Bourdieu : le « champ » de la tromperie intellectuelle et de l’idéologie totalitaire

L’ouvrage de Jean Baudouin qui vient de sortir, consacré à Pierre Bourdieu, rend un grand service aux libéraux en démasquant les théories antilibérales et antimondialistes du sociologue engagé.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Bourdieu : le « champ » de la tromperie intellectuelle et de l’idéologie totalitaire

Publié le 29 mars 2012
- A +

L’ouvrage de Jean Baudouin qui vient de sortir, consacré à Pierre Bourdieu, rend un grand service aux libéraux en démasquant les théories antilibérales et antimondialistes du sociologue engagé.

Un article de l’aleps.

Qui osait critiquer les diktats du sociologue Pierre Bourdieu, celui dont les analyses sociologiques voulaient changer le monde ? Rares étaient les courageux… Parmi eux : Philippe Bénéton, Raymond  Boudon et, bien entendu, Jean-François Revel.  Ils ont bien révélé les tromperies de Bourdieu et démasqué l’indigence de ses écrits. Mais c’est bien Jean Baudouin qui décortique le champ bourdivien dans Pierre Bourdieu. Quand l’intelligence entrait enfin en politique !, Cerf Éditions, 2012.

Parmi les duperies scientifiques de Bourdieu figurent à une place de choix ses théories sur l’école. Il soutient que l’éducation n’est réservée qu’à une élite et que les enfants d’ouvriers, de paysans… ne peuvent pas réussir comme ceux provenant des familles aisées. Bourdieu soutient cette thèse dans les années 1970 au moment où l’école donnait vraiment encore la chance à tout le monde et lorsque le nombre d’enfants issus des classes populaires qui réussissait dans les bonnes écoles était significatif (Philippe Bénéton a démontré dans ses livres, chiffres à l’appui, cette réalité). À partir des années 1980 et l’application des théories gauchistes uniformisant les capacités des élèves (il n’y a pas de bon ou de mauvais élève, il n’y a que des élèves en retard ou en échec scolaire à cause de leurs origines), la théorie de Bourdieu a bel et bien été appliquée et les élèves des familles favorisées ont quitté les mauvaises écoles pour se réfugier dans les bonnes.

Bourdieu est aussi celui qui dénonçait la mainmise d’une caste sur le monde médiatique (il affirmait ne pas être invité mais en réalité il refusait les invitations et, de toute façon, on a rarement vu un intellectuel aussi omniprésent lors des débats politiques) et sur celui des prix littéraires qui seraient réservés aux journalistes. Il suffisait d’un regard rapide pour constater que les lauréats ne sont nullement ceux dénoncés par Bourdieu.

Mais c’est contre la « théodicée néolibérale » que vise surtout le combat idéologique de Bourdieu. Et là, il faut remercier Jean Baudouin de faire ce que des libéraux auraient du faire depuis longtemps : démonter cette haine antilibérale.

Pour Bourdieu, la société est habitée par un « mal radical », la « mondialisation néolibérale ». Le monde est dirigé par la « main invisible du marché » (si elle est invisible, comment pouvait-il savoir ? ). Sa pensée, écrit Baudouin, est celle du soupçon et de la haine. Dans la première partie (la plus longue) de sa période, le sociologue ne propose pas d’alternative au monde libéral. Pas de futur radieux. Il souhaite juste la fin de « l’incarnation du mal ». Dans une deuxième période, et surtout à l’occasion de ses engagements contre les propositions de réforme de Juppé en 1995, il se déclare comme le défenseur de l’État-providence. Le communisme n’est pas invoqué directement. On sent son idéologie malgré l’amnésie volontaire du sociologue. Bien entendu, il ne condamne jamais les crimes communistes, ce qu’il faut combattre, ce sont les « victimes du libéralisme ». Jean Baudouin a raison de remarquer cette obsession antilibérale chez Bourdieu. D’ailleurs, la fin du communisme n’est qu’un « répit » en attendant le grand soir. C’est pathologique ! Les suppôts du libéralisme sont des « collabos », y compris les intellectuels des revues Esprit et Débat (qu’on ne peut pas vraiment soupçonner de libéralisme acharné…) car elles ont soutenu les réformes, avortées, d’Alain Juppé. Bourdieu va très loin : non seulement le symbole (l’épicentre) du libéralisme, les États-Unis, est un État « pénal », mais la démocratie même est « une façade hypocrite qui dissimule sous des principes chatoyants le jeu implacable des violences de classe ».

La pensée bourdivienne arrive à des cimes insoupçonnées dans cet article de 1989 intitulé « L’histoire se lève à l’Est. Pour une politique de la vérité. Ni Staline, ni Thatcher. » L’URSS et la Grande-Bretagne de Thatcher, même combat. Le comble c’est que Bourdieu va complètement à l’encontre de ce qu’il veut défendre. La classe ouvrière britannique a voté en très grande majorité pour Thatcher (réélue trois fois de suite) ! Mais c’est sûrement l’une des tares de la démocratie…

—-
Sur le web

Voir les commentaires (13)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (13)
  • Bourdieu avait une vision assez juste sur les médias, malgré tout. Sinon, parmi ses contempteurs, Edgar Morin : « Jusqu’alors, l’intellectuel qui écrit sur les intellectuels se pose automatiquement en sur-intellectuel. Il décrit, juge, condamne, comme s’il était affranchi de tous les déterminismes qu’il voit peser sur ses pairs. Tel nous explique pourquoi les intellectuels sont des petits-bourgeois aliénés, mais ne nous démontre jamais comme il a pu, lui, fils de bourgeois, échapper miraculeusement au déterminisme de classe. Tel universitaire typique nous montre comment les universtaires sont adonnés à la reproduction culturelle, mais sans pouvoir nous faire comprendre quelle bourde divine l’a affranchi de cette fatalité. »
    Source : Edgar Morin, Pour sortir du XXème siècle, p. 255-256, Points Essais (poche), novembre 1984

    Enfin, rappelons que Bourdieu est passé 20 fois plus à la télévision que Boudon : http://www.enquete-debat.fr/archives/le-marxiste-bourdieu-a-ete-20-fois-plus-invite-a-la-television-que-le-liberal-boudon

  • Encore un tâcheron de l’université qui a attendu que Bourdieu meurt pour oser s’attaquer à son oeuvre .

  • Un article à lire pour comprendre comment on démasque les théories antilibérales et antimondialistes.

  • Les bourdieuseries sont encore et toujours des references (minables) servies quotidiennement aux eleves de l’ecole publique. L’endoctrinement marxo-socialiste est en marche. Bourdieu etait une bouse intellectuelle. J’ai fete sa mort avec une bonne bouteille.

  • « Parmi les duperies scientifiques de Bourdieu figurent à une place de choix ses théories sur l’école. Il soutient que l’éducation n’est réservée qu’à une élite et que les enfants d’ouvriers, de paysans… ne peuvent pas réussir comme ceux provenant des familles aisées.  »
    En quoi cela est-il une duperie? Je suis étudiant dans une grande école et je peux vous affirmer que ce qui est écrit dans « Les Héritiés » est vrai

    • Vous devez en être le contre exemple pour ne pas savoir orthographier correctement le titre de l’ouvrage bourdieusien

  • je pense que bourdieu pense trop , mais ne fait rien , a part contribuer a la ruine du pays

  • je pense que bourdieu pense trop , mais ne fait rien , a part contribuer a la ruine du pays , comme beaucoup de ces collègues . tout ces gens qui pensent trop ,il leur manque un grain .

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La campagne électorale est enfin terminée, en laissant derrière elle un goût amer.

Il nous a été demandé de choisir entre douze, puis deux nuances de socialisme débridé et irresponsable. Quelle tristesse !

D’un autre côté, cette parenthèse dans la vie politique nous aura permis de savourer une trêve plus que bienvenue dans les bombardements incessants de mesures liberticides et infantilisantes qui frappaient le pays depuis deux ans. C’est toujours ça de pris.

Le bilan est cependant d’une détresse abyssale : absolument auc... Poursuivre la lecture

C'était Macron ou le chaos ! Avec 58,8 % des voix, Emmanuel Macron est réélu président de la République et inflige une défaite cinglante à Marine Le Pen, dont le programme national-populiste n'a séduit que 41,2 % des électeurs. Candidat entré dans le débat public par effraction en 2017, Emmanuel Macron en 2022 incarnait aux yeux d'une majorité d'électeurs la stabilité rassurante face au saut dans l'inconnu Le Pen. Les électeurs les plus âgés, les plus diplômés et les plus protégés des aléas de la mondialisation ne s'y sont pas trompés et ont ... Poursuivre la lecture

2
Sauvegarder cet article

On dit qu'en démocratie, les peuples ont les politiciens qu’ils méritent. Devant les désolantes options qui ont été les nôtres dans ce premier tour de l’élection présidentielle, il est temps de s’interroger sur ce que nous sommes devenus.

Sur les 12 candidats, 9 sont incompatibles avec la démocratie libérale, le commerce international et l’économie de marché.

Au moins trois militants trotskystes - Philippe Poutou, Nathalie Arthaud, Jean-Luc Mélenchon - ont obtenu sans souci les signatures de 500 de nos élus qui leur ont permis d... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles