Loi électorale : le mensonge au programme des écoles de journalisme

Les journalistes qui peuplent la télévision française sont ce qui doit se faire de pire à l’échelle mondiale dans leur profession à l’heure actuelle. Les images de cette soirée du 6 mai 2012 méritent de venir constituer un monument en hommage à la bêtise humaine et de l’hypocrisie.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Mensonge

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Loi électorale : le mensonge au programme des écoles de journalisme

Publié le 8 mai 2012
- A +

Les journalistes qui peuplent la télévision française sont ce qui doit se faire de pire à l’échelle mondiale dans leur profession à l’heure actuelle. Les images de cette soirée du 6 mai 2012 méritent de venir constituer un monument en hommage à la bêtise humaine et de l’hypocrisie.

Par Aster.

MensongeLes journalistes qui peuplent la télévision française sont ce qui doit se faire de pire à l’échelle mondiale dans leur profession à l’heure actuelle. Les images de cette soirée du 6 mai 2012 méritent de venir constituer un monument en hommage à la bêtise humaine et de l’hypocrisie.

L’hypocrisie dont nous affublent nos institutions interdit de divulguer les résultats des élections avant une certaine heure. Naturellement les médias étrangers, eux, ne se gênent pas de faire quelques sondages et estimations. L’information, tout le monde la connait. Le cocasse arrive lorsque la horde d’indécents qui peuple la télévision prétend comme un seul homme ne pas connaître ce qu’on l’interdit de divulguer.

Ces scènes sembleraient presque extraites des archives cubaines, coréennes ou soviétiques. On y voit une foule chanter la victoire d’un candidat en arrière plan, et au premier plan, en contraste total, un homme ou une femme déclarer, le visage blême et l’air grave, le suspense intenable qui tend l’atmosphère.

Ça a le mérite de nous éclairer un peu sur le niveau d’honnêteté qui doit éclairer leurs écritures et reportages. Seuls, de leur propre chef, ils se sont tous obligés à mentir en singeant celui qui n’avait pas l’information, peut-être de peur que l’on ne voit les chaines et les baillons qui les empêchent de jouer leur rôle.

N’imaginons pas ce qu’ils peuvent faire sous quelques pressions politiques ou sous une incitation financière quelconque.


Sur le web

Voir les commentaires (12)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (12)
  • Ils vivent dans le montage, la manipulation et le mensonge pour illustrer l’idéologie qu’on leur a inculquée.
    Ne se rendent pas compte du mal qu’ils font, mais en vivent généreusement.

    • Mais non, pas besoin de theorie du complot, c’est beaucoup plus simple que ca : ca s’appelle de la *dramatisation*. Entretenir un suspense, aussi stupide qu’il soit, est toujours une bonne facon d’attirer l’attention, de garder les telespectateurs scotches a l’ecran. C’est tout a fait comme les chaines d’info americaines qui appatent avec des titres raccoleurs juste avant d’inserer les pubs (« On se revoit juste apres… ceci. »)

      • la loi interdit de divulger les resultats en avance… Que faire d’autre que de pretendre ne pas savoir ?
        l’exemple est mal choisi pour critiquer les journalistes !

        • Une loi stupide et immorale ne mérite pas d’être respectée. L’exemple est au contraire très bien choisi : les journalistes honnêtes doivent aller à l’encontre de la loi ou démissionner. Les autres se corrompent pour maintenir leur confort douillet au sein du système.

          • Je ne voit pas en quoi cette loi est immorale.

            D’autre part, désapprouver le législateur, meme légitimement, n’autorise pas à baffouer la loi. C’est trop facile.

            Et, comme le sous-entend Toups, il y a suffisament d’occasion de dénoncer les journalistes, pour eviter de leur reprocher d’être respectueux de la loi

          • « Désapprouver le législateur, meme légitimement, n’autorise pas à baffouer la loi ». C’est l’argument de défense des collaborateurs de tous les régimes collectivistes, meurtriers ou infantilisants, pour tenter de justifier leur collaboration. Mais la loi ne peut pas être supérieure à la morale : elle ne justifie jamais le vol, le meurtre, ni même le mensonge.

          • C’est cependant vrai que l’exemple est bien mal choisi. A moins que les journalistes aient fait du mal à qui que ce soit, ou aient causé un tort quelconque d’ailleurs.
            Moi je trouve qu’ils ont bien mis en exergue le ridicule de la situation, en diffusant des images de gens à l’arrière-plan scander « on a gagné » tout en disant très sérieusement que le suspense est insoutenable.

  • Des journalistes? Où? vous parlez de cette presse people qui comm(entent) l’actualité politique….deux poids deux mesures et c’est mieux ça le drame.

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Par Ronald Bailey.

 

Environ 42 % des Américains évitent désormais sciemment les reportages sur l'actualité, selon le rapport 2022 sur l'actualité numérique de l'institut Reuters.

C'est une augmentation par rapport aux 38 % de 2017. Près de la moitié des Américains qui se détournent des nouvelles disent le faire parce qu'elles ont un effet négatif sur leur humeur. Il se trouve qu'une nouvelle étude publiée dans la revue PLoS One, qui suit les titres de 47 publications populaires aux États-Unis, rapporte qu'ils ont eu... Poursuivre la lecture

L’état de la liberté d’expression en Occident peut se juger à la manière dont sont traités les lanceurs d’alerte comme Julian Assange. Lundi 18 juillet, à Paris, plusieurs organisations et médias ont lancé un appel destiné à obtenir la libération d'Assange et demandant à la France de lui accorder l'asile politique. Parmi elles, la ligue des droits de l'Homme, le syndicat national des journalistes (SNJ) et Anticor.

Au Mexique, le très à gauche président Andres Manuel Lopez Obrador a déclaré avoir plaidé la cause du journaliste australie... Poursuivre la lecture

Par J. D. Tucille. Un article de Reason.com

La Haute Cour de Justice de Londres ayant décidé que Julian Assange pouvait être extradé vers les États-Unis, son procès très médiatique paraît sur le point de connaître une conclusion tragique. Le sort d'Assange sera bientôt entre les mains des tribunaux fédéraux américains, et il semble peu probable que lui-même ou la liberté de la presse sortent indemnes de cette épreuve.

Dans une décision qui s'appuie fortement sur le fait que le gouvernement britannique a toujours cru aux assuranc... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles