Arabie Saoudite : Haro sur Hamza Kashgari

La persécution du jeune journaliste Hamza Kashgari par les autorités d’Arabie Saoudite,accusé d’apostasie à cause de ses tweets jugés « blasphématoires », se concrétisecomme un nouveau cas d’usage politique de la sensibilité religieuse du pays.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
imgscan contrepoints 822

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Arabie Saoudite : Haro sur Hamza Kashgari

Publié le 7 mars 2012
- A +

La persécution du jeune journaliste Hamza Kashgari par les autorités d’Arabie Saoudite, accusé d’apostasie à cause de ses tweets jugés « blasphématoires », se concrétise comme un nouveau cas d’usage politique de la sensibilité religieuse du pays.

Par Giuliano Luongo.
Article publié en collaboration avec UnMondeLibre

 

Politique, religion et… internet

Ce dernier épisode a animé la chronique internationale à la mi-février, mais a commencé le 4 février dernier, date du Mouled (l’anniversaire de la naissance du Prophète Mohammed). Ce jour-là, Hamza Kashgari, reporteur saoudien de 23 ans travaillant au quotidien Al-Bilad, a publié sur son compte Twitter des messages forts concernant son rapport avec la religion [1].

Hamza Kashgari

Ces tweetts ont rapidement reçu environ 30 000 commentaires de personnes qui se sont senties gravement touchées : les plus radicaux sont aussi arrivés à demander la tête du journaliste. Ironiquement, les « tweets blasphématoires » ont été durement contesté par un groupe de Facebook (comptant 20 000 personnes) appelé « le peuple saoudien réclame l’exécution de Hamza Kashgari ». Le journaliste a réagi à tout cela en exprimant très tôt ses excuses pour ses affirmations, en se disant repenti et demandant le « pardon de Dieu et des gens pour son péché » : il a finalement supprimé ses tweets.

Cette affaire a fourni aux autorités saoudiennes la chance de montrer leur force aux yeux des citoyens et, en même temps, de consolider leur légitimation politique.

Elles n’ont pas accepté les excuses de Kashgari et, en suivant la vague d’indignation de la population, ont décidé d’intervenir en appliquant à la lettre la loi, en accusant le journaliste d’apostasie – crime passible de peine de mort. On rappelle qu’un comité de religieux a émis une fatwa contre lui. En outre, le cheikh Nasser al-Omar (personnalité très influente) a demandé personnellement le procès pour apostasie. Pour le journal online SABQ, le roi en personne a émis un mandat d’arrêt contre Kashgari.

Au vu de la situation, le journaliste a fui en Malaisie prévoyant de se refugier en Nouvelle-Zélande, mais il a été arrêté par les autorités malaysiennes et extradé en Arabie. Il est intéressant noter qu’entre les deux pays il n’y a pas de traité d’extradition, même s’il y a des « rapports cordiaux ». Les pressions des ONGs Amnesty International et Human Rights Watch pour interdire l’extradition [2] n’ont servi à rien.

La religion au service de la politique, la politique au service de l’argent

On est face à un cas typique d’usage politique de la religion. Le gouvernement saoudien tire sa force de la légitimation religieuse : les autorités ont réussi à rester en place, résistant à la vague du Printemps Arabe, en instaurant un régime répressif fondé sur l’application littérale d’une lecture radicale de l’Islam, qui a maintenu l’évolution sociale au temps du Moyen-âge. Le message de paix de la religion en sort déformé,dans un série de diktats imposés par la force : la répression violente et non proportionnelle au crime est à l’ordre du jour. Poursuivre Kashgari sera, pour les autorités, un acte exemplaire, pour « inviter » les autres citoyens à se taire.

L’affaire Kashgari n’est pas un cas isolé : en Arabie saoudite la peine de mort (par décapitation ou lapidation, dans les cas d’adultère) est pratique commune. Nombreux sont les délits qui mènent à cette condamnation, comme l’apostasie, le blasphème, la sorcellerie et l’homosexualité – sans compter les délits concernant les violences à la personne.

Trait d’union entre les différentes condamnations : le silence des pays occidentaux, qui continuent à ne faire aucune pression pour le progrès en Arabie. La raison est simple à comprendre : déranger un si grand pays pétrolier fortement lié avec les puissances occidentales dans de nombreux cadres de l’économie et de la géopolitique n’est pas considéré comme… économiquement rationnel. L’Arabie est trop utile en ce moment, et donc ses partenaires « démocratiques » n’optent pas pour des pressions officielles. Le combat pour la promotion des droits est soutenu seulement de l’extérieur par les ONGs, mais la situation sur le territoire est très difficile : les chances de s’opposer sont minimes, et grâce au contrôle de l’information et à l’ostracisme à l’encontre des « subversifs », la population ne réussit pas à prendre conscience de la situation. Il faut faire une triste considération : l’Arabie a toutes les cartes en main pour rester une forteresse de l’autoritarisme religieux, où l’élite riche et radicale, soutenue par les puissances étrangères, étouffe la libre pensée et les droits fondamentaux.

Rappelons enfin que Hamza Kashgari, probablement, ne voulait (et ne veut) pas devenir un martyr : il est seulement un jeune homme qui veut vivre dans un régime plus démocratique et réfléchir publiquement à son rapport avec la Foi. L’Arabie, en traitant cet épisode comme une « grave crise », faillit à la fois comme État (au sens moderne du terme) et comme force authentiquement islamique, vu sa tendance à profiter de la religion à des fins politiques et de contrôle de ses citoyens.

—-
Article paru initialement sur UnMondeLibre

Notes :
[1] Comme cela est rapporté dans cet article sur Jeune Afrique :http://www.jeuneafrique.com/Article/JA2667p046.xml0/facebook-condamnation-malaisie-journalisteen-arabie-saoudite-on-ne-blogue-pas-avec-le-prophete.html

[2] L’hypothèse de l’implication d’Interpol dans cette arrestation a été démentie par Interpol.

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les censeurs du monde entier retiennent leur souffle : Elon Musk a suspendu temporairement l’accord de rachat de Twitter, occasionnant une plongée en bourse de la célèbre entreprise à l’oiseau bleu. Avant de l'acquérir, le milliardaire voudrait évaluer le nombre de faux comptes et de spam sur le réseau, que ses administrateurs estiment à environ 5 %.

Elon Musk a bien précisé qu’il avait toujours l’intention de reprendre Twitter pour en faire une véritable zone de libre expression, au grand dam d’une improbable coalition de progressiste... Poursuivre la lecture

Donald Trump est de retour sur Twitter. Pas encore, mais presque. Elon Musk a en effet annoncé qu’il rétablirait le compte de l’ancien président Américain une fois l’OPA terminée, en ajoutant que le bannissement de Donald Trump était, selon ses propres mots : stupide, stupide et moralement condamnable.

Aussitôt, la planète libérale-quand-ça-m-arrange a hurlé au sacrilège et au loup en dénonçant un risque de perte de pluralisme et de dérive idéologique qui déboucherait sur la privation des libertés, dont la sacro-sainte liberté d’expres... Poursuivre la lecture

Par Matt Hampton. Un article de la Foundation for Economic Education

 

Depuis des années, certaines personnes qui s'opposent à la censure sur les médias sociaux affirment que c'est à l'État d'y mettre fin. D'autres ont fait valoir que le marché libre est une meilleure solution que l'État, malgré le problème posé par des entreprises qui déforment le discours public.

La semaine dernière, l'achat de Twitter par le PDG de Tesla, Elon Musk, est l'exemple parfait pour illustrer que des acteurs privés peuvent apporter des c... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles