Les Amish doivent-ils aussi s’intégrer ?

On exige aux immigrants un minimum d’adaptation aux coutumes et aux langues de la communauté locale. L’interaction requiert un dénominateur commun et il faut bien y pourvoir.

Par Albert Esplugas Boter

La question est généralement présentée de manière dichotomique : qui doit s’adapter, les immigrants ou nous ? Il existe cependant une troisième voie qui fonctionne bien mieux : les immigrants s’intègrent un peu et les natifs tolèrent le reste. Ainsi l’immigrant ne renonce pas à son identité, ses croyances, ses coutumes, sa langue, mais tente de les rendre compatibles avec la culture locale.

Mais l’intégration, même minimale, est-elle une exigence libérale ? Laissons de côté le débat, plus général, sur la liberté de mouvement et centrons-nous sur l’« exigence d’intégration ». Qui apprécie le fait de voir un immigrant se refuser à assimiler les coutumes du reste de la communauté ? Est-ce qu’un individu n’a pas le droit de se séparer de la communauté, de se retirer comme un ermite ou de se joindre à des personnes ayant le même profil que lui ? Si le libéralisme tolère tout comportement pacifique, qui n’attente pas contre les personnes ou les biens, les libéraux devraient tolérer la « non intégration » ou même la « ghettoïsation » des immigrants, au lieu de réclamer l’imposition d’une langue officielle ou des coutumes locales.

Oublions un moment les musulmans radicaux, contre-exemple préféré, et pensons aux communautés japonaises, chinoises, caribéennes, indiennes ou bengalis. Liberdade à São Paulo, Chinatown à New York, Little Haiti et Little Havana à Miami, Little India à Singapour, Banglatown à Londres. Il y a un certain degré d’intégration, mais aussi de distanciation et de préservation des traits distinctifs. Prenons, par exemple, le quartier chinois new-yorkais. Le touriste observe amusé que les enseignes sont rédigées en mandarin et qu’il y a des résidents qui ne savent pas parler anglais, mais quand le phénomène analogue se produit dans sa ville natale, il ne trouve plus cela amusant. Là, nous sommes devant un « ghetto » inacceptable, au bord de l’abîme multiculturel.

Allons encore un peu plus loin et considérons le cas des communautés Amish aux États-Unis. Ce sont des congrégations chrétiennes très traditionnelles qui refusent de s’intégrer au monde moderne. Ils vivent dans la campagne, physiquement séparés du reste du monde, et s’en tiennent à de stricts codes de conduite en matière sociale, familiale et religieuse. Ils sont pacifistes et se déclarent objecteurs de conscience en temps de guerre. Ils sont exemptés de contribuer à la sécurité sociale, puisqu’ils en refusent les prestations. Ils ont leurs propres écoles, en marge du système éducatif étatique, et en général, les enfants arrêtent d’étudier après l’école primaire. On estime qu’il y a plus de 200.000 Amish dans le pays.

Les Amish vivent dans un ghetto (bucolique, certes, mais ghetto quand même) et interagissent à peine avec l’extérieur. Le groupe exerce une forte pression sociale sur ses membres (enfants et adultes) pour qu’ils respectent les codes de comportement. L’ostracisme ou les châtiments corporels pour les mineurs (légaux aux États-Unis) sont des formes de contrôle utilisées. Ils respectent toutefois le droit de sortie : un individu peut quitter la communauté volontairement ou être excommunié s’il ne respecte pas les normes. Il existe également une période durant l’adolescence, le rumspringa, où les règles de la communauté se relâchent et où le jeune peut courtiser un autre membre. À la fin de cette période, le jeune décide s’il accepte le baptême, s’intégrant définitivement à la communauté, ou s’il s’en sépare. Un petit pourcentage choisit cette seconde voie et part vivre à l’extérieur.

L’exemple des Amish aux États-Unis sert à illustrer les implications d’une société réellement ouverte, où l’on n’exige pas l’homogénéisation linguistique ou culturelle réclamée par tant de gens en Europe. C’est pourquoi le sécularisme étatique et l’intégration forcée, qui ont tant d’adeptes dans l’Europe continentale, est incomprise aux États-Unis. Et c’est pourquoi l’interdiction de la burqa n’y fait pas débat et qu’ils peuvent donner des leçons à la France sur la signification de la liberté individuelle. C’est pourquoi aux États-Unis, il leur paraît incroyable de mettre à l’amende un commerce privé qui n’emploierait pas une langue déterminée pour ses annonces.

Ce n’est pas en vain si ce qui différencie le socialisme ou l’étatisme du libéralisme c’est que les premiers veulent imposer un modèle de société précis, alors que le dernier vise à permettre la coexistence de beaucoup de modèles. Selon Robert Nozick, le libéralisme sert de cadre aux utopies (au pluriel), tandis que le socialisme est une utopie concrète que veulent imposer ses adeptes à l’ensemble de la population. Nozick disait que dans une société libre peuvent cohabiter des maniaques et des saints, des moines et des libertins, des socialistes volontaires et des capitalistes, des communautés comme celle de Fourier, de Flora Tristan, d’Owen, de Proudhon ou de Josiah Warren, les kibboutz, les Bruderhofs, etc. Pourquoi les immigrants qui résistent à l’intégration ne pourraient-ils y trouver leur place ? Si les Amish ont le « droit au ghetto », pourquoi pas les autres ?


Traduit de l’espagnol.