Troubles de la lecture : le témoignage d’une orthophoniste

L’immense majorité des enfants qui arrivent chez les orthophonistes pour trouble de la lecture ne viendraient pas consulter si on leur apprenait à lire avec une méthode syllabique

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
lecture

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Troubles de la lecture : le témoignage d’une orthophoniste

Publié le 1 avril 2012
- A +

De nombreux orthophonistes s’accordent pour dire que l’immense majorité des enfants qui arrivent pour trouble de la lecture ne viendraient pas consulter si on leur apprenait à lire avec une méthode syllabique. Témoignage d’une orthophoniste.

Un article de SOS Éducation.

Orthophoniste en libéral depuis cinq ans dans une petite ville de province, je suis en colère de voir chaque semaine des enfants arriver au cabinet uniquement à cause de la méthode de lecture utilisée par leur enseignant.
Je ne jette pas la pierre aux instituteurs,  la plupart ne savent pas quelles sont les méthodes les plus efficaces. Mais certains n’acceptent pas non plus nos remarques, pourtant formulées avec le plus de délicatesse possible.

De nombreux orthophonistes s’accordent pour dire que l’immense majorité des enfants qui arrivent pour trouble de la lecture ne viendraient pas consulter si on leur apprenait à lire avec une méthode syllabique. Nous en avons assez de faire du soutien scolaire. Mais si nous ne le faisons pas, qui sortira ces enfants de l’illettrisme lorsque les instituteurs ne veulent pas changer de méthode ? Je me permets de rajouter que cela se fait aux frais de la sécurité sociale. La société paie très très cher les errances pédagogiques d’un petit groupe qui a voulu tout révolutionner.

Bien sûr que si la méthode syllabique était de nouveau utilisée, je perdrais la moitié de mes patients venant pour troubles de lecture, mais je m’en réjouirais. Cela signifie que ne viendraient chez moi que ceux qui en ont vraiment besoin (vrais dyslexiques, handicapés etc). Et cela réduirait les délais d’attente indécents que nous avons aujourd’hui.

Par pitié, revenons à la raison !!

A.D., Haute Savoie

—-
Sur le web

Découvrez la sélection de méthodes syllabiques de SOS Éducation  en cliquant ici.

Voir les commentaires (10)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (10)
  • C’est malheureusement vrai!!! Nombreux sont nos jeunes qui ne savent ni lire ni écrire ( en terminale S et ES) bref qui n’ont pas acquis les alphabets fondamentaux. Le problème c’est que le mal est fait et comme un cancer rongera l’éducation nationale.La solution pour les parents viendra d’une école libre et ambitieuse loin du pouvoir de l’Etat.

    • Qu’est ce que vous entendez par « ni lire ni écrire » et en terminal S, je vois mal un analphabète aller au lycée.

      • Un analphabète ne sait ni lire ni écrire.
        Un illettré n’a que des bases rudimentaires en écriture et lecture.

        L’emploi d’analphabète est usurpé, certes, par abus de langage.
        Mais il est vrai que j’ai vu à la Fac des étudiants qui ânonnaient pour lire un simple énoncé.
        La question est : comment ont-ils pu passer le filtre, la sélection du Bac???
        Parce que cette épreuve a été fortement dévaluée et ne représentent plus rien !!!

  • Votre honnêteté vous honore

  • En complément de cet article, lire « Dyslexie : une vraie fausse épidémie » de Colette Ouzilou, l’un des meilleurs livres sur les ravages de la méthode globale en particulier et de l’école de Philippe Meirieu & co en général.

  • c’est bien vrai !! ma fille aînée( 25 ans) avait de gros problème au cp(lire un texte les yeux au plafond, j’appelle ça un problème…), en milieu d’année, j’ai envoyé promener ses devoirs pour lui apprendre la méthode syllabique, elle est devenue la meilleure de sa classe en français (lecture et compréhension de texte) jusqu’en 1ère. Son instit de l’époque a critiquée le fait que ma fille déchiffre les mots et ne lit pas couramment comme les autres (sic) et je lui ai répliqué » donner à lire à ma fille un mot nouveau et elle le déchiffrera, mais vos autres élèves en seront incapables ! notre écriture se déchiffre madame, on apprend pas par coeur des mots entiers, ce ne sont pas des idéogrammes !! » Ma petite dernière de 6 ans, je viens de la retirer du cp, problème de pédagogie, de violences à l’école, ect, bref, y en a marre, je pratique l’instruction en famille, et ce n’est pas facile de lui désapprendre à « deviner » les mots !! c’est terrible ! mais ça commence à rentrer….Et surtout, on a le temps de revenir sur les exercices, tant que ce n’est pas acquis ( sans les bases on ne peut rien faire), ce qui n’est pas le cas à l’école,ou les classes sont surchargées et les profs un programmes à boucler coûte que coûte…J’ai pu constater que leur méthode n’est que du survolage, où les mots sont appris par coeur pour les évaluations, évaluations qui ne sont que de la poudre aux yeux.

  • Oups, je ne me suis pas relue, il y a plein de fautes….!

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
L’Amérique Empire
1
Sauvegarder cet article

Quiconque s’intéresse aux affaires internationales ne peut rester indifférent au rôle des États-Unis dans le monde. Certains voient la politique étrangère américaine comme une aubaine, les États-Unis ont assuré une paix globale, une pax americana, depuis 1945 et de surcroît depuis 1991. D’autres voient plutôt la politique étrangère américaine comme néfaste pour le monde et pour les Américains eux-mêmes, comme un véritable obstacle à la paix et à l’harmonie entre les nations.

Nikola Mirković, analyste en géopolitique, appartient clairem... Poursuivre la lecture

La question de l’enseignement des mathématiques fait un retour préoccupant dans le débat public français. D’après les sociétés savantes et les enseignants de la discipline, seuls 59 % des élèves de terminale générale suivent actuellement un enseignement de maths contre 90 % avant la réforme du lycée mise en œuvre à la rentrée 2019.

Pas exactement l’orientation à laquelle on s’attendait de la part d’un ministre de l’Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, qui a beaucoup communiqué en début de quinquennat sur la nécessité de renforcer... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

L’écologie est un domaine gangrené par le poids du politique, de la démagogie, du militantisme outrancier et de l’idéologie. Difficile, trop souvent, de faire la part des choses entre ce qui relève du mythe, des préoccupations légitimes et fondées, de la bonne conscience achetée à bon compte, de la posture ou de l’imposture. Il s’agit d’une question sur laquelle il est devenu difficile de débattre, sous peine de se retrouver ostracisé. Sauf à être en phase avec ce qui, au sein de l’orthodoxie, a rang de vérité incontestable.

C’est pour... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles