François Lenglet sur la Parabole de la vitre cassée

François Lenglet, rédacteur en chef de BFM, fait référence à la « parabole de la vitre cassée » de Frédéric Bastiat pour expliquer l’importance de distinguer les effets de long terme des effets immédiats dans les phénomènes économiques

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
lenglet

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

François Lenglet sur la Parabole de la vitre cassée

Publié le 8 avril 2012
- A +

François Lenglet, rédacteur en chef de BFM, fait référence à la « parabole de la vitre cassée » de Frédéric Bastiat pour expliquer l’importance de distinguer les effets de long terme des effets immédiats dans les phénomènes économiques.

Par Damien Theillier.

L’arrivée de Free va-t-elle détruire des emplois ? Faut-il, comme le préconise François Hollande, bloquer les loyers ? Dans une chronique de « BFM Business », François Lenglet décortique ces deux questions d’actualité et cite Frédéric Bastiat et sa « parabole de la vitre cassée » pour expliquer les effets créateurs de la concurrence et les effets destructeurs de l’interventionnisme étatique.

Ou comment un économiste français du XIXe siècle continue à nous éclairer. Son approche était centrée sur la différence entre ce qu’on voit et ce qu’on ne voit pas.

Tout le monde voit les inconvénients immédiats de la concurrence mais seul le bon économiste voit ses effets créateurs à long terme. De même, tout le monde voit les avantages de l’intervention de l’État à court terme. Mais seul le bon économiste voit ses effets destructeurs.

La chronique de François Lenglet sur BFM Business  :

 

François Lenglet, qui cite ici Bastiat pour analyser l’actualité économique (c’est suffisamment rare pour le signaler), est le rédacteur en chef de cette radio. Et chose étonnante (mais rassurante en un sens), il n’a pas une formation d’économiste, ni de journaliste mais de philosophe.

Titulaire d’une maîtrise de lettres et d’une maîtrise de philosophie, il a vécu deux ans à Shanghaï (Chine) comme professeur de littérature française et correspondant en Asie pour L’Express.

En voilà un qui n’a pas eu l’esprit déformé par les théories néo-kéynésiennes fumeuses qu’on enseigne à l’université. Ce n’est certainement pas à l’école qu’il a entendu parler de Bastiat. Il s’est formé par lui-même en lisant, comme il le dit dans cet entretien.

À écouter tous les jours ici.

—-
Sur le web.

Lire aussi : Quelques articles qui analysent l’actualité économiques à l’aide de la « parabole de la vitre cassée ».

Voir les commentaires (12)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (12)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Paul Cwik.

Ordres exécutifs ! Masques obligatoires ! Confinement ! Allons-nous perdre notre pays ? Dans quelques années, le reconnaîtrons-nous ? Beaucoup de gens sont inquiets que la gauche soit en mouvement et qu'elle prenne le pouvoir.

Que pouvons-nous faire ?

C'est cette dernière question que l'on me pose le plus souvent et, honnêtement, je me la pose aussi assez souvent. Que pouvons-nous faire ? Parfois, en replaçant un problème plus important dans le contexte d'une situation plus petite, je peux trouver un peu de... Poursuivre la lecture

Pour contrer la disparition des lecteurs de journaux, les médias postent depuis longtemps leurs articles sur leur site internet et développent des applications pour les smartphones. C’est ce dernier phénomène qui est au cœur d’une nouvelle bataille économique et juridique entre Apple et les éditeurs français.

 

La concurrence des contenus gratuits et « One-Shot »

Canal de désintermédiation, Internet est accusé depuis longtemps de détruire de la valeur pour les médias.

Ces derniers sont contraints de repenser leurs mo... Poursuivre la lecture

Un article de l'Institut Coppet

[caption id="attachment_224997" align="aligncenter" width="318"] Frédéric Bastiat (image libre de droits)[/caption]

COMMERCE INTERNATIONAL — La différence des coûts de production dans l’échange international : « — Si l’on vous dit : Les terres de Crimée n’ont pas de valeur et ne paient pas de taxes. Répondez : Le profit est pour nous qui achetons du blé exempt de ces charges. — Si l’on vous dit : Les serfs de Pologne travaillent sans salaire. Répondez : Le malheur est pour eux et le profit pour no... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles