Taxes Sarkozy sur les exilés fiscaux : les Français de Belgique n’ont rien à craindre

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Taxes Sarkozy sur les exilés fiscaux : les Français de Belgique n’ont rien à craindre

Publié le 17 mars 2012
- A +

La proposition de Nicolas Sarkozy de taxer les exilés fiscaux frappe par son illogisme et son inapplicabilité. Au final, rien à craindre pour eux, au moins pour les Français de Belgique.

Par Thierry Afschrift, depuis Bruxelles, Belgique.

C’est une étonnante proposition que le Président français a récemment formulée. Il a en effet émis l’intention, s’il est réélu, de taxer dorénavant les personnes de nationalité française qui auraient choisi d’aller vivre dans un autre pays, lorsque ce choix a été dicté par des considérations fiscales.

La proposition est d’abord étrange par son illogisme. À l’exception, certes notoire, des Etats-Unis, aucun Etat occidental n’utilise la nationalité comme critère de taxation.

Le système qui résulte de multiples traités internationaux est celui qui recourt exclusivement à la résidence comme critère d’imposition. C’est d’ailleurs parfaitement logique : dans la mesure où l’impôt est censé financer les services publics rendus sur un territoire, il est normal que les personnes vivant sur ce territoire, et elles seules, participent au financement de ces services.

C’est d’ailleurs pour cela que les personnes de nationalité étrangère, en France comme ailleurs, sont des contribuables comme les autres, dans le pays où elles résident. Il n’y a donc aucune raison d’utiliser la nationalité, qui, en soi, n’implique guère de droit envers l’Etat ni de prestations de celui-ci, comme critère de l’imposition.

De plus, la France a signé plus d’une centaine de conventions préventives de la double imposition avec de très nombreux pays dans le monde, y compris ceux (Belgique, Suisse, Angleterre, Luxembourg, Maroc) que les français choisissent habituellement comme nouveaux lieux de résidence. Ces conventions ne permettent pas à l’Etat français de taxer des résidents de ces pays en France, pour le seul motif qu’ils seraient de nationalité française.

De tels traités priment sur l’application de la loi française, qui ne pourra dès lors être appliquée aux résidents de ces pays, sauf s’ils sont renégociés. Mais les pays qui ont conclu de tels traités avec la France ne sont pas obligés d’en accepter la modification et n’y ont en réalité pas intérêt.

Enfin, on se demande bien comment l’administration fiscale française pourra repérer, parmi les deux millions de français qui ont quitté leur pays, ceux qui ont agi exclusivement pour des raisons fiscales, et les distinguer de ceux qui ont déménagé pour d’autres motifs, voire pour une combinaison de motifs fiscaux et autres.

Au 4ème siècle après Jésus-Christ, déjà, des Gaulois surtaxés par l’Empire romain quittaient leur pays pour franchir le « limes », qui séparait l’Empire des régions contrôlées par les Barbares, y compris des régions qui sont aujourd’hui en Belgique, au Luxembourg et en Suisse. L’Empire romain n’y a pas survécu …

Sur le web

Lire également l’éclairage d’un fiscaliste français sur la proposition de Nicolas Sarkozy.

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • les intentions , les promesses , surtout quand ça sort de la bouche d’un menteur comme sarkozy , c’est une chose ; passer à l’acte en est une autre ; pour ma part je ne m’inquiètes pas pour les riches , avec sarkomenteur , ils sont tranquilles ;

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Imaginez un candidat d’extrême gauche expliquer qu’il a très envie d’emm… les 700 000 millionnaires hexagonaux. Admettons que l’exemple est mal choisi tant celui-ci risquerait d'être élu lorsqu’on se souvient de l’effet d’un « mon véritable adversaire, c’est le monde de la finance » sur l’opinion française.

Prenons un exemple plus parlant : imaginez une France alternative dans laquelle un candidat d’extrême droite déclarerait qu’il a très envie de faire la même chose aux 6 millions de musulmans de ce pays. Quel tollé profondément légit... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Pascal Salin et Philippe Lacoude.

Première partie de la série ici Seconde partie de la série ici Troisième partie de la série ici Quatrième partie de la série ici Cinquième partie de la série ici Sixième partie de la série ici Septième partie de la série ici Huitième partie de la série ici

Comme nous l’avons vu précédemment, les impôts directs sur le capital (tels l’IGF, l’ISF, l’IFI ou les droits de succession) ne pourraient avoir un impact positif sur la croissance économique à long terme que dans la mesure où l’usage qui ... Poursuivre la lecture

Par Fabien Bottini[1. Qualifié aux fonctions de Professeur des Universités en droit public, Université Le Havre Normandie.]. Un article de The Conversation

Le 1er mars dernier, le Tribunal correctionnel de Paris a condamné Nicolas Sarkozy à trois ans de détention, dont un ferme, pour corruption et trafic d’influence. À l’appui de cette sanction, les juges ont souligné que ces infractions avaient porté « gravement atteinte à la confiance publique en instillant dans l’opinion publique l’idée selon laquelle » la justice pouvait « faire l’... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles