Quelques photos du gouffre grec

Il n’y aura pas de salut pour la Grèce, mais il devrait vraiment y avoir un bye-bye.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Euro Grec (image libre de droits)

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Quelques photos du gouffre grec

Publié le 1 mars 2012
- A +

Nous venons d’entamer un nouveau mois, et cela donne une excellente occasion de faire un petit point sur l’économie. Et comme en Europe, la macro-économie se résume essentiellement au bilan de santé de la Grèce, je vous propose quelques éléments de réflexion sur l’archipel méditerranéen.

Et en termes de bilan, rien de tel que les éléments factuels pour poser un diagnostic.

On pourra par exemple prendre appui sur quelques uns des derniers billets du blog de Herlin, la Dette de la France, qui, en plus d’évoquer le petit gros gênant problème de dette de l’État français, évoque justement la Grèce assez régulièrement tant celle-ci préfigure à plus d’un titre ce qui risque bien d’arriver aux Français dans les prochaines semaines, indépendamment d’ailleurs de l’issue de la mascarade du scrutin de mai 2012.

Répartition des 360 milliards du bailout grecOn découvre ainsi que ce deuxième plan d’aide à la Grèce, dont le montant s’élève, pour mémoire, à 230 milliards d’euros (une paille, de nos jours), comprend une tranche très subtilement déposée sur un compte dédié, dont l’activation ne pourra se faire sans l’accord des autres membres de l’Union Européenne (et surtout de ceux qui sont dans la zone Euro). Ce mécanisme a l’avantage de garantir la dette grecque, même en cas d’abandon de la monnaie unique par le pays, éventualité à laquelle on se demande exactement comment et pour combien de temps les dirigeants européens tenteront d’échapper. Notez au passage que tant qu’ils le feront avec nos sous et non les leurs, la petite aventure hellénique peut continuer un bon moment…

… D’autant que Mario Draghi, l’actuel patron des Imprimeries Internationales de Papier Cossu, est largement plébiscité par la pègre les économistes keynésiens dont la presse se fait bruyamment le relai, à l’instar de cette cucurbitacée velue de Krugman, très impressionné par la capacité du nouveau patron à faire tourner les rotatives à des rythmes qu’on croyait inatteignables.

La coterie en place, toujours extraordinairement lucide sur l’avenir (comme en témoignent les dernières bouffonneries déclarations de Draghi, par exemple), est donc bien partie pour continuer exactement comme depuis deux ans, avec exactement les mêmes « remèdes » pour contrer exactement les mêmes « diagnostics » avec, à la clef, exactement les mêmes « résultats ». D’ailleurs, le succès de l’opération de mercredi illustre parfaitement que les piscines de pognon frais ne sont pas prêtes de se tarir. On peut trouver ça rigolo jusqu’au moment où tout ceci va finir par impacter l’économie tangible des biens et services que nous, contribuables et dindons de cette farce tragique, consommons tous les jours.

Mais devant cette déferlante de bon sens, d’analyses pointues, de sagesse et de prévoyance, je ne résiste pas au plaisir de vous fournir ici quelques jolis graphiques, qui permettent de prendre justement un peu de recul sur cet optimisme calculé.

Celui-ci, par exemple, montre l’évolution du Produit Intérieur Brut de la Grèce sur les dernières années.

PNB grec - variation annuelle

On notera donc que la pose du pipeline grand format de billets européens, qui a commencé mi-2010 avec quelques gros milliards joufflus, n’a absolument rien changé à sa situation.

Le graphique suivant, qui présente la variation des crédits accordés aux ménages par les banques grecques, donne une bonne idée de la vigueur générale de l’économie.

Crédit aux particuliers - variation sur année glissante

Eh oui : le foyer moyen grec ne se sent pour le moment pas suffisamment joyce pour continuer à consommer, et même, il a tendance à arrêter un peu les facilités de caisses. Fini les détendus du crédit. Cette tendance générale à l’effritement de la bonne humeur côté Champagne et Cotillons se confirme aussi du côté des entreprises qui ont, elles aussi, le même réflexe : arrêter de taper dans le crédit.

Crédit aux entreprises - variation sur année glissante

Heureusement, on se souviendra que ce qui est observé côté ménage et côté entreprises, avec une diminution des nouveaux crédits, n’est bien sûr pas suivi par l’État et le gouvernement qui peuvent donc continuer à dépenser l’argent des autres qui n’existe plus pour compenser les afffffreuses conséquences de l’aridité financière subite pardon de la rigueur : les déficits s’enchaînent donc avec quelques sourires gênés sur le mode « on fait des efforts, je vous jure ».

Ce qui se traduit mécaniquement comme ça :

Taux de chômage

… Au passage, les efforts sont répartis comme ça :
Efforts en Grèce

« Salaires coupés à la hache », certes, mais pas avec la même vigueur pour tout le monde (et en tout cas, pas pour ceux que le système chérit).

Bref. Pour ma part, avec ces différents éléments, la conclusion m’apparaît limpide : l’argent qu’on met en Grèce est de l’argent perdu. Pire : les Grecs eux-mêmes n’y croient pas (les plus avisés fuient physiquement le pays ou exfiltrent leurs fonds). Et au vu des petits graphiques, si le peuple grec veut se sauver, si l’Europe veut sauver l’Euro, alors la Grèce doit sortir.

Il n’y aura pas de salut pour la Grèce, mais il devrait vraiment y avoir un bye-bye.

—-
Sur le web

Voir les commentaires (8)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (8)
  • J’ai une question dont je n’ai pas la réponse : Depuis le temps que l’imprimante tourne, on devrait voir de l’inflation. Hors, à moins de me tromper, ça ne semble pas être trop le cas (même si j’avais cru lire le chiffre de 4% fin 2011, ce qui n’est pas négligeable je vous l’accorde). Ou va l’argent ? Quel est le délai entre l’impression de billets et l’augmentation du prix de la baguette de pain, du litre de lait ? Si quelqu’un peut me répondre, je vous remercie.

    • -Il y a déjà de l’inflation

      -La planche à billets tourne, la BCE prête aux banques, mais celles-ci ne prêtent pas, parce qu’elles y sont réticentes et que les entreprises préfèrent rembourser.
      Les banques placent donc l’argent prêté par la BCE… à la BCE.

      Le problème se posera lorsque la croissance redémarrera et que le crédit repartira ; cela fera un peu comme une bouteille de ketchup dont on a tapé fortement le cul pour faire sortir la sauce récalcitrante.

  • Bonjour,
    Vous écrivez, comme d\’autres, que la BCE imprime des € à tour de bras.
    Le sieur JP CHEVALLIER, sur son site, répète que la BCE n\’imprime pas mais fait seulement circuler les €…
    Plutôt déroutant pour les débutants en économie.

    • Ce n’est pas tellement différent ; c’est la monnaie en circulation qui compte dans la masse monétaire et donc l’inflation.
      Qu’elle mette en circulation de la monnaie de réserve ou imprimée, cela revient au même.

      Avec une monnaie fiat, la banque centrale possède tout simplement une réserve infinie.

    • En gros, pour illustrer, la BCE a simplement augmenté le nombre de tuyaux d’arrosage et fait tourner le liquide dedans de plus en plus vite, et le rayon des tuyaux est de plus en plus gros. Tout va « bien » tant que les tuyaux sont bien étanches. Mais ils ne le sont jamais tout à fait : il y a des frictions et il faut bien que les banques vivent de ces mouvement (pour que l’argent circule vraiment, il faut de l’énergie et une partie est donc prélevée dans le flux). Plus les flux sont gros, plus le prélèvement l’est. Ce prélèvement sort donc des tuyaux et vient irriguer l’économie hors finance (au début, par les bonus, les salaires, ensuite, de plus en plus vite et de plus en plus fort).

      A la fin, boum.

      • Désolé j’ai du mal comprendre mais tu as bien dit qu’on en avait que pour quelques semaines avant de faire faillite. Est ce de l’exagération volontaire? Merci beaucoup.

  • Un retraité grec gagne en moyenne 3 fois plus qu’une jeune au salaire minimum!
    C’est effarant, on en apprend tous les jours!

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

On se souvient de la grave crise grecque en 2009. L'endettement du pays était devenu considérable et l’agence de notation Fitch avait abaissé sa note en dessous de A. C’était la première fois qu’une telle dégradation survenait dans un pays européen.

Il s’ensuivit une panique en Europe. La zone euro fut jetée dans la tourmente et le FMI, la BCE et la Commission européenne durent intervenir à trois reprises. On imposa à la Grèce des mesures drastiques qui conduisirent au pouvoir en 2015 le parti anti austérité d'Alexis Tsipras. Après six... Poursuivre la lecture

Comme écrit mon associée Simone Wapler : « La perte de pouvoir d’achat est un phénomène monétaire et politique. Le dollar n’est pas fort, il est seulement moins faible que d’autres devises. La seule monnaie « apatride » qui ne soit pas gouvernée par la politique reste l’or. »

Les médias nous content actuellement que le dollar est fort. Les autres monnaies – yen, livre, euro – achètent moins de dollars qu’auparavant, plus précisément depuis que la Fed a commencé à relever ses taux d’intérêt. Le dollar serait donc une monnaie forte. L’em... Poursuivre la lecture

Les collapsologues ont tout à fait raison : nous vivons bien une période d’Apocalypse, à la nuance près que ce n’est pas la planète qui s’effondre, c’est l’État qui part en totale déconfiture.

En quarante ans de "néolibéralisme" (entendez par là en quarante ans de soviétisation menée par des fils à papa parisiens pourris gâtés) la France s’est propulsée avec vigueur et confiance dans une trajectoire menant tout droit dans le mur.

Le prétendument meilleur système de santé au monde est en fait un dispensaire qui ne tient que par m... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles