Les deux sens de l’État

photo-de-Jouvenel

« L’État, c’est nous » ? Non, « l’Etat, c’est eux » ! La citation du dimanche, de Bertrand de Jouvenel.

« L’État, c’est nous » ? Non, « l’État, c’est eux » !

La citation du dimanche, de Bertrand de Jouvenel.

Le terme d’État – et c’est pourquoi nous l’évitons – comporte deux sens fort différents. Il désigne d’abord une société organisée ayant un gouvernement autonome, et, en ce sens, nous sommes tous membres de l’État, l’État c’est nous. Mais il dénote d’autre part l’appareil qui gouverne cette société. En ce sens les membres de l’État, ce sont ceux qui participent au Pouvoir, l’État c’est eux. Si maintenant l’on pose que l’État, entendant l’appareil de commandement, commande à la Société, on ne fait qu’émettre un axiome ; mais si aussitôt l’on glisse subrepticement sous le mot État son autre sens, on trouve que c’est la société qui commande à elle-même, ce qu’il fallait démontrer. Ce n’est là évidemment qu’une fraude intellectuelle inconsciente. Elle n’apparaît pas flagrante parce que précisément dans notre société l’appareil gouvernemental est ou doit être en principe l’expression de la société, un simple système de transmission au moyen de quoi elle se régit elle-même. À supposer qu’il en soit vraiment ainsi – ce qui reste à voir – il est patent qu’il n’en a pas été ainsi toujours et partout, que l’autorité a été exercée par des Pouvoirs nettement distincts de la Société, et que l’obéissance a été obtenue par eux.

Bertrand de Jouvenel — Du pouvoir (1945).

Bertrand de Jouvenel (Paris, 31 octobre 1903 – Paris, 1er mars 1987) est un juriste, politologue et économiste français. Après des études scientifiques et juridiques, il est correspondant diplomatique puis correspondant pour divers journaux, avant d’entamer une carrière universitaire.

Écologistes comme libéraux de droite et de gauche le reconnaissent pour l’un de leurs guides. Parmi ses trente-sept livres, Du Pouvoir reste une référence. Jouvenel est d’ailleurs, avec Friedrich von Hayek et Jacques Rueff, le fondateur de ce club d’intellectuels libéraux qu’est la Société du Mont-Pèlerin. Nombre de jeunes économistes ont senti poindre leur vocation en découvrant son analyse des États et en suivant ses cours. Il a compris le premier que la gestion de l’environnement revêtait une importance politique. Et enfin, il s’est fait le promoteur de la prospective.

Il est le fondateur de la revue Futuribles nommée d’après le néologisme formé par Luis de Molina au XVIe siècle en contractant « futurs » et « possibles ».

—-
Lire sur wikiberal :