Création de SOS Voies de fait face à la grève en Belgique

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Création de SOS Voies de fait face à la grève en Belgique

Publié le 30 janvier 2012
- A +

Un article de SOS Voies de fait.

Les syndicats belges organisent une grève générale le lundi 30 janvier 2012. S’agissant d’une grève politique visant à substituer aux mesures votées par le Parlement les mesures préconisées par les syndicats, la légalité de ce mouvement est douteuse.

De plus, l’habitude s’est installée, depuis quelques années, d’accepter que soient commises, à l’occasion de ces grèves, de multiples voies de fait et autres violations de la loi pénale (destruction de biens, piquets de grève bloquant les travailleurs désireux de travailler, notamment dans les zonings industriels, barrages filtrants sur les routes, coups et blessures volontaires, etc.)

Aucun texte de loi, belge ou international, ne consacre la légalité de telles violations des libertés publiques. Face à des organisations syndicales d’autant plus puissantes qu’elles n’ont pas de comptes à rendre aux pouvoirs publics, les personnes victimes de voies de fait se sentent démunies. C’est à ces victimes de la violence syndicale que nous nous adressons.

« SOS Voies de fait » s’engage à apporter une assistance logistique et juridique à toute personne victime de violence syndicale le 30 janvier 2012 et qui lui en fera la demande.

Dès à présent,

— nous invitons le gouvernement et les forces de l’ordre à faire respecter les libertés publiques élémentaires, y compris face aux piquets bloquants et barrages filtrants ;

— nous invitons les victimes de violence syndicale à se ménager des moyens de preuve (photos, enregistrement smartphone, etc.) pour appuyer le dépôt d’une plainte au pénal.

Les victimes de violence syndicale voudront bien contacter « SOS Voies de fait » par email : sosvoiesdefait@gmail.com.

Un site Internet et un groupe Facebook seront ouverts lundi 30 janvier pour mettre en ligne les témoignages les plus significatifs.

« SOS Voies de fait » est une initiative de la société civile. « SOS Voies de fait » est constituée d’avocats, d’entrepreneurs et d’intellectuels. Son porte-parole est le philosophe Drieu Godefridi.

Contact : sosvoiesdefait@gmail.com.

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

Depuis des décennies, de nombreux psychologues américains affirment que des médias de plus en plus violents – télévision, films, jeux vidéo – augmentent le risque de violence dans la société. Pour appuyer ce prétendu consensus scientifique, différentes organisations universitaires ont diffusé des communiqués dénonçant les effets toxiques de la violence dans les médias sur la société. Par exemple, en 2005, l’American Psychological Association a publié un communiqué qui affirmait que « des décennies de recherches en sciences sociales révèlent l... Poursuivre la lecture

Les vacances de Jean-Michel Blanquer à Ibiza ne passent pas. Selon Mediapart, c’est de ce lieu de villégiature en Espagne que le ministre de l’Éducation nationale aurait annoncé la modification du protocole sanitaire à la veille de la rentrée, provoquant colère et indignation des syndicats et des opposants.

À quelques jours de l’appel à la grève lancé par FSU, CGT Educ'action, FO et SUD Éducation, ainsi que la FCPE, première organisation de parents d'élèves, cela pourrait être fatal pour sa réputation politique, au même titre que les h... Poursuivre la lecture

3
Sauvegarder cet article

Les révolutions ne m’inspirent généralement rien qui vaille. Elles sont la plupart du temps synonymes de violence, persécutions, répression, massacres innommables, lendemains qui déchantent, voire manipulations et confiscation du mouvement par des franges plus dures et extrêmes qui n’ont plus grand-chose en commun avec les révolutionnaires initiaux.

Dans La violence et la dérision, Albert Cossery imagine une tout autre façon d’envisager la révolte et le refus de la soumission à un pouvoir dictatorial qui brime les libertés fondamentale... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles