La Réunion régresse, Maurice progresse

Une comparaison avec l’île Maurice permet de comprendre que La Réunion est victime du modèle social français

La Réunion est actuellement le théâtre de violences urbaines. Une comparaison avec l’île Maurice permet de comprendre que La Réunion est victime du modèle social français.

Un article de l’aleps.

Les violences urbaines dans le quartier du Chaudron (Photo Maxppp/Quotidien de la Réunion).

La Réunion face à l’île Maurice : sur ce thème nombre d’articles ont été publiés dans les années 1980 pour montrer l’influence des institutions et du capital humain sur le développement. Depuis rien n’a changé. La Réunion subit le handicap du modèle social de la France, dont elle est un département.

Les émeutes qui s’y déroulent actuellement sont liées à la situation catastrophique du pays : plus d’un quart de la population au chômage, qui touche plus d’un tiers des jeunes, des allocations et subventions comptant pour près de la moitié du pouvoir d’achat des habitants, un dualisme prononcé entre la population locale et les fonctionnaires en poste (armée, enseignement).

À une tirée d’ailes, Maurice a une croissance économique insolente, en moyenne supérieure à 5 % par an. Elle a su exploiter ses ressources touristiques (dont la Réunion n’est pourtant pas dépourvue) : un million de visiteurs par an, plus d’une centaine d’hôtels de luxe. Mais elle doit beaucoup également au travail, à la formation et au savoir des Mauriciens ; souvent bilingues, et faite de communautés diverses, dont nombre d’Indiens. La paix civile est assurée par un régime parlementaire stable ; l’état de droit mélange sans problème common law anglaise et Code Civil (le Code mauricien a été rédigé par des juristes d’Aix). À Maurice s’est installé l’un des foyers mondiaux de la cybernétique, et des investissements massifs y ont été réalisés (30 milliards d’euros).

C’est la réponse que les Mauriciens ont donnée à l’Europe qui a ruiné les exportations de sucre de canne pour protéger les DOM TOM français. De même la concurrence des Africains (Maroc) dans le textile les a amenés à se tourner vers des services internationaux, notamment vers l’Afrique du Sud.

Pendant ce temps, les Réunionnais attendent les aides publiques de la métropole. La France a instauré un SMIC, qui a instantanément supprimé tous les emplois à faible qualification (notamment domestiques) qui faisaient vivre la moitié de la population. Les Réunionnais se révoltent : est-ce surprenant ?

—-
Sur le web