Mélenchon a comparé Sarkozy au Maréchal Pétain

Mélenchon, fils spirituel de Georges Marchais, a assimilé le discours de Sarko à celui de Pétain

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
imgscan contrepoints 065 Mélenchon

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Mélenchon a comparé Sarkozy au Maréchal Pétain

Publié le 28 avril 2012
- A +

Le regard de René Le Honzec.

Audiard a écrit : « les cons, ça ose tout, c’est même à ça qu’on les reconnaît ». Georges Marlanchon, fils spirituel de Georges Marchais, (regretté secrétaire du PCF, ex-travailleur volontaire aux usines Messerschmit en Allemagne) a assimilé le discours de Sarko à celui de Pétain. Méluche n’aurait pas dû s’arrêter dans les analogies et rappeler que Hollande, allié des communistes du Front de gauche, rappelle donc l’alliance avec Thorez, secrétaire du pcf en 39, qui déserta sur ordre du Kremlin, et passa la guerre en URSS… J’ai osé, dois-je me considérer comme Méluche-le-rouge?

Voir les commentaires (6)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (6)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
nupes
0
Sauvegarder cet article

Le régime est-il enfin en voie de reparlementarisation ? Avec une Assemblée élue au scrutin majoritaire mais qui donne l’image d’une élection à la proportionnelle, l’absence de majorité absolue du parti présidentiel a sonné comme un coup de tonnerre. Le Rassemblement national sort en position de force en parvenant à faire entrer un nombre de députés inimaginable pour une élection au scrutin majoritaire. Pourtant, c’est désormais vers Les Républicains que tous les regards se tournent. Après 10 ans dans l’opposition, la droite républicaine se r... Poursuivre la lecture

Info du 22 juin 20 h 08 : Emmanuel Macron écarte pour l’instant l’idée d’un gouvernement d’union nationale, pense trouver une « majorité plus large » pour gouverner et s’accroche à un échange positif entre l’exécutif et le législatif pour avancer au service des Français. Hormis l’immense progrès d’avoir bouclé l’affaire en moins de huit minutes, une allocution type soir d’élection qui n’apporte pas grand-chose. 

Emmanuel Macron devrait être content. Le « en même temps » qui a fondé son accession initiale au pouvoir, ce mode d’action qu... Poursuivre la lecture

La première leçon de ces législatives françaises est l’échec patent, cuisant et retentissant de Jean-Luc Mélenchon. Tout de hargne et de fulgurances haineuses, cet étrange apparatchik ajoute un nouvel échec à sa riche collection chamarrée. La gauche façon Mélenchon obtient 24 % des sièges à l’Assemblée nationale, soit l’un de ses pires scores historiques. Le nombre de sièges guignés par l’improbable attelage mélenchonien est risible en comparaison cette majorité absolue dont il professait l’ambition.

Deuxième leçon, l’échec de la press... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles