Inflation et indexation des salaires

Il semble légitime d’exiger des hausses de salaires en relation avec la hausse des prix. Mais l’indexation des salaires est voué à disparaître

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Inflation et indexation des salaires

Publié le 5 mars 2012
- A +

L’inflation est un appauvrissement pour celui qui est payé à salaire fixe, et il semble légitime pour les salariés d’exiger des hausses de salaires en relation avec la hausse des prix. Mais ce système est nécessairement voué à disparaître.

Par Patrick Smets, depuis Bruxelles, Belgique.

De toutes les inventions syndicales, l’indexation des salaires semble la plus naturelle et la plus juste. Personne ne va travailler pour la valeur faciale de quelques billets. Les gens arbitrent entre le temps qu’ils consacrent à leur activité professionnelle et une certaine quantité de biens qu’ils pourront obtenir en échange (c’est-à-dire le pouvoir d’achat). L’inflation est un appauvrissement évident pour celui qui est payé à salaire fixe, et il est légitime pour les salariés d’exiger des hausses de salaires en relation avec la hausse des prix. Particularité belge, on a choisi un jour de couler ce procession de négociation dans une procédure standardisée d’indexation des salaires afin de réduire l’aspect conflictuel des négociations salariales.

Pour comprendre pourquoi ce système est nécessairement voué à disparaître, il faut se rappeler ce qu’est l’inflation.

L’inflation est une hausse générale des prix causées par une pénurie relative des biens par rapport à la monnaie. La plupart du temps, l’inflation prend sa source dans une augmentation artificielle de la masse monétaire, mais ce n’est pas nécessairement toujours le cas. A masse monétaire constante, une diminution générale de la production (pour cause de guerre par exemple) produirait les mêmes effets d’augmentation générale des prix. L’important pour comprendre l’inflation, c’est bien le déséquilibre entre l’offre de monnaie et l’offre de biens. Lorsque l’on parle d’abondance monétaire, les gens s’embrouillent. Gardons donc à l’esprit que l’inflation est bien une pénurie relative de biens.

Et puisqu’aux dernières nouvelles, nous vivons toujours dans un univers fini, la pénurie des biens signifie  qu’on ne peut pas consommer autant qu’auparavant. D’une façon ou d’une autre, la consommation de la communauté dans son ensemble va devoir baisser.

L’idée syndicale derrière l’indexation des salaires et d’épargner les travailleurs de cette réduction de consommation, donc d’un appauvrissement relatif. Fort bien ! Ils défendent les intérêts de leurs affiliés, c’est leur droit et leur raison d’être.

Mais ce qui était logique il y a quelques dizaines d’années n’est plus tenable aujourd’hui pour deux raisons

1) Tout le monde ou presque est salarié. Même les CEO des grandes entreprises sont, in fine, des salariés, comme tous les cadres de l’entreprise, tous les employés, tous les ouvriers, tous les fonctionnaires et même tous les intérimaires. Ne subsistent hors du salariat que quelques rentiers en voie d’extinction et les indépendants, professions libérales et administrateurs de société. Si on en croit l’INSEE, un gros 5% de la population de plus de 15 ans.

2) Progressivement, tous les revenus ont été indexés sur le modèle des salaires. Revenus de remplacement (pension, chômage), aides sociales, loyers des immeubles, barèmes fiscaux, et même certains bons d’État. La logique de protection contre l’inflation s’est étendue à l’ensemble des revenus.

Or, s’il est possible, dans une société suffisamment diversifiée, de protéger l’une ou l’autre catégorie sociale des ravages de l’inflation, on comprendra aisément qu’il est impossible de protéger tout le monde. Dans une situation de pénurie relative des biens, la protection offerte à certains se payent par un appauvrissement supplémentaire des autres. C’est une affaire de choix politiques. Mais s’il n’est plus personne qu’on puisse appauvrir, le système est alors confronté à ses propres limites.

Pour préserver le système belge d’indexation des salaires, il n’y a donc que trois solutions possibles.

1) Faire assumer l’entièreté de l’appauvrissement relatif par les indépendants, jusqu’à ce qu’ils disparaissent complètement.

2) La fuite dans l’hyperinflation afin de maintenir en permanence les salaires en retard sur la hausse des prix.

3) Le maintien de l’indexation mais l’abaissement du montant facial indexé, par exemple, en transformant les travailleurs en chômeurs, mais sans jamais toucher à l’indexation des uns et des autres.

Heureusement, dans la vraie vie, il ne faut jamais choisir. On aura les trois avant que l’indexation des salaires ne disparaisse définitivement du paysage belge.

—-
Sur le web

Voir les commentaires (5)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (5)
  • Il y a une autre approche qui consiste en un interprétation de la théorie relative de la monnaie concernant le pouvoir d’achat monétaire :

    N’indexer que le Dividende Universel, 100% cumulable avec les autres revenus inconditionnel, et seulement lui.

    De sorte qu’en période conventionnellement appelée « inflationniste » ce sont par ce biais les bas revenus qui sont légèrement avantagés relativement aux hauts revenus en terme de pouvoir d’achat, car leur taux de croissance relatif de leur revenu est légèrement plus grand que « c » à production constante, tandis qu’il est inférieur pour les premiers.

    Alors qu’en période de croissance, qui voit la production et l’échange plus que compenser le taux du Dividende Universel, les hauts revenus sont légèrement avantagés en terme de pouvoir d’achat relativement aux bas revenus.

    Car en effet soit M la masse monétaire et N le nombre de citoyens, tandis que « c » est le taux du Dividende Universel tel que DU = c x M/N

    Soit un individu possédant une fraction monétaire f telle que son Stock de monnaie soit S = f x M

    La croissance relative de son Stock augmenté du DU sera :

    DU / S = c/(Nxf)

    Si donc f > 1/N la croissance de son stock sera inférieure à c, tandis que si f < 1/N la croissance de son stock sera supérieure à c.

    En zone euro M/N = 10 000 milliards / 330 millions = 30 000 € / Citoyen

    Le taux optimal de DU étant (théorème sur l'espérance de vie "ev" de la Théorie Relative de la Monnaie) :

    c = 2xln(100) / ev = 80 ans = 11,5 % / an

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le gouvernement doit chaque année résoudre un problème récurrent : le budget.

Il consiste à faire correspondre une liste de dépenses prévues, ordinairement classées dans l’ordre des ministères qui les présentent à l’approbation des parlementaires, avec une liste d’impôts et de taxes. Les gouvernements n’ont en effet aucun autre moyen que ces deux instruments pour se procurer de l’argent.

Depuis plus de 40 ans néanmoins, devant la difficulté d’équilibrer ses comptes, le gouvernement a fait appel au crédit. Comme chacun le sait, c... Poursuivre la lecture

Jean-Marc Daniel libéralisme
5
Sauvegarder cet article

Écouter ou lire Jean-Marc Daniel est toujours un plaisir.

Sur un ton constamment paisible et empreint de clarté, non dénué de petites touches d’humour et de bonne humeur, il parvient à nous captiver et à nous expliquer avec un grand sens de la pédagogie de nombreux mécanismes et faits d’actualité touchant à l’économie.

Que l’on soit d’accord ou non avec lui, on l’écoute, on apprend, il suscite le respect de ses interlocuteurs, ce qui permet la tenue de débats de qualité.

 

Des analyses intemporelles

Lire des c... Poursuivre la lecture

Déjà en 1978, le prix Nobel d’économie Milton Friedman alertait sur les causes de l’inflation : due aux politiques monétaires des banques centrales, celle-ci est principalement liée aux excès de création monétaire et de dépenses publiques.

Concrètement, les banques centrales créent de la monnaie ex nihilo pour financer ou racheter la dette publique des États surendettés, ou encore accorder des crédits aux banques. L’injection d’une nouvelle masse monétaire dans l’économie induit, à terme, une baisse de la rareté de la monnaie, et donc ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles