Mêmes préhistoriques, les humains étaient déjà méchants

Déjà, il y a 50.000 ans, l’humain n’était pas éco-compatible et mettait même un bazar sans nom en Australie.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
imgscan contrepoints 914 Eva Joly

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Mêmes préhistoriques, les humains étaient déjà méchants

Publié le 27 mars 2012
- A +

Dans la Religion Écologique, il est indispensable de bien comprendre la notion de Repentance. À l’instar des autres religions où l’Homme est considéré, avant tout, comme un être imparfait que l’application du dogme aussi stricte que possible aidera à rendre meilleur, l’Écologie Moderne Pro-Gaïa s’emploie à trouver les sources (nombreuses) des pêchés originels que seule la Repentance moderne permettra d’effacer…

Et c’est donc grâce à l’un des vigoureux évêques du Mouvement De Repentance Verte, Stéphane Foucart, que nous apprenons ces jours-ci un nouveau péché à mettre au débit de l’engeance humaine.

Pour rappel, Mgr Foucart du Monde est, avec Mgr Huet de Libération, le journaliste en charge de transmettre la Bonne Parole Écologiste aux francophones dont l’attrition n’a plus guère de limite, voitures électriques, taxe carbone et Grenelles de l’Environnement aidant. Ils ont, l’un comme l’autre, aidé La Cause par leurs nombreux articles taillés finement dans la Science That Is Settled™ à prouver que le Réchauffement Climatique était bien là, qu’il était là pour durer, qu’il était là par l’immense faute de l’Homme, et que si, Tous Ensemble, nous ne nous flagellions pas énergiquement les testicules à coup de taxes écologiques, nous allions, Tous Ensemble, périr dans des souffrances abominables face, notamment, à une montée des eaux de 1 cm en 100 ans (ou 10 cm ou 100 cm, peu importe), ce qui, on en convient facilement, défie le génie adaptatif humain dans des proportions inouïes (et c’est bien fait, na).

Foucart & Huet, Tripes & Volailles

On savait déjà que l’Homme était responsable du refroidissement climatique dans les années 70. Ensuite, il fut rapidement responsable des pluies acides. C’était très moche à voir et, sans nul doute, le résultat de son activité économico-polluante à la graisse de bébé phoque massacré. Par la suite, il fut aussi responsable du trou dans la couche d’ozone. Il était logique qu’il soit à nouveau responsable du réchauffement climatique lorsque celui-ci fut découvert, quand bien même il fut ensuite montré que le réchauffement ne persistait pas.

Time : freezing or warming ?

Et cette fois-ci, les recherches rapportées par notre imprécateur sont formelles : l’Homme, animal fourbe et veule, est responsable de la disparition de toute une faune lorsqu’il a colonisé l’Australie, il y a 50.000 ans. Enfin, disons qu’au départ de l’article, l’homme est peut-être responsable. Ensuite, les paragraphes suivants permettent de passer à probablement puis d’oublier complètement l’aspect putatif de l’hypothèse émise par les chercheurs pour ne plus considérer que l’impact, négatif, forcément négatif, du gros mammifère mou sur la faune australienne. D’ailleurs, le titre est clair : il s’agit des « premiers excès de la chasse ». Excès et puis c’est tout ! Ainsi, on admet que, je cite :

Ce sujet soulève des discussions animées : d’autres hypothèses sont bien souvent mises en avant, qui exonèrent l’homme dans la survenue brutale de ces extinctions en cascade.

Mais voilà : exonérer l’homme de ces disparitions, c’est un peu fort de café. Heureusement, avec un peu de travail, on comprend que l’explication humaine d’une catastrophe écologique est tout de même bien plus séduisante favorable aux subventions probable, et que les travaux menés « montrent clairement que la chasse seule, à une échelle continentale, à une période de faibles changements climatiques et de variations ténues de la végétation, a été suffisante pour éliminer les méga-herbivores ».

Eh oui. Il y a 50.000 ans, alors que l’humanité tout entière ne compte probablement pas beaucoup plus de quelques millions d’individus, une poignée ou quelques dizaines de milliers d’hommes aura décimé toute la faune australienne en brûlant tout sur son passage.

Décidément, soit l’homme provoque le réchauffement climatique (qui tue des veuves, des orphelins, des ours polaires et des bébés phoques, ne l’oublions pas), soit il n’a pas le niveau industriel requis pour bousiller le climat, et il se rattrape alors en boutant le feu à la savane pour détruire des hordes de gros mammifères locaux. Il n’y a vraiment aucune issue : l’Homme est un loup pour l’Homme, le Loup, le Mammouth Laineux et le moustique des marécages.

C’est un scandale.

Finie la lumière au bout du tunnel !

Ici, il n’est pas mon propos de discuter le résultat, toujours hypothétique, du reste, de l’étude proposée à notre réflexion.

En revanche, je note qu’il y a toujours ce biais de présentation dans les articles de la presse francophone notamment qui consiste à présenter en priorité l’impact de l’homme comme une nuisance ou comme cause des catastrophes. L’impact de l’homme pour stabiliser un environnement, pour améliorer des races animales ou végétales, pour, en quelque sorte, dompter son environnement et en faire quelque chose qui lui permette de s’affranchir des limites de sa propre biologie ne sont jamais présentés dans ces mêmes colonnes. Si l’on doit parler de l’agriculture, on prendra soin de montrer les ravages qu’elle aura provoqués sur la faune et la flore dans laquelle on l’aura développée. Si l’on parle des sélections de semences, de races animales, on n’oubliera pas de mentionner tous les problèmes que ces sélections auront provoqués sur les autres espèces, laissées sauvages.

On s’attardera, à loisir, sur la disparition du loup et de l’ours en France, par exemple : quelle tristesse, ces animaux pourtant si typiques de nos régions, ont disparu et ne rôdent plus à l’orée des villages lorsque l’hiver arrive ! Zut alors. Et tant pis si ces beaux spécimens croquaient du paysan une fois de temps en temps. C’était la nature, et c’était mieux ainsi.

De façon paradoxale, nos mêmes amoureux d’une Nature Plus Naturelle Et Sans Homme (comprenez, sans ce gros lourdaud d’occidental égocentrique et pollueur) vont encenser la parfaite intégration avec la faune et la flore locale des actuels descendants de ces premiers colons australiens. Pourtant, si l’on est logique, les ancêtres de ces hommes sont bel et bien ceux qui ont cramé de la méga-faune au pléistocène et leur belle intégration s’est donc faite au prix fort. Salauds de bushmen, quoi !

Plus sérieusement, compte tenu des nombres d’individus en jeu, des surfaces (un continent entier), des échelles de temps (quelques millénaires, tout de même), il y a fort à parier que les espèces en questions auraient disparu avec ou sans l’intervention de l’homme.

Mais il faut reconnaître que chercher la faute de l’homme est bien plus efficace : d’une part, elle assure une bien meilleure obtention de fonds pour les recherches, et d’autre part, elle permet un relai médiatique beaucoup plus grand.

Et puis de toute façon, s’il y a doute, il suffit de rappeler que Science Is Settled™.

—-
Sur le web

Voir les commentaires (17)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (17)
  • Merci pour ce rappel.
    Et oui, on a pas attendu l’ère industrielle pour décimer les espèces et encore moins pour croiser biologiquement les plantes, fruits etc…(d’ailleurs, on a même pas attendu les humains tout court pour modifier la nature). Ce qu’on prend aujourd’hui pour des fruits bio et naturels cueillis dans le verger sont des modifications de modifications, faites par l’Homme, souvent fortuitement d’ailleurs.

    Quant aux Aborigènes d’Australie, bien qu’ils aient été la civilisation la plus en retard et isolée de tout contact, même eux avaient déjà entrepris de modifier leur environnement au moment où les Européens sont arrivés (en témoignent des infrastructures de pêche de plusieurs kilomètres de long). Lire à ce sujet Gun, Germs and Steel de J.Diamond pour plus d’info.

  • L’antépénultième paragraphe, avec la mise en évidence de la notion d’échelle humaine versus l’échelle continentale, terrestre ou même cosmique, est un rappel indispensable pour comprendre le caractère sectaire des climatologues, sans être soi-même un scientifique. H16, merci de l’avoir fait.

    On pourrait ajouter qu’aujourd’hui, la seule véritable menace pour l’humanité n’est pas le climat mais l’obtus collectiviste, vert, rouge ou brun, comme l’histoire nous le montre à l’envie.

  • Pourquoi commenter un article de seconde main ? L’abstract de l’article en question est bien assez clair.

    http://www.sciencemag.org/content/335/6075/1483.abstract

    « Giant vertebrates dominated many Pleistocene ecosystems. Many were herbivores, and their sudden extinction in prehistory could have had large ecological impacts. We used a high-resolution 130,000-year environmental record to help resolve the cause and reconstruct the ecological consequences of extinction of Australia’s megafauna. Our results suggest that human arrival rather than climate caused megafaunal extinction, which then triggered replacement of mixed rainforest by sclerophyll vegetation through a combination of direct effects on vegetation of relaxed herbivore pressure and increased fire in the landscape. This ecosystem shift was as large as any effect of climate change over the last glacial cycle, and indicates the magnitude of changes that may have followed megafaunal extinction elsewhere in the world.  »

    Mais, c’est vrai, il est toujours possible de balayer un travail scientifique sérieux publié dans LA revue à comité de lecture de référence en affirmant « il y a fort à parier que les espèces en questions auraient disparu avec ou sans l’intervention de l’homme. »

    Vous auriez pu être bien plus concis en disant simplement  » Voici une publication qui contredit ma vision du progrès. Pas grave, c’est surement une manipulation, attendons donc une étude contraire, et le temps jugera les catastrophistes aussi bien que les optimistes  »

    Mais c’est sur avec aussi peu de mot, on ne peut pas s’offrir le plaisir de taper sur ces écolos forcément idiots et irresponsables.

    • (Re)lis l’article: la « thèse » principale de l’auteur c’est justement le traitement journalistique franchouille, et notamment celui de « Foucart & Huet » (tripes & volaille), régulièrement « invités » des billets d’H16…

    • Et puis quand on voit ce que de grandes références de la presse scientifique à comité de lecture a laissé passer, par exemple Nature, on se pose quelques questions…

  • Science est dirigé par un certain Ronald Kennedy, un néo-malthusien convaincu (et accessoirement viré de son université pour malversation et magouilles mais bon, rien que du classique avec les escrologistes). Il était à fond avec Karl Sagan dans la propagande anti-nucléaire avec le canular de l’hiver nucléaire jusqu’à ce qu’ils soient complètement discréditées par leurs prédictions foireuses sur les incendies de puits de pétroles par Saddam lors de la première guerre du Golfe (incendies sensées déclencher l’apocalyyyyypppse). C’est une revue qui a depuis longtemps sombré dans le catastrophisme et la propagande malthusienne et réchauffiste et complètement envahie par de la pseudo-science écolo subventionnée.
    Il suffit de pondre n’importe quelle « étude » virtuelle qui démontre la culpabilité de l’homme pour être publiée, le papier en question en est un parfait exemple, alors comme « LA (sic) revue de référence », warfff. Décidément, la crédulité des bigots écologistes est infinie.

    A noter aussi que son concurrent principal, Nature, est aux mains des Holtzbrincks (qui ont racheté aussi Scientific American qui n’a plus rien de scientifique) une famille aristocratique allemande au pedigree nazis et écolos impeccable. Alors l’argument d’autorité de « LA revue de référence », poubelle.

    • Pas de bol, le directeur de publication dont vous parlez, qui s’appelait en fait DONALD Kennedy, a cédé sa place en 2008 à un certain Bruce Alberts , http://en.wikipedia.org/wiki/Bruce_Alberts

      Et bien sur, vous seul avez le nez fin pour détecter les papiers peu crédibles au milieu de toutes les publications scientifiques de cette revue. Soyons sérieux, je vous en prie.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La future sobriété annoncée dans les principaux médias serait contrainte par la situation générale (covid et guerre en Ukraine).

Ces privations forcées (heureuses ?) deviendraient-elles aujourd’hui l’autre nom du rationnement que les Français ont connu pendant la guerre entre 1940 et 1945 ?

La cause est-elle à rechercher dans « la conjoncture » internationale, ou est-ce le résultat de l’impéritie et de l’incompétence des gouvernements successifs depuis au moins 15 ans ?

 

La sobriété serait vertueuse ?

Il est ... Poursuivre la lecture

Après la grande distribution, les stades de football ? Invitée ce mardi de nos confrères de France Info, la ministre des Sports Amélie Oudéa-Castéra a annoncé que les événements sportifs pourraient incessamment sous peu se dérouler plus tôt qu’à l’habitude afin de limiter la consommation électrique des éclairages. Incessamment sous peu car cela pourrait s’appliquer dès cet hiver. Plus tôt qu’à l’habitude car la ministre souhaite réduire la consommation énergétique du secteur dont elle a la garde.

En cause : un plan d’économie d’énergie... Poursuivre la lecture

Les négociateurs du Parlement européen et des États membres de l'UE (Union européenne) sont récemment parvenus à un accord sur de nouvelles règles européennes visant à lutter contre ce que l'on appelle le "blanchiment écologique", par lequel des entreprises se présentent comme plus respectueuses de l'environnement qu'elles ne le sont réellement. Les nouvelles règles imposent une série de nouvelles exigences en matière de rapports - d'abord aux grandes entreprises, puis également aux PME - dans le but de "mieux informer" les citoyens de "l'imp... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles