Hollande : le président d’une minorité

Rassemblant à peine 36% des Français en âge de voter, Hollande peine vraiment à rassembler au-delà de sa propre famille politique et bénéficie surtout du rejet de Sarkozy

Rassemblant à peine 36% des Français en âge de voter, Hollande peine vraiment à rassembler au-delà de sa propre famille politique et bénéficie surtout du rejet de Sarkozy.

François Hollande est donc fraîchement élu président, et tous nos vœux de réussite l’accompagneront donc. Compte tenu de la situation générale française, et de son programme électorale farfelu, il aura besoin de tous les soutiens possibles pour éviter une catastrophe.

Ceci posé, ne perdons pas de vue que le nouveau président, comme souvent du reste, n’a pas été élu par une majorité de Français. Il ne représente qu’une grosse minorité qui, ayant braillé plus fort que l’autre grosse minorité et grâce à l’onction démocratique, obtient le droit de régenter la vie de tous.

En effet, les chiffres sont les suivants :

  • Inscrits : 46 073 165
  • Nombre de voix pour Hollande : 18 000 438, soit 39% des inscrits.

Si, comme expliqué dans un précédent article , on tient compte de tout le corps électoral, on obtient des chiffres qui illustrent encore plus le différentiel entre l’idée qu’on peut se faire de la majorité et le soutien réel, effectif, au candidat Hollande. En partant d’une estimation INSEE de l’ordre de 4 millions de non-inscrits, le corps électoral français compte 50 millions d’électeurs, dont 46 millions d’inscrits, 37 millions de votants, et 34 millions qui s’expriment.

Le graphique de la répartition est alors celui-ci :

Comme on le constate, Nicolas Sarkozy rassemble à peine plus d’un tiers des Français en âge de voter, et Hollande presque 36%… On est bien loin d’une vraie majorité de Français chantonnée par une presse peu critique à l’égard du socialiste.