. Ce sont des mesures de bon sens et d’intérêt général contre la gabegie de l’État. De même, ne doit-on pas dilapider les deniers publics en dépensant 6,5 millions d’euros pour des cérémonies de vœux.

Concernant la maîtrise de l’immigration, Michèle Tribalat le souligne : « La proportion d’immigrés a progressé au cours des années 2000 à un rythme voisin de celui observé pendant les Trente Glorieuses ». Faute d’avoir tenu tête aux desiderata immigrationnistes des élites, il décida de donner le change par un débat sur l’identité nationale, destiné à tromper la faim de réforme du Français moyen. De la même façon, la pléthore de ministres sous le gouvernement Hollande cache une impuissance programmatique par une gadgetisation médiatique.

Concernant la pression de la rue, Sarkozy abrogea les circulaires de Robien, du 3 janvier 2007, qui déplaisaient aux syndicats de l’Éducation nationale, puis céda devant une grève des chauffeurs de taxi, c’est-à-dire devant la rente de situation d’un corporatisme. Et pour ne pas céder devant d’autres catégories, il n’a avancé qu’à pas comptés, l’œil constamment rivé sur les sondages, sans se défaire d’un premier ministre qui n’est pas exempt d’un côté notable de province. À tel point que, durant sa 2ème campagne, il a (re)promis un État qui ne craindrait plus « ceux qui protestent le plus » et ne reculerait plus devant le diktat des « corps intermédiaires ».

C’est un point capital. Le suffrage universel est le seul garant du peuple. Il place sur un pied d’égalité les citoyens atomisés et désorganisés qui constituent la majorité silencieuse. Il surveille l’intérêt général, protège la liberté de l’esprit public et garantit la pérennité de la Cité contre les revendications immédiates des minorités activistes soutenues par les intellectuels et les lobbys.


Suivre les articles de l’auteur sur Facebook.

Voir les commentaires (8)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (8)
  • sarkozy n’a tenu aucune promesses , point barre ;

  • Sarkozy et l’ump sont les clones du parti socialiste.

    le bilan économique du mandat de Sarkozy et de l’ump, c’est ça: Juin 2012 : l’Etat français ploie sous le fardeau d’une dette publique égale à 86% du PIB d’un pays qui n’a pas vu de budget public en équilibre depuis 1974. L’État français a également le ratio le plus élevé de dépenses publiques de la zone euro : 57% de sa production économique passe entre les mains de l’État et 26% de la population active est fonctionnaire – par rapport à 10% en Allemagne !!  »

    j’ajoute que durant son mandat plus de 300 000 emplois industriels ont été détruits, 1,2 millions d’immigrants sont arrivés en France ………

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L'Élysée maintient la consigne déjà édictée par Emmanuel Macron il y a cinq ans, et héritée de Nicolas Sarkozy en 2007. Les ministres défaits lors du scrutin des 12 et 19 juin devront quitter le gouvernement, a confirmé le palais présidentiel ce dimanche. Élisabeth Borne, fraîchement nommée à Matignon, ne dérogera pas à la règle. La moitié du gouvernement est concernée.

Bien que la situation soit nettement différente de celle de 2017 - ils n'étaient que six concernés -, l'Élysée a décidé de maintenir la consigne déjà édictée par Emmanu... Poursuivre la lecture

La gauche politique comporte une constante : pour séduire, elle doit quitter la réalité et faire rêver. On le voit à nouveau avec la réussite politicienne d’un ancien socialiste : Jean-Luc Mélenchon. Ministre de Lionel Jospin de 2000 à 2002, il quitte ensuite la social-démocratie pour la radicalité politique. Concurrent du Parti socialiste dans une gauche de plus en plus divisée, il n’aura de cesse de critiquer cette gauche, surtout lorsqu’elle sera au pouvoir de 2012 à 2017.

Avec 21,95 % des suffrages exprimés à la présidentielle 2022... Poursuivre la lecture

Depuis le retrait de la vie politique d’Alain Madelin, les libéraux sont orphelins d’un homme politique de premier plan. David Lisnard sera-t-il celui-là ?

Force est de constater la montée en puissance du maire de Cannes depuis plusieurs mois.

Tout d’abord, le président de Nouvelle Énergie n’a pas hésité à signer la tribune collective « Le libéralisme, ce mot interdit en France » parue dans Le Figaro le 22 avril. Certes, des hommes politiques ont pu se revendiquer du libéralisme par ignorance ou, plus souvent, par opportunisme, ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles