Qui a légitimé le Front National ?

L’ensemble des partis est responsable de la montée du Front National, par la tenue d’un discours haineux, protectionniste, nationaliste, antiriches, antifinance, etc.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Qui a légitimé le Front National ?

Publié le 28 avril 2012
- A +

L’ensemble des partis est responsable de la montée du Front National, par la tenue d’un discours haineux, protectionniste, nationaliste, antiriches, antifinance, etc.

Par Kafka, du site Bobo Libéral.

L’impressionnant score de Marine Le Pen au premier tour des élections présidentielles de cette année donnerait raison à ceux qui critiquaient Sarkozy d’avoir, par ses prises de positions, légitimées les idées du Front National.

Ces détracteurs de cette politique ont vu juste, mais ce n’est pas toute la vérité. Ces analystes, en employant cette grille de lecture, auraient dû arriver aux mêmes conclusions avec les propos tenus par l’ensemble de la classe politique. La plupart des thématiques défendues par les partis en lice, aussi bien de Droite que de Gauche, ont bénéficié au Front National.

Je ne reviendrai pas sur le contrôle de l’immigration et l’identité nationale française défendus par l’UMP, ils ont été suffisamment évoqués par l’ensemble de la presse dite mainstream.

Quelles sont alors ces autres thématiques qui ont favorisé la percée du Front National à la présidentielle ?

En premier lieu le protectionnisme, qui a fait un revival inattendu, et qui fut défendu aussi bien par Montebourg, ouvertement, que par Melenchon, avec sa relocalisation, que par Bayrou, avec son label « produit en France », ou par Sarkozy avec un « Buy European Act ». Malgré les différences que l’on trouverait probablement dans ces différentes mesures proposées par les candidats, et ils les clameraient haut et fort, elles recouvrent la même idée du produire en France et de se protéger d’une concurrence déloyale organisée principalement par les pays dits émergents. Elles font l’apologie du protectionnisme, que le Front National a aussi défendu avec vigueur.

Mais plus spectaculairement furent les attaques contre cet ultra-libéralisme et cette finance dite dérégulée, reprises en chœur par tous les partis du spectre politique, sans exception, avec une virulence sans pareille, sans retenue, à croire que ces critiques furent refoulées sauvagement pendant des années et ne demandaient qu’à s’extérioriser avec violence. Tous les partis se sont jetés à cœur joie dans cette mêlée dont le seul et unique adversaire fut ce capitalisme fou et sauvage qui aurait imposé sa loi sur la planète en opprimant les peuples et les faibles. La banque, la spéculation, les produits financiers ont été dénoncés comme des armes malfaisantes au service d’une minorité de possédants. En fait jamais unité dans les discours ne fut à ce point visible entre tous les partis, le rêve de l’union nationale a trouvé sa consécration dans ces critiques acerbes. D’ailleurs le terme ultralibéral est devenu l’insulte absolue pour dénigrer son adversaire, employée sans aucune surprise par Melenchon à l’encontre de Sarkozy, mais de façon plus surprenante par Marine Le Pen contre la Gauche.

Directement lié à ces attaques, est le discours qu’une élite s’est durablement installée au pouvoir et aurait par l’intermédiaire d’une technocratie, française ou européenne, imposé cet ultralibéralisme sous la férule des banksters, et ce serait éloignée des préoccupations du peuple. Évidemment pour chacun des participants à cette course présidentielle, l’opposant appartenait à cette élite qui refuse de lâcher prise. Ce fut d’ailleurs  la thématique de Sarkozy en 2007, qui, bien que issu du parti au pouvoir, a pris fait et cause pour le peuple, en se revendiquant comme le candidat de la rupture, du changement, changement aujourd’hui voulu par dessus tout par Hollande, qualifié d’ailleurs de candidats du système par Aubry pendant les primaires socialistes. Mélenchon voulait la sixième république pour mettre fin à l’oligarchie en place et instaurer la vraie démocratie, et Le Pen père et fille se sont toujours proclamés comme les vrais opposants à l’établissement symbolisé par l’UMPS.

C’est sur ce dernier point que le Front National a remporté la mise, car il est vrai que ce parti a toujours été exclu de la vie politique, à l’exception de son groupe parlementaire constitué fin des années 80, et toute alliance entre lui et la Droite a suscité l’ire des biens-pensants et fut vouée à l’échec. En ostracisant ainsi le Front National, celui-ci a gagné la légitimité d’être le vrai parti combattant l’oligarchie en place, et pour le coup, malgré un discours similaire à ceux de ses concurrents, il peut paraître comme étant celui du changement et de la rupture revendiqués par tous.

Mais ce qui est important est que l’émergence d’un parti et de son idéologie ne se fait pas d’un seul coup de baguette magique, mais au contraire, comme le décrivait Hayek dans La route de la Servitude, elle est le fruit d’une ambiance idéologique prédominante, que l’on pense être, à tort ou à raison, comme étant la vérité actuelle, le paradigme de l’époque et dont les racines ont des origines souvent multiples et parfois surprenantes. Ainsi chacun des participants à l’élection proclamant une affirmation dans l’air du temps, comme les nécessités du protectionnisme, de réguler la finance, d’attaquer les riches, de monétiser la dette (en prenant le contrôle de la BCE ou en revenant au Franc) ne fait que renforcer les positions similaires du parti opposé. En somme, il légitime cette idée, et la majorité des gens la considère désormais comme justifiée, qu’elle s’avère vraie ou fausse. Dans ce phénomène, il ne faut pas oublier le rôle prépondérant des intellectuels, des journalistes et des artistes, de tous bords et de toutes obédiences.

Alors les électeurs se tourneront toujours vers celui qui défendra les thèses du moment avec le plus d’ardeur et de sincérité. Ce fut le cas d’Hitler, dont les idées économiques furent largement défendues par les sociaux-démocrates, les communistes ou les conservateurs, tout comme sa mystique païenne et occulte que l’on retrouvait dans l’intelligentsia de gauche (lire le XIXè siècle à travers les âges de Phillipe Murray) ou sa dialectique révolutionnaire qui fut lancée par les communistes. Peu importe, les idées aiment à voyager.

Le Front National a bénéficié de ce phénomène en étant le creuset, le collecteur d’une majorité des thèses défendues par tous les partis, et qui ne furent pas seulement celles de la lutte contre l’immigration ou de la préservation de l’identité nationale, mais aussi celles d’un anti-capitalisme et d’un anti-libéralisme sauvage partagés par tous et qui font de la France, dans ce domaine, une exception culturelle dans le monde.


Sur le web

Voir les commentaires (25)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (25)
  • J’ai découvert des fautes de grammaires :
    Premier paragraphe
    – à ceux qui critiquAIENT,
    Deuxième paragraphe
    – aurAIENT du arrivER
    – la plupart des thématiques défendUES
    Troisième paragraphe
    – identité nationale défendUES

    Sixième paragraphe
    – En fait jamais unité dans les discours ne furent à ce point visible entre tous les partIS

    Dernier paragraphe
    -partagéEs par tous et qui fait de la France

  • Enfin, il y a peut être un paquet de gens qui en ont marre de voir le pays de leurs ancêtres envahi par des millions d’africains (du nord et de l’ouest et de l’est), qu’il faut loger, nourrir , éduquer et soigner gratuitement.
    De plus le vote Hollande est celui des fonctionnaires et le vote Sarkozy celui des retraités, c’est à dire qu’à eux deux ils représentent ceux qui vivent sur le dos des autres.
    Donc pas besoin de parler d’Hitler pour comprendre le vote FN.
    mais si ça peut vous faire plaisir!

    • L’anticapitalisme/antilibéralisme du FN est relativement secondaire dans le choix des électeurs.
      Les enquêtes d’opinion montre que les motivations des électeurs FN sont d’abord l’immigration et l’insécurité, et en second lieu les thématiques économiques et sociales. Les trucs les plus gauchistes (réduire les inégalités) viennent en tout dernier.

      Je doute franchement que des protectionnistes de gauche ou altermondialistes aient voté FN.

  • en réponse au titre sans lire le reste pas envie ! les electeurs decident pas la peine de chercher autre chose

  • Je ne suis d’accord qu’avec une seule chose : Marine est forte parce qu’elle est la seule candidate qui n’est pas dans le système. ENtre un socialiste qui en est l’archétype et un président sortant qui a clairement démontré qu’il n’a aucunement la vision nécessaire pour la crise qui traverse ce pays, Marine est le seul message qu’il reste aux électeurs pour montrer leur volonté de changement.

    J’espère qu’elle rentrera massivement à l’assemblée car c’est là la matrice de la confiscation du pouvoir de ce pays. AU nombre de députés on répartit les temps de parole et l’argent pour financer les partis.

    Et oui il y a une technocratie et une oligarchie administrative, comment pouvez vous n epas la voir. Vous ne vous étonnez pas de la raison pour laquelle vous pouvez avoir un tel succès d’audience et absolument aucune de vos propositions ou idées reprises par le pouvoir ?

    Tout simplement parce qu’aucun groupe nouveau ne peut pénétrer la forteresse du parlement. ET que l’application du statut de fonctionnaires à la vie publique empêche toute concurrence dans le personnel politique. On retrouve donc systématiquement des fonctionnaires aux poste clefs et c’est eux qui font le débat sans aucun autre espace.

    La seule façon de casser cela, c’est d’envoyer massivement le FN à l’assemblée pour leur couper crédits et contraindre les médias de véhiculer de nouvelles voix.

    Le Fn est un parti aujourd’hui sans unité duquel il peut naitre le meilleur comme le pire. Son ascension est aujourd’hui irrémédiable. La France est remontée contre la médiocrité du système politique et il n’y a aucune alternative crédible à Marine sur ce Front.

    Si vous continuez à le diaboliser vous en tirerez le pire. Si maintenant on invite ses éléments modérés et libéraux à s’exprimer, on peut en faire un espoir. C’est aussi simple que ça.

    Et arrêtez la comparaison à Hitler. c’est n’importe quoi. Hitler est arrivé au pouvoir dans un pays ruiné et humilié et à une époque ou le peuple n’avait aucune éducation et internet n’existait pas. franchement cet argument est ridicule et vous discrédite franchement.

    Le Pen est une aubaine. SI elle réussi, elle pourrait bien ouvrir une brêche dans le système qui permettra à de nouvelles voix de s’exprimer. Au lieu de déblatérer des imbécilités sur ce parti, vous devriez prier pour qu’elle y arrive et réfléchir sur la façon donc on pourra tirer parti de cette opportunité pour faire gagner du terrain aux idées libérales.

    • Marine est à 18% alors même que la France est encore épargnée par la crise et l’Euro pas encore remis en cause. A quel score croyez vous qu’elle sera quand la question de l’Euro sera posée et que les taux d’intérêts français vont commencer à exploser ????

      Quelle est la meilleure attitude ? Pousser ce parti dans ces retranchements ou commencer à débattre avec lui pour l’aider à se canaliser vers des propositions plus nuancées ????

    • Et puis c’est le seul appareil capable d’apporter du sang neuf en politique. C’est un parti qui connait depuis peu un afflux massif de gens issus de la société civile et qui est demandeur d’idées et de volontés. Comment vous ont traité Bayrou et l’UMP déjà ????

      • Au lieu de projeter vos fantasmes sur ce parti, vous devriez les inviter à s’exprimer dans vos colonnes. Voilà qui serait intéressant. Ou en est l’idée de faire un papier sur les courants qui traversent ce parti ? Voilà qui attirera de l’Audience…

      • « et qui est demandeur d’idées et de volontés »

        demandeur d’idées le FN ?
        des idées pour lutter contre la mondialisation ? contre un ultra-libéralisme inexistant en France ? contre la rigueur monétaire ?

    • D’accord sur ce point avec vous. Quand Hitler arrive sur le tapis, c’est que l’argumentation a pris fin et qu’on sort l’épouvantail pour faire diversion.

    • « Vous ne vous étonnez pas de la raison pour laquelle vous pouvez avoir un tel succès d’audience et absolument aucune de vos propositions ou idées reprises par le pouvoir ? »

      mais on ne voit que ça justement.
      « démondialisation », protectionnisme, HADOPI, LOPPSI, surveillance des citoyens, « made in france », création monétaire.

      et elle se réclame encore anti-système ?

      Le seul candidat anti-système c’est celui qui place les libertés de français au dessus de l’oligarchie « état »… et ça c’est tout le contraire de ce que fait Marine Le Pen.

      Elle demande elle même un état fort, sous-entendant que le nôtre actuellement serait trop faible.

    • Les libéraux, s’il y en a ici, devrait rejeter le FN plutôt que l’acclamer.

      Prenez exemple sur Ron Paul aux USA. Avant 2008 il faisait à peine 5%.

      Ce qu’il a gagné aujourd’hui il le doit au rejet sans concession du système « état », de la FED, de la création monétaire et des positions antilibérales des neo-cons et des démagocrates.

      Vous croyez qu’il serait crédible aujourd’hui s’il avait tendu la main à des candidats comme Romney ou Obama, sous prétextes qu’eux aussi se disaient « anti-système » ?

      Le meilleur moyen que les libéraux s’enfoncent d’avantage en France est justement l’alliance avec des politiciens amateurs de lois liberticides comme Marine Le Pen, Sarkozy ou Bayrou.

      Il faut rejeter tout ça en bloc, sans concession quitte à être trop têtu que pas assez.

      Pourquoi ? Simplement parce que les libéraux marchent sur une corde très raide.

      L’Europe est mal en partie à cause de l’inflation causée par la BCE. Marine propose quoi ? La création monétaire.
      L’Europe va mal à cause du manque de libertés individuelles et libertés de commerce. Marine propose quoi ? Protectionnisme, quotas.
      L’Europe (et la France) va mal à cause de la dette, Marine propose quoi… un état fort.

      À la moindre erreur des libéraux, on va tout leur remettre sur le dos. Voyez déjà comment ils se font accuser de problèmes qui n’ont rien à voir avec eux ? De Marine Le Pen à Mélenchon, ils sont tous convaincus du « complot ultra-libéral » imposé au monde par Milton Friedman qui fait souffrir tous les peuples blablabla.
      Selon eux c’est à cause des libéraux que les états sont endettés.

      Marine Le Pen quant à elle se fait excuser de ses erreurs toutes les 5 minutes. Elle peut littéralement changer d’aavis comme de chemise et il y en aura toujours pour la soutenir. Pourquoi ? Parce qu’elle est « anti-système ». Et par système ils entendent bien sûr la mondialisation.
      Avant elle était pour HADOPI, maintenant elle est contre.
      Avant JMLP était contre l’étatisme, maintenant Marine propose un état fort.
      Contradictions, contradictions, contradictions… et les gens s’en foutent. Mais ça ce n’est pas un luxe que les libéraux peuvent se permettre, il faut être de la dynastie Le Pen pour cela.

      Les libéraux n’ont pas le droit à l’erreur, le FN a le droit à toutes les erreurs du monde et on continuera à l’acclamer.

      La seule manière de combattre l’oligarchie et les étatistes au pouvoir n’est pas d’y faire rentrer un autre étatiste (le pire de surcroît), mais de s’opposer clairement et simplement à toute forme d’étatisme.

      Il faut montrer que la CRISE et la GALÈRE quotidienne des Français (trouver un boulot alors qu’on a BAC +5, entreprendre, ne serait-ce qu’avoir droit de disposer de son corps) ne sont pas résultantes de la MONDIALISATION mais de l’ÉTAT.

      Ce n’est pas avec des alliances que le libéralisme s’en sortira en France, mais par opposition claire et directe à toute forme d’étatisme.

      Ce n’est pas parce qu’Obama se disait anti-système en 2008 (« We want change ») que Ron Paul ou Gary Johnson sont allés l’accueillir à bras ouverts.

      Un seul candidat : Morsay.
      Un seul programme : la liberté.
      Un seul ennemi : l’état français.

      Pour ceux que ça intéresse http://www.squidoo.com/morsay-president

      • le problème c’est que le PLD ou AL ne veut pas faire dans l’anti-système (soutien à Bayrou). Moi je plaide pour la construction d’un mouvement politique libéral antisystème intransigeant sur le modèle du FN qui est passé de 0,74% à 18 %

        • en rassemblant les nationalistes et en gardant la singularité de leur discours sur le long terme. Les dirigeants des partis libéraux sont incapables de s’entendre pour s’unifier, et pour refuser toutes compromissions/alliances avec des dirigeants du système.

          Plutôt que de critiquer le FN, les libéraux feraient mieux de prendre exemple sur ce mouvement qui est parvenu à faire entendre ses thèses et à peser sur la politique au niveau national.

          • c’est beau comme du pascal obispo.il faut qu’on en soit tombé bien bas pour que les gens osent faire l’apologisme du fn et en etre fier.l’extreme droite a toujours su faire ses preuves …dans le mauvais sens.on peut compter sur « marine » pour nous le confirmer

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Bien qu'il ne se situe que peu de temps après la survenue inattendue de la pandémie de la Covid-19, qui habilla 2020 d'une aura d’étrangeté maudite, le cru 2022 entrera dans les annales de l'histoire, mondiales et françaises, comme ayant été l'année de toutes les nouveautés.

Des prismes inédits de lecture de notre monde commun ont fait leur apparition. La Nouvelle guerre froide, qui s'est déclenchée le 24 février par l'invasion russe de l'Ukraine, servira de plus en plus comme paradigme explicatif d'événements internationaux sans rappo... Poursuivre la lecture

Durant des décennies, la droite a été considérée comme une. La montée en puissance du Front national (devenu Rassemblement national), dans la seconde partie des années 1980, a modifié cette approche en mettant l'extrême droite en regard de la droite.

Petite(s) histoire(s) des droites[1. Le premier paragraphe a largement été inspiré par : Les grands textes de la droite et de la gauche lepoint.fr ; ainsi que par Qu'est-ce un Méchant Réac ? | Méchant Réac ! le site mechantreac.fr.]

 

Les divisions à droite sont anciennes, profonde... Poursuivre la lecture

Je viens de regarder une vidéo émouvante sur cet homme noir, Daryl Davis, qui se lie d'amitié avec un membre du KKK, sans (bien sûr) l'approuver pour faire triompher le dialogue et le respect sur la haine.

Ce qu'il dit sur le racisme et la lutte contre l'ignorance est très frappant. En particulier cette phrase :

"Si tu as un adversaire, tu ne dois pas respecter ce qu'il dit, mais respecter son droit de le dire".

Attention à ne pas voir le fascisme partout

C'est l'exact opposé de l'anti-fascisme que nous voyons se ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles