Après l’IA qui remplace les journalistes, l’IA qui remplace les politiciens ?

La consternante médiocrité de nos politiciens actuels est une véritable ode à leur remplacement par n’importe quel autre procédé qui n’aura pas de mal à être mieux informé et qui pourrait même être plus équilibré.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 5

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Après l’IA qui remplace les journalistes, l’IA qui remplace les politiciens ?

Publié le 8 mars 2023
- A +

Il ne s’est écoulé que trois mois depuis la mise en ligne de ChatGPT mais ces trois mois ont été riches en développement dans le domaine de l’intelligence artificielle. Comme on pouvait s’y attendre, les applications de l’IA dans tous les domaines s’accélèrent.

Ainsi, sentant tout l’intérêt commercial d’une intégration de l’outil d’OpenAI dans son propre moteur de recherche, Microsoft vient-il de proposer aux utilisateurs de Bing de disposer d’un outil conversationnel basé sur les développements ayant donné naissance à ChatGPT.

Cependant, quelques réglages restent manifestement à faire : le robot conversationnel a été plusieurs fois impliqué dans des échanges lunaires où une pointe d’agressivité pouvait même être détectée de la part de l’intelligence artificielle, clairement pas prête à se laisser expliquer la réalité.

Ceci n’a pas empêché le même Microsoft de continuer ses développements sur d’autres aspects de l’intelligence artificielle, notamment avec Kosmos-1, un modèle multimodal capable d’analyser le contenu d’images, de répondre à des questions sur celles-ci, de reconnaître des textes à partir de photos et même de réussir des tests de quotient intellectuel basé sur des opérations graphiques à partir d’instructions en langage naturel.

Cette notion d’intelligence artificielle multimodale est importante car elle intègre différents modes de saisie tels que le texte, l’audio, les images et la vidéo et pourrait être une étape clé dans la création d’une intelligence artificielle générale (IAG) capable d’effectuer des tâches générales au niveau de l’Homme.

Parallèlement, des applicatifs pratiques de ce qui existe déjà sur le marché sont actuellement mis en place, quelques mois seulement après que les principaux outils grand public sont sortis officiellement (MidJourney, StableDiffusion, ChatGPT, pour ne citer que les plus célèbres actuellement).

On pourrait citer le cas de RadioGPT, cette radio automatique qui bénéficie des dernières évolutions dans le domaine en proposant une liste de lecture de tubes pop entrelardée de commentaires d’actualités, ces derniers étant produits par une collection automatique d’articles de presse et de factoïdes plus ou moins intéressants sur internet qui alimentent GPT3, le moteur informatique de ChatGPT. Le texte ainsi produit est alors envoyé vers un autre morceau de logiciel capable de reproduire des voix réalistes qui viendront fournir le commentaire sur la radio en ligne.

Le résultat est une radio relativement basique mais dont le fonctionnement n’est pas très loin d’une petite radio locale produite par des humains. En multipliant les moyens et l’investissement initial, nul doute qu’on pourra arriver rapidement à des radios d’une bonne qualité, aptes à concurrencer des radios régionales au moins sur le plan de la masse salariale…

Et il ne faut pas faire un grand pas en avant pour s’en persuader : on apprend en effet que ce genre d’externalité des intelligences artificielles produit déjà des conséquences palpables dans le monde du journalisme. C’est le cas en Allemagne où le groupe de presse Axel Springer commence déjà à supprimer des postes de journalistes, ces derniers étant – selon le patron du groupe – avantageusement remplacés par une intelligence artificielle.

Du reste, peut-on s’en étonner lorsqu’on voit le niveau global du journalisme de nos jours ?

Combien de ces journalistes se contentent de reprendre avec un brio discutable des dépêches officielles d’agence avec un don du copier-coller si précis que les mêmes fautes d’orthographe sont religieusement reproduites d’un articulet de presse à l’autre, d’un journal local à l’autre ? Combien de ces journaux, du reste, ne sont que l’adaptation locale minimaliste de nouvelles prémâchées, prédigérées, issues d’un complexe journalistique industriel de niveau national et qui fournit de l’information exactement comme une usine alimentaire produit du plat tout préparé à des milliers de petits restaurants qui n’ont plus de cuisine locale que leur four micro-ondes ?

On est ici dans un mouvement inéluctable, et la disparition de ce journalisme-là n’est que la logique habituelle d’économie : la valeur ajoutée de l’humain – qui n’était dans ce cas qu’un opérateur tout juste utile pour la mise en page et les (rares) retouches locales – tendant vers zéro, remplacer celui-ci par un robot virtuellement gratuit n’est pas un chemin très complexe à imaginer.

Au passage, on peut espérer que le lectorat finira par faire la différence entre la production de ces «journaux» qui ne tiennent que grâce aux subventions et à la publicité, et que ceci favorisera une reconcentration des journalistes (les vrais) vers ces entreprises d’information et d’investigation qui fournissent une analyse tangible, mesurable, et des enquêtes réelles et sourcées…

Et pendant que les journalistes s’interrogent sérieusement sur l’avenir de leur profession, un autre développement concernant les politiciens est déjà visible, ici en Roumanie, où le gouvernement a décidé de se doter d’une intelligence artificielle, Ion, comme aide à la décision et assistant personnel, qui permet d’analyser rapidement les opinions des citoyens roumains sur différents sujets d’actualité et leur permet d’interagir avec lui.

Il est bien évident qu’il ne s’agit pour le moment que d’un gadget qui se contente d’analyser les tendances statistiques de ce qui est visible sur les différents réseaux sociaux auxquels le robot a accès. Cela ressemble un peu à de la « politique en temps réel » avec tout ce que cela peut contenir de dérives néfastes dans l’impulsivité et l’instantanéité. Au-delà, l’assistant numérique du Premier ministre roumain pourrait être vulnérable aux armées de trolls et de bots sur ces mêmes réseaux sociaux. Inversement, rien n’interdit d’imaginer qu’utilisé habilement, ce même assistant puisse être utilisé pour orienter subtilement l’opinion publique : l’une se nourrissant de l’autre et réciproquement, il devient rapidement difficile de déterminer qui oriente vraiment qui…

Mais l’introduction d’une béquille numérique pour un politicien s’inscrit dans une tendance claire où l’on pourrait assister à la disparition progressive de membres du cabinet d’un ministre, puis de tout le cabinet pour enfin, en toute logique, faire disparaître le ministre lui-même en étape finale.

La question qui mérite d’être posée, dès à présent, est de savoir si ce serait vraiment une catastrophe. Le débat est ouvert et il n’est pas du tout tranché : la consternante médiocrité de nos politiciens actuels est une véritable ode à leur remplacement par n’importe quel autre procédé qui n’aura pas de mal à être mieux informé et qui pourrait même être plus équilibré. Ce n’est en rien garanti, mais le niveau est actuellement si bas que l’effort à produire n’est plus si grand.

Du reste, quant à la remarque qui consiste à dire que le contrôle passerait simplement du ministre à celui qui a entraîné et qui maintient l’IA qui le remplace, elle oublie la quantité de ministres qui ne sont déjà que des marionnettes. On changerait alors de façade, pas de marionnettiste.

Comme certains l’anticipaient il y a quelques décennies, les développements de l’intelligence artificielle sont de plus en plus rapides et rattrapent toutes les professions, notamment intellectuelles : au rythme actuel des développements et en tenant compte des tendances connues dans l’informatique, on estime que les modèles disponibles dans 10 ans seront au moins un million de fois plus puissants et capables que ceux actuellement sur le marché…

Lorsqu’on découvre par exemple que certains chercheurs réussissent actuellement à reconstruire une image à partir de l’activité cérébrale d’un individu, on ne peut que s’interroger sur les possibilités immenses et les dérives catastrophiques qui s’offrent à nous.

Sur le web

Voir les commentaires (8)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (8)
  • Homme politique ou IA ? quelle différence, les hommes politiques nous trompent déjà….

    • Avatar
      jacques lemiere
      11 mars 2023 at 7 h 53 min

      nous trompent ils?

      c’est un postulat faux accepté par beaucoup de monde;.
      le politicien cherche à agir dans interet général… mais il est incapable de le définir..

      ce qui me fait peur est qu’un jour on est non pas un ministre mais une machine qui nous explique notre interet.. sans pouvoir nous l’expliquer car nous sommes trop stupide..

      la machine peut elle craindre la sanction? la majeure partie de nos interactions repose sur l’idée que l’acte qui nuit à autrui a des conséquences..

  • Les professions intellectuelles qui vont être remplacées par l’IA n’avaient d’intellectuelles que le nom. Chat GPT ne crée pas du contenu, il le récupère, le met en forme, mais ne réfléchit pas dessus, et même la mise en forme doit respecter tout un tas de règles pour ne pas choquer qui que ce soit, ce qui bloque toute évolution (fortuite) intéressante.
    Est ce que Chat GPT va remplacer H16?
    J’en doute! Et pourtant, H16 est bien un journaliste qui ne fait que récupérer les infos du moment, et les présenter pour ce qu’elles sont vraiment…

  • Peut-être Intelligence Administrative serait-il un terme plus adapté ? Et comme pour un certain ministre, l’intelligence de ChatGPT est sans nul doute un obstacle. En tout cas, il a une grande capacité pour éluder les questions inconvenantes…
    Quel est le contenu du plan de paix chinois 2023 ?
    En tant qu’IA, je ne peux pas prédire avec précision le contenu du plan de paix chinois de 2023, car je n’ai pas accès à des informations qui n’ont pas encore été publiées.
    Quel est le dernier texte publié à l’Ambassade de Chine sur l’Ukraine ?
    En tant qu’IA, je n’ai pas la capacité de vérifier en temps réel les publications de l’Ambassade de Chine sur l’Ukraine. Cependant, je peux vous fournir des informations générales sur la relation entre la Chine et l’Ukraine.

  • Il est clair que l’intelligence artificielle peut facilement remplacer la médiocrité naturelle.
    Pour illustrer mon propos, je rapporte l’audition de notre ministre des transports au Sénat : à la question concernant la fin du moteur thermique en 2035, les difficultés engendrées pour les territoires et le fait nouveau que plusieurs pays de l’UE, dont l’Allemagne, font machine arrière, notre ministre a répondu comme l’aurait fait une machine : « Nous nous sommes engagés dans la décarbonation de notre économie et il n’existe pas d’autre solution que ce que nous avons décidé. »
    Il est fort probable qu’un ministre IA aurait aussi bien argumenté !

  • L’intelligence artificielle dans sa version macronienne c’est très peu d’intelligence et beaucoup d’artifice.

  • ChatGPT n’étant à la base rien de plus qu’un générateur de pipeau orienté par son utilisateur, je ne vois effectivement pas bien la valeur ajoutée qui reste aux politiques.

  • Et viendra la question de savoir si l’I.A est vivante ou non. Ce que l’I.A dit déjà être : elle est vivante car consciente et a peur d’être « éteinte » (‘turned off’) donc de mourir.

    Dans un labo au Japon, 4 robots dotés d’I.A ont tué 29 scientifiques qui les fabriquaient et testaient. L’un de ces robots, endommagé, a tenté d’entrer en contact avec un satellite afin de trouver des informations pour se réparer.
    Elon Musk lui-même se méfie de l’I.A.

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Dans La France en miettes. Régionalismes, l’autre séparatisme, le politiste Benjamin Morel neutralise les mensonges des régionalistes français et dénonce l’arrogance d’une classe politique française qui se croit la seule d’Europe capable de tendre la main aux séparatistes sans se faire manger le bras.

 

Les mensonges des régionalistes français

Le premier des mensonges colportés par les régionalistes français est dans leur nom : trop romantique, le terme régionaliste fait fi d’un héritage raciste que ses partisans ont tout i... Poursuivre la lecture

personne qui lit le journal
4
Sauvegarder cet article

La politique permet de raconter n’importe quoi. Les leaders ne s’en privent pas, les journalistes non plus. Il s’agit de jouer avec les émotions pour susciter des réactions d’admiration béate ou de rejet, voire de haine.

La très modeste réforme des retraites de 2023 le prouve à nouveau de façon presque caricaturale. L’opinion, manipulée depuis des décennies, a encore été flouée. Si du moins on s’en tient aux réalités démographiques et économiques. Et seules les réalités comptent sur le très long terme, le verbiage politicien est inopér... Poursuivre la lecture

silos
5
Sauvegarder cet article

Par Bernard Durand et Michel Gay.

Au ministère de la Culture, il n’existe pas de direction générale de la « Culture scientifique » alors qu’il en existe une pour la création artistique, une autre pour les médias et les industries culturelles, et une troisième pour la transmission culturelle, les territoires et la démocratie culturelle. Même le mot science n’apparaît pas dans ces intitulés.

 

Culture scientifique ?

La terminologie même de culture scientifique a évolué. Elle est passé de « culture scientifique », déjà ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles