Le degré zéro du débat politique

Mercredi soir, les deux candidats à la présidence française ont offert un piètre débat télévisé aux Français

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
imgscan contrepoints 083 débat présidentiel

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Le degré zéro du débat politique

Publié le 4 mai 2012
- A +

Mercredi soir, les deux candidats à la présidence française ont offert un piètre débat télévisé aux Français.

Par Guy Sorman.

Hollande et Sarkozy, blanc bonnet et bonnet blanc, sont parvenus à ne pas évoquer les trois impératifs de la présidence à venir :

  • la place de l’État à réduire dans la société française pour restaurer le marché et la responsabilité,
  • la question de l’intégration financière européenne,
  • et la nécessaire flexibilité du marché du travail.

Rien dans leurs propositions, qui n’auront engagé que ceux qui ont écouté et compris, ne permettrait de ressusciter l’économie, de créer des emplois ni de sauver l’Union européenne.

Un Martien aurait de surcroît été incapable de distinguer le socialiste du libéral, les deux surenchérissant dans l’étatisme  au carré, au point de s’attribuer des taux de croissance : cette mort des idéologies pourrait être une garantie d’apaisement politique si elle ne révélait pas aussi une absence effrayante de vision.

—-
Sur le web.

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • En même temps, si l’un des 2 candidats avait détaillé ses propositions dans ce sens (la place de l’État à réduire / l’intégration financière européenne / la nécessaire flexibilité du marché du travail), je ne crois pas qu’il aurait été élu.

    Selon ce point de vue, le fait qu’ils n’en aient pas parlé nous a évité des bêtises démagogiques et les déceptions associées (dans les 2 cas : que ces bêtises soient vraiment appliquées ou non).

    Bref, selon un point de vue positif, l’avenir est encore ouvert.

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

On attendait une rencontre sportive, on a droit à un numéro de cirque tragico-comique supervisé par le Qatar et ses différents soutiens. Entre les faux supporters qui défilent, les sponsors floués au dernier moment et un président de la Fifa qui joue grossièrement la carte de l’antiracisme woke pour répondre aux critiques adressées au Mondial dans le domaine des droits de l’Homme, le spectateur a droit à une suite de sketches en marge des matchs programmés.

🗣 “Today I feel Qatari. Today I feel Arab. Today I feel Af... Poursuivre la lecture

Un entretien avec Guillaume Kiefer, libéral au sein du parti Les Républicains.

Dans une récente tribune co-signée avec François-Xavier Bellamy et Julien Aubert, Bruno Retailleau inventorie le bilan des deux derniers présidents de droite : Jacques Chirac et Nicolas Sarkozy.

 

Contrepoints : Cette tribune est-elle la démonstration que la droite est en train de se guérir de sa passion pour les hommes providentiels ?

Guillaume Kiefer : Tout d’abord, d’une certaine manière je pense que cet inventaire est salutaire ... Poursuivre la lecture

Par Maxime Lefebvre.

Il y a 14 ans, pendant que tous les regards se tournaient vers Pékin où s’ouvraient les 29e Jeux olympiques d’été de l’ère moderne, la guerre éclatait entre la Géorgie et la Russie. En jeu, les régions séparatistes pro-russes d’Abkhazie et d’Ossétie du Sud, officiellement rattachées à la Géorgie.

Ce conflit présente de nombreuses similitudes avec celui qui sévit en Ukraine depuis le mois de février : une Russie de Poutine (qui, en 2008, était certes Premier ministre entre deux présidences, mais demeurait le ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles