Des accidents qu’on aurait pu éviter à Cuba

Les effondrements de bâtiments à Cuba auraient pu être évités s’il n’y avait eu des pénuries répétées de matériaux de construction à cause du régime communiste.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
imgscan contrepoints 653 Cuba

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Des accidents qu’on aurait pu éviter à Cuba

Publié le 26 janvier 2012
- A +

Les effondrements de bâtiments à Cuba auraient pu être évités s’il n’y avait eu des pénuries répétées de matériaux de construction à cause du régime communiste.

Un article de Yoani Sanchez, depuis La Havane, Cuba

Aujourd’hui, j’étais justement  en train de réfléchir à un texte, après avoir vu un documentaire sur des ruines récentes. Sous le titre Unfinished spaces étaient recueillis divers témoignages d’architectes et d’élèves ayant participé à la construction de l’institut Supérieur des Arts (ISA). Tous évoquaient la beauté originale du projet, la nouveauté de sa structure et le désir d’y faire coïncider la forme et la création. Mais ils parlaient aussi de l’abandon de la construction de certaines des facultés qui n’ont jamais pu être terminées. De sorte que j’étais en train de penser à des colonnes, des briques et des toits couverts de végétation, lorsqu’on m’appela pour m’informer d’un effondrement au Centre de la Havane. Dans les rues Infanta et Salud un immeuble de trois étages avait cédé et s’était effondré dans la nuit du mardi 17 janvier.

Je me suis immédiatement souvenue du nombre de fois où j’étais passé dans ce coin, effrayée devant le mauvais état des balcons et des murs. J’ai repensé à tous ces instants où je m’étais demandé comment il était possible que cet endroit près de s’effondrer soit encore habité. Pour les habitants de cet immeuble la baisse du prix des matériaux de construction, annoncée il y a seulement quelques semaines, est intervenue trop tard. Les dommages structurels dont souffrait cet immeuble n’étaient plus réparables, parce qu’ils étaient le résultant de l’indolence de l’État, des décennies de manque de peinture, de ciment et autres matériaux de réparation. Le gémissement entendu avant que le sol ne cède et que les murs ne s’effondrent, annonçait le râle architectural d’un quartier aux belles maisons mais déjà en phase terminale.

Jusqu’à présent les media officiels ont fait état de trois morts et six blessés dans l’effondrement de la rue Infanta. Des personnes qui ont vécu les derniers jours de leur vie à regarder en haut et à calculer combien de temps les poutres du toit résisteraient, redoutaient ce qui est finalement arrivé. Combien sont-ils dans cette capitale à risquer de connaitre le même sort ? Quelle solution urgente va-t-on trouver pour que ces tragédies ne fassent pas partie du scenario quotidien ? Nous n’accepterons pas une réponse du style « on va étudier le sujet pour appliquer des solutions de manière progressive ». Qu’on ne vienne pas non plus nous dire maintenant que la faute incombe aux résidents qui sont restés dans un lieu inhabitable. Où auraient-ils pu aller? Au lieu de ça, ce que nous exigeons, c’est que l’on construise, que l’on répare, que l’on nous protège.

—-
Sur le web
Traduction : Jean-Claude Marouby

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • « ce que nous exigeons, c’est que l’on construise, que l’on répare, que l’on nous protège »

    Que qui construise, répare, et vous protège ? Ceux qui, justement, ne le font pas aujoud’hui, bien qu’ils prétendent tout régler, tout planifier ? Méfiez-vous de ce que vous souhaitez : ça pourrait finir par arriver…

    Exigez plutôt qu’on vous laisse construire en paix, qu’on vous laisse réparer en paix, et même, qu’on vous laisse vous protéger en paix – en commençant par arrêter de mettre des barrières artificielles sur l’accès aux matériaux et sur l’entreprise personnelle qui vous le permettront (je suis mauvaise langue : c’est bien ce que vous dites dans le corps de votre article ; mais c’est bien pour cela que la formulation de la conclusion me laisse quelque peu interdit…).

    Que ça marche ou pas, vous en seriez alors seuls responsables, pourriez apprendre de vos propres erreurs et tenter de les corriger dans la foulée, plutôt que d’exiger que les incompétents en chef cheffaillonnent mieux ; du au de leur tour qui, elle, serait sûrement l’une des dernières à s’écrouler, et qui sont donc, de fait, les moins concernés par des problèmes qu’ils seraient bien les derniers à rencontrer.

  • Bof bof, des immeubles pourris il n’y en a pas que dans un régime communiste…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Carlos Martinez.

Dans son livre Anarchie, État et Utopie, Robert Nozick consacre un chapitre intitulé "Le conte de l'esclave" aux neuf phases de l'esclavage, des plus restrictives aux plus libératrices. Il écrit que même si les personnes asservies disposent de certaines formes d'autonomie, elles sont toujours asservies et il pose la question suivante : "Quelle transition du cas 1 au cas 9 fait que ce n'est plus le récit d'un esclave ?"

La question de Nozick souligne qu'il n'y a pas de différence entre la personne soumise à l... Poursuivre la lecture

Par Michel Faure. Un article de Conflits

La mort du général Luis Alberto Rodríguez López-Calleja plonge l’économie de Cuba dans la stupeur. Celui qui dirigeait Gaesa tenait entre ses mains l’économie de l’île. Avec sa mort, c’est un avenir encore plus incertain qui se dessine pour la dictature communiste des Caraïbes.

Cuba, depuis la révolution de 1959, a survécu à de nombreuses avanies, dont l’incurie et la violence de ses dirigeants. Mais là, soudain, l’île est au bord du gouffre, car un homme est mort vendredi qui n’était pas... Poursuivre la lecture

Par Nathalie MP Meyer

« L’humain d’abord » – le slogan est connu. C’était celui de Jean-Luc Mélenchon pour les élections présidentielles de 2012, alors qu’il se présentait sous la bannière du Front de Gauche. Mais c’est aussi le magnifique objectif affiché de tous les gouvernements inspirés du marxisme-léninisme depuis la révolution d’Octobre 1917. De la Russie à Cuba, en passant par le Cambodge ou le Venezuela, les faits se sont chargés d’en démontrer la parfaite inanité, voire la criminelle fausseté. Mais certaines légendes ont la vi... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles