Sarkozy : le libéralisme et les raisons d’un échec

Est-ce parce qu’il n’était pas (ou du moins pas assez) libéral que Nicolas Sarkozy risque de perdre l’élection présidentielle ? Ma réponse va vous surprendre : en une première approche, non.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Nicolas Sarkozy à Davos (Crédits : World Economic Forum, licence CC-BY-NC-SA 2.0), via Flickr.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Sarkozy : le libéralisme et les raisons d’un échec

Publié le 21 avril 2012
- A +

Est-ce parce qu’il n’était pas (ou du moins pas assez) libéral que Nicolas Sarkozy risque de perdre l’élection présidentielle ? Ma réponse va vous surprendre : en une première approche, non.

Par Serge Federbusch.

Pour une raison difficile à entendre quand, précisément, on est soi-même libéral. Rien ne sert de se voiler la face, une large majorité des électeurs français est aujourd’hui hostile au libéralisme, conditionnée par un véritable endoctrinement éducatif et médiatique vieux de près d’un siècle. Même si Sarkozy est loin d’être une « reine de beauté libérale », la triste réalité est qu’il est le plus proche du libéralisme, parmi les 10 candidats. Quand il tacle Fabius en lui disant qu’il est « drogué à la dépense publique », il le montre bien. Et, même si je comprends certains partisans de François Bayrou, chez qui je compte des amis, je ne pense pas que ce dernier soit davantage un parangon de libéralisme que le président sortant, loin s’en faut. Un article publié dans les colonnes de Contrepoints a déjà fait la recension exhaustive des raisons pour lesquelles l’ancien ministre de l’Éducation est très éloigné, en paroles, en pensée comme en actes, du libéralisme : François Bayrou libéral ?

La réalité est donc triste et prosaïque : Nicolas Sarkozy, politicien opportuniste, suit ce qu’il pense être l’opinion ultra-majoritaire car il veut être élu et réélu. Il prend donc grand soin à ne pas apparaître libéral même s’il l’est un tout petit peu plus que les autres.

Voilà pour l’explication, « en surface ». En profondeur toutefois, on peut effectivement se demander si un Sarkozy plus courageux et sans doute plus en phase avec ses convictions profondes, en promouvant des réformes libérales, aurait eu plus de chances d’être réélu. Et là, la réponse est beaucoup plus nuancée.

Au fond, qu’est-ce qui risque de précipiter son échec ? Sarkozy, au moment où la crise grecque a commencé à éclater, il y a plus d’un an et demi maintenant, a usé de tous ses artifices et pesé de tout son poids politique pour défendre l’euro, monnaie dont la BCE pratique une gestion bien peu libérale, à la fois en œuvrant à sa surévaluation et, désormais, en actionnant dangereusement la planche à billet, se plaçant ainsi sur la pente glissante de la manipulation du prix des actifs et de la spoliation des épargnants.

Sarkozy a donc contribué, par ce biais, à la fois à faire perdurer un déficit de compétitivité qui lamine l’économie française et à prodiguer à la population la morphine de la création monétaire. Les Français souffrent juste ce qu’il faut pour lui en vouloir mais pas assez pour avoir conscience des périls qui les menacent. Dans ces conditions, une des armes principales de la campagne de Sarkozy face à Hollande : dénoncer le danger de la démagogie du candidat socialiste, frappe dans le vide. L’électorat ressent déjà des grandes difficultés et ne voit pas pourquoi elles empireraient avec la mise en œuvre du projet « hollandais ».

En réalité, la solution aux problèmes de la France est à la fois plus libérale et plus démocratique et le Parti des libertés, que l’ai l’honneur de présider, entend la promouvoir dans les prochaines années. Notre projet : « liberté pour la France », la résume :  Parti des Libertés

Il faut d’abord une révolution démocratique pour lutter contre la plus dangereuse des corporations : les élus professionnels, qui sont devenus les principaux fauteurs de conservatisme en France. Limitation à 20 ans de la possibilité de vivre de ses mandats, suppression des institutions parasitaires (sénat, départements, commissions en tout genre…), référendum d’initiative populaire : ces réformes constitutionnelles déverrouilleraient le social-corporatisme à la française.

Elles permettraient de s’attaquer à des rigidités profondément enracinées dans le corps social et économique : professions à statuts et à rentes, régime de la fonction publique, archaïsme de l’Éducation nationale, du système hospitalier, lois malthusiennes et clientélistes sur le logement et le commerce, etc. La liste est longue.

Retrouver cette liberté passe par un éloignement temporaire de l’Europe de Bruxelles si, comme c’est probable, cette dernière persiste à nous imposer une politique de change qui annule instantanément une large partie des effets de son tout récent laxisme monétaire et budgétaire et nous fait donc perdre sur tous les tableaux.

Cet élan réformateur est, soit à l’exact opposé de ce qu’a fait Nicolas Sarkozy depuis 5 ans, soit, le plus souvent, ce qu’il aurait dû faire et qu’il n’a fait qu’en apparence. Si nous prenons l’exemple de la réforme territoriale, elle n’est qu’une réformette qui n’a pas osé s’attaquer aux doublons administratifs et structures inutiles. Si nous prenons celle du non-remplacement d’un fonctionnaire sur deux, elle a maintenu en l’état le système des corps et grades qui ankylose et pétrifie l’administration.

Nicolas Sarkozy risque très probablement de perdre, non parce qu’il a fait de mauvaises réformes mais parce qu’il a, d’une certaine manière, fait pire : n’avancer que de quelques pas dans la bonne direction, maintenir l’essentiel des rigidités françaises et espérer que la communication lui permettrait de dissimuler ces insuffisances. Saboter de bonnes idées est parfois aussi grave que d’en promouvoir de mauvaises.

Si demain, comme c’est possible, François Hollande et ses complices détiennent tous les leviers du pouvoir étatique, il faudra que l’opposition à ce régime, qui sera vite décevant puis déliquescent, fasse un grand ménage intellectuel dans ses valeurs et s’appuie sur un libéralisme authentique pour se reconstruire et tenter de sauver ce qui pourra l’être dans notre pays.

Voir les commentaires (16)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (16)
  • Le candidat président de 2012, n’est pas celui de 2007, sa politique considérée ( faussement) par une majorité de Français comme libérale (ou néolibérale ou ultralibérale) a « gauchisé » l’électorat et va durablement plomber le libéralisme. Pour ma part je ne vois pas plus ( et pas moins) de libéralisme chez Sarkozy que chez Bayrou, sur le fond, ce sont les mêmes, il n’y a que la forme qui change et sans doute une vision moins personnelle du pouvoir et un attachement plus marqué à la séparation des pouvoirs chez le dernier. L’un est plus attaché au libéralisme économique mais croit en la puissance de l’état, l’autre aux libertés et en la responsabilité individuelles,avec un peu moins d’ego il pourrait se compléter efficacement.
    Mais il reste 5 ans pour redonner des couleurs au libéralisme et préparer 2017 avec un vrai candidat libéral !

  • Quand il tacle Fabius en lui disant qu’il est « drogué à la dépense publique », il le montre bien.

    Les actes valent plus que des paroles, et les finances publiques n’ont jamais été aussi mal gérées que sous Sarkozy. Ce président ne peut être associé, de près ou de loin, au libéralisme.

    • Exact.
      Dépense publiques en 2011 : 1 118,5 Mds€
      Dépense publiques en 2006 : 952,6 Mds€
      Bilan : + 166 Mds en 5 ans.
      Et certains osent appeler ça une politique de rigueur et d’austérité…

      • L’endettement de la France sous Sarkouille Ier :

        2007 = 1211 milliards
        2011 = 1717 milliards

      • Vous en avez pas marre de compter la sécurité social dans la dépense publique ? Obligé de balancer de la propagande pour vous rassurer sur la réalité de vos réflexions?

        • Pourquoi ne pas compter la Sécu? Elle est privée?

          • Non, elle n’est pas privée, mais la sécu c’est un peu le puit sans fond dans lequel on va chercher de l’argent quand on en manque…
            Ca permet de culpabiliser les gens en leur disant « regardez comme vous etes des méchants pas beaux qui dépensent l’argent publique »
            Mais bizarrement, le régime sécu d’Alsace-Moselle est bénéficiaire lui… (c’est vrai qu’on a pas la mer et le soleil comme prétextes aux arrêts maladie ^^)

          • Et bien oui, la Sécu est privée. Monopoliste et soutenue par le gouvernement, obligatoire, mais privée.

          • Non. Simple tour de passe passe pour les crédules. On se demande bien par quel sens du mot privé on pourrait la décrire comme telle.

  • Sarkozy n’a rien d’un libéral. Durant son mandat il s’est attelé à augmenter l’influence de l’État dans tous les domaines, taxant et légiférant à tour de bras sous le moindre prétexte. Il est le père fouettard des Français qui ne sont pas dans la droite ligne de ce que lui a décidé « pour notre bien ».

  • Sarkozy a été très décevant, il n’a réalisé aucune de ses réformes. Des petites réformettes et puis c’est tout.
    Pourquoi récompenser un président sortant qui ne réalise pas ce pourquoi il a été élu ? Pourquoi récompenser l’échec, la médiocrité ? C’est une bonne façon de casser encore plus l’appareil démocratique, non ?

    De toutes façons, la démagogie n’a plus de moyens financiers. Le prochain devra réformer. S’il ne le fait pas, c’est la Grèce en France.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Pendant la pandémie, l’État français aura détérioré son économie encore davantage. La dette publique est passée de 98 % du PIB fin 2019 à 118 % en mars 2021, alors qu’il a fallu presque 15 ans pour passer à un endettement de 80 % à 100 % du PIB. Il est donc impératif de revenir sur un sujet qui est toujours d’actualité depuis plusieurs décennies : réformer la France.

 

Le besoin criant de réformes en France

Étant donné le contexte, il est ahurissant que le président Macron, le premier protagoniste politique dans ce pays, ai... Poursuivre la lecture

Par Michael Miller[1. Michael Matheson Miller est chercheur et directeur des médias à l'Acton Institute. Ses films comprennent Poverty Cure, The Good Society, et Poverty, Inc., qui a reçu de nombreux prix cinématographiques.].

L’entrepreneuriat suscite un grand enthousiasme de nos jours. Il existe des entrepreneurs sociaux, intellectuels, éducatifs, et même des « intrapreneurs » (des entrepreneurs au sein de leurs propres entreprises).

Des entrepreneurs tels que Steve Jobs et Bill Gates ont été érigés en citoyens modèles. Des ma... Poursuivre la lecture

liberté
10
Sauvegarder cet article

Il est communément dit qu’en France, le libéralisme n’aurait aucun ancrage populaire, aucune existence politique, aucun passé et donc par voie de conséquence, aucun avenir.

On est en droit de se poser la question de savoir si c'est une réalité ou un mythe savamment entretenu à la fois par les libéraux désespérés du niveau de collectivisme du pays et par les collectivistes habitués à prendre leurs vues pour des réalités.

Si cela était vrai, pourquoi entendons-nous parler tout le temps de libéralisme ?

Certes, c’est princip... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles