Législateur bienveillant vs patron cupide

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Législateur bienveillant vs patron cupide

Publié le 23 février 2012
- A +

Que vaut-il mieux pour les salariés ? Un patron sans cœur souhaitant payer le minimum et optimiser ses profits, ou un législateur bienveillant qui protège avec un salaire minimum ?

L’enfer est pavé de bonnes intentions…

Sur le web

Voir les commentaires (6)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (6)
  • J’ai du mal a comprendre comment pour certains boulots du bas de l’échelle on puisse calculer ce que ca rapporte à l’employeur vs ce que ca lui coute ?

    Si on prend le cas du balayeur d’usine de ce document : d’un certain point de vue il ne rapporte rien a l’employeur, il n’est qu’un cout …
    Idem si on prend une caissière par exemple , d’un certain sens elle rapporte beaucoup d’argent , d’un autre ce n’est qu’un cout …

    Alors que pour un boulot a haute valeur ajoutée ce calcul me semble intuitivement plus faisable …

    Si quelqu’un peut éclaircir ce point ?

    Merci

    • Avez-vous jamais embauché, géré, managé des personnes, des équipes ? La pratique vous fera toucher des évidences qui pour l’instant vous semblent non calculables.

    • En simplifiant :

      Dans une entreprise, il y a les productifs directs, ceux qui produisent de la valeur ; les productifs indirects, ceux qui aident les productifs directs à générer de la valeur, c’est la cas d’un agent d’entretien qui va faire en sorte que les premiers à générer de la valeur ; et les non productifs qui ne font que consommer de la valeur (administratifs en général).

      L’agent d’entretien (le balayer) est un productif indirect puisqu’il ne génère pas de valeur en tant que telle, mais aide cette génération. Les ouvriers ou employés préfèrent travailler dans un milieu propre et sain (comme tout le monde).

      Le cas d’une caissière est particulier car elle ne génère pas de la valeur, mais par sa présence, génère de la valeur (voir le succès mitigé des caisses automatiques).

      Il arrive que des personnes ne semble pas générer de la valeur alors qu’au contraire leur présence _fait_ que la valeur est générée, par exemple un bureau d’étude.

      J’espère avoir été clair.

      Dans toute structure de taille importante, il est fondamental (si on parle de bonne gestion) de développer des études de rentabilités poste par poste, ce qui pose souvent de problème de quantification. Je m’arrête là car je sors de mon domaine de connaissance.

      Par contre ce que cette vidéo ne dit pas c’est que pour que Simon garde son poste, il faudra qu’il produise dans le même laps de temps deux fois ce qu’il rapporte (ce qui est impossible pour un débutant). C’est ce qu’il c’est passé pour le passage aux 35 heures par semaine. Il a fallu produire autant en 35 h qu’en 39. Et je m’en souviens très douloureusement.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Gary M. Galles. Un article de la Foundation for Economic Education

Dans The Common Sense of Science, le mathématicien polono-britannique Jacob Bronowski écrit :

À la base de la pensée humaine se trouve le jugement entre ce qui est semblable et de ce qui est différent.

Malheureusement, les politiques publiques traitent souvent à tort les personnes qui sont différentes sur des points cruciaux comme si elles étaient semblables, et inversement celles qui sont semblables comme si elles étaient différentes.

Le contrôle ... Poursuivre la lecture

Par Frank Shostak. Un article du Mises Institute.

Le prix Nobel d’économie de cette année a été décerné à David Card, de l’université de Californie à Berkeley, à Joshua Angrist, du Massachusetts Institute of Technology, et à Guido Imbens, de l’université de Stanford. Selon le comité Nobel, les lauréats ont apporté une contribution importante à la détermination des causes et des effets à partir de données d’observation.

Par exemple, comment l’imposition d’un salaire minimum affecte-t-elle l’emploi ? Pour répondre à ce type de que... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Bill Wirtz.

Les lois sur le salaire minimum existent depuis un certain temps, de sorte qu’il devient de plus en plus difficile de contester leur existence. Pour la plupart des gens, même ceux qui prétendent être en faveur du libre-échange, la garantie du SMIC pour tous les travailleurs semble une évidence.

Augmenter le salaire minimum : facile !

Pour les syndicats et les politiciens, l’augmentation du salaire minimum est facile à vendre : une fois instauré, le taux horaire minimal peut être progressivement augmenté sans frai... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles