Mélenchon est-il un candidat totalitaire ?

imgscan contrepoints 959 Mélenchon

Nicolas Lecaussin pose la question sur le site de Valeurs Actuelles

Nicolas Lecaussin pose la question sur le site de Valeurs Actuelles. On dit souvent que la France est un pays singulier en matière de vie politique. Pour Nicolas Lecaussin, elle le démontre à nouveau à l’occasion de l’élection présidentielle avec, en la personne de Jean-Luc Mélenchon, un candidat qui représente le totalitarisme politique et économique.

Un article de l’aleps.

La réponse à la question posée dans le titre de ce billet est évidemment oui. Mais, dans son article de jeudi dernier 29 mars dans Parlons Vrai, notre collaborateur et ami Nicolas Lecaussin s’interroge surtout sur le fait qu’aucun média, aucun journaliste ne s’indigne des propos et du programme du candidat du Parti Communiste et autres gauches de la gauche. Certes, comme nous l’avons rappelé la semaine dernière, la « 6ème République » fait l’affaire de Nicolas Sarkozy, et François Hollande est la première victime dans les sondages. Mais, peut-être parce qu’il a connu dans sa jeunesse la dictature des communistes, Nicolas Lecaussin est scandalisé par l’indifférence, voire la complicité dont jouit Mélenchon.

Qui s’intéresse à ce qu’il écrit, à ce qu’il dit ? Jean-Luc Mélenchon de citer le stalinien Paul Éluard « Si vous voulez la paix, faites la guerre civile » et d’admirer la Constitution de 1793, celle de la Terreur : « Quand le gouvernement viole le droit du peuple, l’insurrection est pour le peuple, et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs ». Nos braves jacobins avaient confondu avec le « droit à la résistance à l’oppression » reconnu par la Constitution Américaine. Mais Mélenchon n’en a cure : « L’insurrection, c’est maintenant ! ».

Simple emphase d’un grand tribun ? Non pas, explique Lecaussin, qui énumère les principales réformes prévues par le programme de Jean Luc Mélenchon : à côté de la démagogie anti-capitaliste, comme le SMIC à 1 700 euros, l’instauration d’un salaire maximum, l’interdiction des licenciements et la reprise par les salariés des entreprises en faillite, il est prévu des « appropriations sociales par la nationalisation des grands leviers de l’action économique, industrielle et financière » et un « Conseil national des médias » pour mater des « médias principalement voués au libéralisme » (sic).

Conclusion de Nicolas Lecaussin : « Il est effarant de voir que personne ne conteste les délires totalitaires de M. Mélenchon ». Ici, nous contestons bien volontiers.

—-
Sur le web

Lire l’article de Nicolas Lecaussin sur le site de Valeurs Actuelles.