Salon des Entrepreneurs : Sarkozy accuse les banques

La volonté des politiciens de contrôler l’industrie bancaire est la véritable cause de la raréfaction du crédit bancaire à destination des entreprises

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
imgscan contrepoints 686 Sarkozy Gangsta

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Salon des Entrepreneurs : Sarkozy accuse les banques

Publié le 2 février 2012
- A +

Le Président-candidat a tout faux : c’est la volonté des politiciens de contrôler l’industrie bancaire qui est la véritable cause de la raréfaction du crédit bancaire à destination des entreprises.

Par Georges Kaplan

Nicolas Sarkozy le 1er février 2012, lors du Salon des Entrepreneurs. Selon le Président, les banques françaises devraient se préoccuper un peu plus des petites entreprises et un peu moins de la spéculation.

Invité au 19ème salon des entrepreneurs hier, mercredi 1er février 2012, Nicolas Sarkozy a semble-t-il déclaré : « nous avons les banques les plus importantes d’Europe, et quand il faut prêter de l’argent aux PME, c’est l’État qui doit créer Oseo. » Plus loin, il poursuit sur sa lancée et affirme que « le rôle des banquiers dans la société, ce n’est pas de gagner beaucoup d’argent très rapidement, c’est de faire confiance à des entrepreneurs sur cinq ans, sur dix ans, sur quinze ans, de prêter de l’argent à cette entreprise au début et d’être associé à l’avancée de cette entreprise. »

Peut être le Président de la République devrait-il se renseigner sur les origines exactes de ce phénomène connu sous le nom de « désintermédiation bancaire. » Il découvrirait alors sans doute que c’est lorsque ses prédécesseurs, qui voulaient comme lui mieux réguler la finance, ont participé à l’instauration des ratios de solvabilité de Bâle que le désengagement des banques du financement des entreprises a commencé (voir notamment l’évolution du crédit bancaire aux US depuis 1973 ).

Si le Président était – au choix – compétent ou intellectuellement honnête, il saurait donc que c’est très précisément la volonté des politiciens de contrôler l’industrie bancaire qui est la véritable cause de la raréfaction du crédit bancaire à destination des entreprises, de l’émergence des marchés d’obligations privées [1] et du développement des techniques de titrisation [2]. Il noterait au passage que c’est cette même réglementation bancaire qui a artificiellement favorisé les crédits immobiliers et qui a poussé les banques à détenir des obligations d’État – tout lien avec des événements récents est, bien évidemment, fortuit.

Le paysage politique de ce pays est devenu un cirque sinistre.

—-
Sur le web

Notes :
[note][1] Obligations émises par des entreprises privées qui cherchent une alternative au crédit bancaire.

[2] Les banques qui, pour satisfaire aux ratios de Bâle, ont développé ces techniques pour revendre une partie de leurs portefeuilles de crédits sur les marchés financiers.[/note]

Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)
  • Ce que dit Sarkozy sur les banques est absurde! En 2008, il accusait les banques d’avoir prêté à n’importe qui. Fin 2008, il demandait aux préfets de veiller à ce que les banques ne coupent pas les crédits (donc de faire l’inverse). Aujourd’hui, il dit que les banques ne prêtent plus, ce qui est faux. Elles continuent de prêter mais en étant plus sélective et en veillant à respecter les ratios restrictifs de Bâle III (elles n’ont pas le choix). D’autre part, les emprunteurs sont aussi moins nombreux (on est plutôt dans une phase de désendettement). Statistiquement, le volume de crédit à l’économie est donc moins élevé mais il ne faut pas en conclure pour autant que c’est la faute des banques.

  • A voir la photo, Pinocchio, a renoncé à lever son index. Il fait maintenant un zéro, c’est bien la note qu’il mérite.

  • sarkozy n’est pas compétent , et pas honnête non plus , ni intéllectuellement ni autrement ;

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Delphine Moret.

La crise sanitaire a dopé le paiement électronique, par carte bancaire ou sans contact, comme l’a constaté la Banque centrale européenne (BCE). Les restrictions des déplacements et des interactions physiques ont accéléré le boom du e-commerce et l’utilisation des moyens de paiement digitaux. De plus, la crise du Covid-19 a été marquée par des opérations d’influence d’envergure et une attaque en règle de la réputation du billet de banque, accusé à tort de transmettre le coronavirus. « Un tsunami informationnel » qui ... Poursuivre la lecture

L'Élysée maintient la consigne déjà édictée par Emmanuel Macron il y a cinq ans, et héritée de Nicolas Sarkozy en 2007. Les ministres défaits lors du scrutin des 12 et 19 juin devront quitter le gouvernement, a confirmé le palais présidentiel ce dimanche. Élisabeth Borne, fraîchement nommée à Matignon, ne dérogera pas à la règle. La moitié du gouvernement est concernée.

Bien que la situation soit nettement différente de celle de 2017 - ils n'étaient que six concernés -, l'Élysée a décidé de maintenir la consigne déjà édictée par Emmanu... Poursuivre la lecture

Par Jinia Mukerjee. Un article de The Conversation

Imaginez la scène : c’est la fin de l’après-midi. Une maman participe à une réunion Zoom dans la cuisine tout en essayant de préparer le dîner pour un enfant (affamé) qui va bientôt arriver de l’école. Pendant ce temps, son époux court vers l’école primaire pour récupérer leur fils, juste après une importante réunion de travail. Dans une heure, il reprendra ses tâches à la maison tandis que la mère, qui viendra de terminer sa réunion sur Zoom, s’occupera de l’enfant.

Cette scène... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles