Le dissident cubain José Daniel Ferrer a été libéré

Les autorités cubaines ont remis José Daniel Ferrer en liberté dimanche 29 avril 2012. Le leader de l’Union Patriotique de Cuba avait été arrêté par les autorités du pays le 2 avril lors d’une « vague de répression » faisant suite à la visite du pape Benoît XVI à Cuba

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
jose_daniel_ferrer

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le dissident cubain José Daniel Ferrer a été libéré

Publié le 2 mai 2012
- A +

Les autorités cubaines ont remis José Daniel Ferrer en liberté dimanche 29 avril 2012. Le leader de l’Union Patriotique de Cuba avait été arrêté par les autorités du pays le 2 avril lors d’une « vague de répression » faisant suite à la visite du pape Benoît XVI à Cuba. Il serait placé en liberté provisoire dans l’attente d’un jugement pour « désordre public », dont la date n’a pas été fixée. Voici ce qu’en disait Yoani Sánchez il y a quelques jours avant sa libération.

Par Yoani Sánchez, depuis La Havane, Cuba.

Je savais qu’ils iraient le chercher. Quand j’ai parlé pour la première fois – au téléphone – avec José Daniel Ferrer, j’ai immédiatement su que j’avais affaire à quelqu’un d’exceptionnel. Peu de temps après, nous avons pu discuter chez nous, autour d’une table, et cette impression s’est encore confirmée. Tandis que la nuit tombait à l’extérieur, l’homme de Palmarito del Cauto nous a raconté les années de prison depuis le « Printemps noir » de 2003 jusqu’au milieu de 2011. Les coups, les dénonciations, les prisonniers qui l’appelaient respectueusement « le politicien » et aussi les gardiens qui essayaient de le faire plier par la force. Nous avons passé des heures à écouter des anecdotes, certaines d’horreur et d’autres relatant de véritables miracles. Quand par exemple il a réussi à cacher pendant les  inspections une petite radio, qui est restée son bien le plus précieux jusqu’à ce qu’il la mette lui-même en pièces contre le sol, quelques secondes avant qu’un officier ne la lui confisque.

José Daniel, le leader de l’Union Patriotique de Cuba (UNPACU) est aujourd’hui la principale cause des maux de tête de la Sécurité Nationale de l’Est du pays. Il occupe ce rang – admirable mais très dangereux – en particulier parce que chacune de ses paroles projette honnêteté et détermination. Simple, jeune, conciliant, il a réussi à redonner vie à un mouvement dissident qui languissait entre la répression et l’exil d’une partie de ses membres. Sa capacité de rassemblement et le respect dans lequel beaucoup le tiennent viennent aussi de sa persévérance et particulièrement du fait qu’il est plus prompt à l’accolade qu’à la méfiance. Il s’est converti en un homme passerelle entre plusieurs projets citoyens et ceci  fait de lui aujourd’hui un caillou gênant dans la chaussure du gouvernement cubain.

Depuis maintenant 23 jours cet infatigable citoyen de Santiago est arrêté. Il ne peut plus se déplacer sur les routes bordées de pins qui relient les différentes villes de sa région, ni répondre aux interviews ou envoyer des  Twits depuis son portable. Lundi dernier, il s’est déclaré en grève de la faim dans la cellule de la police où on le maintient coupé du monde. On n’a pas encore informé son épouse Belkis Cantillo de la durée de son arrestation, ni non plus des charges légales qui pèsent contre lui. Nous sommes quelques amis à avoir un mauvais pressentiment. José Daniel est parvenu à une capacité de rassemblement qui effraie les autorités cubaines et elles vont le sanctionner durablement pour cela. Elles en ont peur qu’avec lui le qualificatif de « ville héroïque » de Santiago de Cuba ne prenne prochainement un sens nouveau.

—-
Sur le web
Traduction : Jean-Claude Marouby.

 

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Carlos Martinez.

Dans son livre Anarchie, État et Utopie, Robert Nozick consacre un chapitre intitulé "Le conte de l'esclave" aux neuf phases de l'esclavage, des plus restrictives aux plus libératrices. Il écrit que même si les personnes asservies disposent de certaines formes d'autonomie, elles sont toujours asservies et il pose la question suivante : "Quelle transition du cas 1 au cas 9 fait que ce n'est plus le récit d'un esclave ?"

La question de Nozick souligne qu'il n'y a pas de différence entre la personne soumise à l... Poursuivre la lecture

Par Michel Faure. Un article de Conflits

La mort du général Luis Alberto Rodríguez López-Calleja plonge l’économie de Cuba dans la stupeur. Celui qui dirigeait Gaesa tenait entre ses mains l’économie de l’île. Avec sa mort, c’est un avenir encore plus incertain qui se dessine pour la dictature communiste des Caraïbes.

Cuba, depuis la révolution de 1959, a survécu à de nombreuses avanies, dont l’incurie et la violence de ses dirigeants. Mais là, soudain, l’île est au bord du gouffre, car un homme est mort vendredi qui n’était pas... Poursuivre la lecture

Par Nathalie MP Meyer

« L’humain d’abord » – le slogan est connu. C’était celui de Jean-Luc Mélenchon pour les élections présidentielles de 2012, alors qu’il se présentait sous la bannière du Front de Gauche. Mais c’est aussi le magnifique objectif affiché de tous les gouvernements inspirés du marxisme-léninisme depuis la révolution d’Octobre 1917. De la Russie à Cuba, en passant par le Cambodge ou le Venezuela, les faits se sont chargés d’en démontrer la parfaite inanité, voire la criminelle fausseté. Mais certaines légendes ont la vi... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles