Daniel Tourre démissionne du Conseil National du PLD

Daniel Tourre, premier conseiller du Conseil National du Parti Libéral Démocrate, présente sa démission.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Daniel Tourre démissionne du Conseil National du PLD

Publié le 28 janvier 2012
- A +

Il y a deux semaines, Contrepoints relayait les différends qui opposaient les membres du Parti Libéral Démocrate (PLD) quant au soutien de François Bayrou pour la campagne présidentielle. Voici un communiqué de Daniel Tourre, premier conseiller du Conseil National du Parti Libéral Démocrate.

Bonjour,

J’ai présenté hier ma démission du conseil national du Parti Libéral Démocrate (et donc de porte parole et de premier conseiller du PLD).

Il est inutile de revenir longuement sur mon hostilité à une stratégie passant par un soutien à Bayrou. Je reste convaincu que cette stratégie est beaucoup trop prématurée le tout au moment même où une fenêtre historique s’offre à nous pour capter une attente grandissante chez nos sympathisants et dans une partie du grand public.

Ma sortie du conseil national me semble souhaitable pour plusieurs raisons :

a) Le rôle du premier conseiller est d’être le porte parole du conseil national face au bureau (président) et d’animer le conseil. Compte tenue de la stratégie adoptée par le PLD, je suis à la fois en porte à faux avec le conseil national qui a voté pour le soutien à Bayrou et vis-à-vis du bureau en qui je n’ai plus confiance pour mener le parti là où je voudrais qu’il aille. Je me vois mal accompagner les détails d’une stratégie que je désapprouve.

b) Au cours des prochains trimestres, avec d’autres, je souhaite me lancer dans différentes activités militantes destinées au grand public et aux sympathisants libéraux (bastiat2012 etc.). Ces actions que j’aurais aimé être portées en partie par le PLD sous une autre forme (évidement pas un soutien à un mort…) peuvent parfois être en contradiction frontale avec la stratégie actuelle du PLD (attaques contre Bayrou). Avec le poste de premier conseiller représentant le conseil et les adhérents, je risquerais de gêner le PLD ou d’être gêné par les positions du PLD.

c) Si la stratégie du PLD était un succès – ce que je souhaite sincèrement, le gâchis est déjà là autant en avoir les fruits – cela serait une très bonne nouvelle. Le PLD serait dans ce cas un parti très différent et je me ferais une joie de reconnaître publiquement l’erreur que constitue mon pessimisme actuel sur cette stratégie. Dans tous les cas, ma présence pendant les mois avant ce succès n’apporterait rien, tout en limitant mes actions.

d) Si dans quelques mois ou trimestres, la stratégie du PLD est un échec ou un semi-succès, modifier à la marge la stratégie du PLD ne nous permettra plus de grossir en s’appuyant sur une partie du public libéral. Les prises de position de son président Aurélien Veron marquent significativement l’image du PLD. Un changement de stratégie ne pourra donc se faire que lors de nouvelles élections du conseil et du président dans 16 mois ou prématurément en cas de démission collective du conseil. Je préfère consacrer mon temps et mon énergie à construire ce qui me plait à coté plutôt qu’à tenter de freiner ce qui ne plait pas à l’intérieur sans pouvoir construire efficacement derrière.

Je regrette bien sûr cette situation, mais mon statut de simple adhérent libre de sa parole pendant quelques trimestres me semble être la meilleure solution.

Je reste donc bien sûr un adhérent du PLD. J’ai aimé travailler au sein de ce conseil national qui compte beaucoup de personnes de valeur méritant d’être soutenues et je garde des relations cordiales avec eux. Je leur souhaite bonne chance dans la réalisation de leurs objectifs. Je ne claque pas la porte, je fais juste trois pas en arrière doucement pour permettre à chacun de travailler au mieux de ce qu’il considère être les intérêts de la défense du libéralisme.

Cordialement,

Daniel Tourre

Voir les commentaires (11)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (11)
  • Bravo Daniel. C’est courageux, et c’est comme cela que le mouvement liberal avancera, en refusant les alliances contre-nature. Bravo donc.

    • Si ce soutien a été voté, c’est bien que la majorité des membres du PLD estiment qu’au contraire, en restant dans l’ombre le mouvement n’avancera pas, et que la seule manière de le faire est d’entrer sur l’échiquier politique.

      Que Daniel Tourre préfère ne pas se battre pour une chose à laquelle il ne croit pas est normal, il y a d’autres manières de promouvoir le libéralisme et mieux vaut s’investir dans ce qu’on aime. Mais pour le coup, il n’y a pas vraiment lieu de refaire le débat. Maintenant que le choix est acté, il convient plutôt d’avancer.

  • Daniel Tourre a raison , la décision du PLD de soutenir Bayrou , étatiste classique est incompréhensible !!!

    • Mollo sur le « étatiste classique », quand même. Le PLD ne rejoint pas Bayrou pour rien.

      «  »Aux racines du mal français, il y a que l’État peut s’occuper de tout et que, chaque fois que l’on a un problème, dans la société française, on se tourne vers l’État en disant : Monsieur État ou Madame qui servez l’État, s’il vous plait, veuillez résoudre ce problème à notre place. La France souffre d’une idée fausse de l’État et il faut que nous nous souvenions de ce qui a été depuis longtemps défini par des esprits, de grands esprits de tout premier plan : chaque fois que vous vous en remettez à un État tout-puissant, au bout du compte, vous finissez avec un État impuissant.
      Eh bien, c’est la situation de notre pays. C’est la situation de notre pays, car il est impossible qu’il y ait quelque part quelqu’un d’assez intelligent, d’assez informé, d’assez capable pour décider de tout sujet à la place de 65 millions de citoyens. C’est absolument impossible. Quand bien même il existerait quelqu’un qui ait toutes ces vertus, et je crois que cela n’existe pas, il est impossible que les décisions ainsi concentrées puissent répondre de tous les besoins d’invention, d’adaptation, de situations nouvelles que nous avons à assumer. C’est impossible et c’est un drame pour la France, qu’à chaque élection les candidats se présentent en laissant croire aux citoyens qu’ils ont, dans la poche, une baguette magique qui va leur permettre de répondre à toutes les questions. L’État ne peut pas se présenter comme celui qui va tout résoudre et s’il le fait, il ment, et au bout du chemin il y a des désillusions qui vont ébranler un peu plus la société française. »
      F.Bayrou.

      • Gilles ,

        Bayrou , c’est de la posture , du discours , quant aux actes …comment peut on se dire libéral comme le soustend ce texte et avoir été ministre de l’E Nationale , machin colonisé et dirigé par les socialistes bien pensants , président de CG …autre machin qui a vocation a embaucher des fonctionnaires qui se tuent au travail et se gavent avec l’argent public …oui , réfléchissez vous même et demandez vous pourquoi des libéraux qui défendent dans leur discours une ligne vraiment libérale peuvent soutenir Bayrou ?

      • Quand un politicien dit une chose et fait sont contraire absolu, que faut-il croire ?

  • Si ce départ est simplement la conséquence d’une allergie à la personnalité de la star du modem, ou à une tactique électorale de levier préconisée par un parti, le PLD, conscient de son faible poids dans un pays Colbertiste comme la France, cette démission n’a qu’une signification limitée. Si par contre ce départ est motivé par une prise de conscience que le programme de Bayrou (« produire, instruire, etc. ») est totalement incompatible avec les idéaux authentiquement libéraux, alors le courage et la lucidité du démissionnaire doivent être salués, et l’absence d’une analyse doit être regrettée.

  • Quelque soit leur argument de s’allier avec Bayou, je peux vous dire qu’ils sont perdu de militants et de bons, de pur libéraux classique (pas moi, aucun parti politique n’a jamais eut mon soutient).

    En faite comme AL ils se sont coupé de leur base, la démission de Daniel Tourre en est la preuve ultime, comme AL ça va mal finir cette histoire de copinage, le plus drôle c’est que c’était pour une tel raison qu’il y a eut une scission. Les gars du PLD n’ont pas retenue les erreur du passé, ils sont entrain d’en payer le prix.

    De tout façon seul le combat par des associations libéral est, aujourd’hui au moins, pertinent à mon humble avis, par conséquence je soutient à 100% le projet de Daniel.

  • Félicitations Daniel. Il a du t’en coûter après avoir tant investi, mais tu en sors grandi.

  • Bravo.
    J’ai voté contre le ralliement à Bayrou, et je pense que l’échec à venir de la stratégie du PLD pourrait le faire exploser.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
libéralisme occident modèle
0
Sauvegarder cet article

Par Christophe Brenier.

Quelques jours avant le premier tour des élections législatives en France (les Français de l’étranger ayant voté le dimanche 4 juin), petit tour d’horizon des candidats qui défendront les valeurs libérales lors de ces élections.

Une poignée de candidat pour le Parti Libéral Démocrate

Le Parti Libéral Démocrate présente une poignée de candidats qui auront la charge de défendre les idées du parti, tel que le recentrage de l’État sur ses missions régaliennes, la simplification du système fiscal ou le libre c... Poursuivre la lecture

Une interview par la rédaction de Contrepoints.

[caption id="attachment_249237" align="aligncenter" width="568"] Rama Yade(CC BY-NC-ND 2.0)[/caption]

 

Contrepoints : Rama Yade a annoncé sa candidature à l'élection présidentielle 2017. Elle est soutenue par le PLD. Que voyez-vous en elle qui puisse porter un projet libéral ?

Aurélien Véron : Rama Yade partage d’autant mieux le diagnostic des libéraux qu’elle a vécu puis subi de l'intérieur les dérives de l’État. Elle a compris que les tempéraments libres n’ét... Poursuivre la lecture

Par Aurélien Véron.

[caption id="attachment_174540" align="aligncenter" width="660"] Orwell crédits David Blackwell (licence creative commons)[/caption]

C’est désormais inéluctable. La Loi relative au Renseignement permettant une surveillance massive des Français va entrer en vigueur. Un texte gravement attentatoire aux libertés publiques, mais qui ne renforcera pas notre sécurité pour autant. Un croisement fou entre Big Brother et une ligne Maginot électronique.

Après le feu vert sidérant, fin juillet, donné par le Conse... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles