OGM et emplois des lendemains qui sifflotent

Interdire les OGM, c'est très éco-conscient, mais cela fait moins de travail pour tout le monde.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Interdiction OGM (Crédits : René Le Honzec/Contrepoints.org, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

OGM et emplois des lendemains qui sifflotent

Publié le 19 janvier 2012
- A +

Si on oublie l’éolien et le photovoltaïque qui accumulent les performances record en matière de licencieheupardon d’emploi, l’écologie, c’est aussi l’âpre combat contre les méchants organismes génétiquement modifiés. Combat en passe d’être gagné en Europe, et dont les retombées, toujours en matière d’emploi, seront grandement appréciées en cette période de crise.

C’est donc avec un soupir de contentement que les écologistes (qu’ils fussent officiellement de gauche ou officieusement socialistes) ont appris la bonne nouvelle toute fraîche : BASF se retire purement et simplement du domaine OGM … en Europe et va ainsi réduire ses effectifs de 140 personnes dans les biotechnologies végétales. Et part s’installer aux Etats-Unis.

Comme le dit Greenpeace, c’est un vrai gain pour les consommateurs pauvres d’Europe.

Si on continue judicieusement le combat, on va pouvoir progressivement faire fermer l’ensemble des principaux pôles d’innovation grâce, par exemple, à des allers-retours permanents entre l’autorisation et l’interdiction de ces recherches, ou en exigeant l’absolue certitude d’un risque nul sur la nouvelle technologie envisagée. Risque nul impossible à trouver, à prouver, et dont l’absence, hermétiquement rédhibitoire, signera l’arrêt pur et simple de l’innovation en Europe.

Cette invention a sauvé plus d'arbres que Greenpeace

On ne le rappellera jamais assez, mais l’innovation, même si elle procure bien sûr les emplois de demain, et permet une amélioration des conditions de vie de tout un chacun, doit être systématiquement pourchassée dès lors qu’elle présente la moindre parcelle de risque.

En plus, les emplois de demains restent fort hypothétiques, alors que les chômeurs d’aujourd’hui, au moins, ça, c’est du concret. Politiquement, un chômeur tangible et remonté comme un coucou suisse contre les méchantes innovations qui lui pourrissent la vie, c’est bien plus utile qu’un salarié calme et pondéré qui, finalement, se fiche comme d’une guigne de la politique.

On comprend dès lors qu’on ne puisse que se réjouir, comme Greenpeace, qu’une nouvelle brassée de chômeurs arrive sur le marché du non-emploi de demain.

Heureusement, de frétillants autistes arrivent, le cheveu en bataille, la langue un petit peu sortie et l’oeil droit en conversation soutenue avec l’oeil gauche, comme Hervé Kempf, du Monde, qui nous gratifie d’un de ces fébriles articles comme seuls les cuistres de compétition peuvent en pondre, en poussant un petit soupir de satisfaction à la fin, comme pour ponctuer d’une joie simple la fin d’un popo mémorable.

Et le Hervé, il a plein de bonnes idées forcément génialissimes qu’il ne peut pas s’empêcher de nous exposer. Comme vous avez un temps limité, je vous épargne leur lecture. En gros, le marxiste brouillon du Monde a trouvé le Graal qui va permettre de créer de l’emploi en France, et comme par hasard, ce Graal est justement cette jolie écologie, celle qui a tant de mal à embaucher, voire qui licencie, comme je le faisais remarquer il y a quelques billets.

Pour mon Kempf de combat, c’est bel et bien « l’économie écologique qui devient plus apte à penser le monde que le dogme néocapitaliste et son avatar keynésien. »

Ouch, oui oui, dit comme ça, ça fouette un peu les parties charnues. Ne relisez pas la phrase, trois chatons sont morts pour arriver à ce résultat dans lequel l’économie écologique pense le monde (ce qui est une tournure de phrase qu’en rhétorique on appelle « du vent »), et le dogme capitaliste s’affuble d’un néo sans lequel il aurait fait terriblement XXème siècle, je suppose, et qui s’acoquine avec du keynésianisme dans un tourbillon de n’importe quoi aéré comme du coton d’Egypte (bio).

(Au passage, Kempf est payé pour pondre ça. Les journalistes n’ont aucune pudeur.)

Dans le court exercice qui suit, notre penseur en courants d’air se lance donc dans la démonstration que pour s’en sortir, on doit donc tout miser sur l’écologie, qui permet d’avoir une économie stable mais pas immobile (je vous laisse coller les concepts que vous voulez derrière ces mots, c’est un exercice amusant à faire avec les enfants un pluvieux mercredi après-midi, après l’atelier pâte-à-modeler). Le pompon revient tout de même à sa conclusion qui, en un petit paragraphe serré comme un Parisien un jour de grève, en déduit que pour créer de l’emploi, « on réduira les activités polluantes pour développer des activités novatrices« .

Si l’on rebondit à présent sur la décision de BASF de se casser d’Europe où, précisément, les activités novatrices sont volontairement fauchées, on en arrive à la conclusion que ce Kempf du Monde est une incarnation parfaite de Mr Bean en Ministre de l’Emploi, incapable de comprendre, dans le monde clownesque et détaché de toute prise avec le réel dans lequel il vit, que le simple fait d’innover, c’est prendre des risques, c’est, précisément, impacter sur l’environnement, que créer des emplois, de l’activité, c’est, exactement, modifier l’environnement dans lequel on est pour l’améliorer. Et que ce sont ces améliorations que les consommateurs sont prêts à payer. Que c’est donc, de fait, notre lutte permanente contre l’environnement, au travers de l’innovation, qui permet de créer des richesses, et de l’emploi.

Et que c’est justement en faisant tout pour avoir une économie parfaitement stable, en intervenant sans arrêt pour lui dire comment être stable, que cette économie s’immobilise. Mais Kempf, sur son petit vélo stable et immobile, s’en fiche : il pédale en roue libre, pendant que BASF a pris le sien pour rouler ailleurs, loin de ces cons à paillettes payés à dégoiser sur des sujets dont ils ne comprennent absolument rien…

Et finalement, pourquoi ne suis-je donc pas surpris ?
—-
Sur le web

Voir les commentaires (16)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (16)
  • Nous avons le même problème en Suisse, avec des écolos complètement nunuches qui mélangent tout. Le pire, c’est qu’ils ont été élus par le peuple…! Ils réussissent l’exploit de mettre dans le même sac leur CO2 chéri (ben oui, sans lui, ces ploucs n’existeraient pas), le nucléaire et les OGM (ne manquent que les antennes-relais pour parachever le chef-d’oeuvre). La peur est leur credo, ils ont abandonné toute forme de réflexion en chemin et sont tellement pétris d’idéologies que même si on les noyait dans un seau de biomasse, ils ne changeraient pas d’avis. Bref, quand les élus ne sont pas éduqués (comprendre par là qu’ils n’ont pas développé un esprit critique et cartésien capable de les aider à rationaliser leurs décisions), il est permis de se demander comment le pays va évoluer. Heureusement, il nous reste la démocratie directe et, dernièrement, les électeurs d’une vallée valaisanne ont tout simplement rejeté le projet d’un parc naturel par crainte de ne plus pouvoir développer leur vallée. Bon, je m’égare hors sujet, mais c’est fatigant de devoir supporter ce néo-obscurantisme qui diabolise toute innovation technologique et déifie la nature. Si nous idéalisons cette dernière, n’oublions pas que c’est parce que nous nous en sommes affranchis. Il y a un peu plus d’un siècle, quand les familles comptaient dix à quinze enfants (dont moins de la moitié atteignait l’âge adulte), que l’hygiène était médiocre, que les vaccins n’existaient pas (ciel, voilà encore un sujet qui engendre des obscurantismes!) et que les populations étaient soumises aux caprices du climat (sécheresses, frimas, avalanches…), on n’avait pas vraiment l’occasion de trouver la nature bienfaisante. Et c’est pathétique que les journalistes relaient de telles sottises et encensent Greenpeace, association qui a autant de crédibilité scientifique que les laboratoires homéopathiques.

    Pour en revenir aux OGM, les scientifiques français sont inquiets, car les chercheurs sont en train de faire leurs valises pour les USA ou la Chine, là où la recherche est possible sans intervention de commandos « d’inspection citoyenne » (la bonne blague!). Pas étonnant que l’Europe fasse naufrage: elle se tire littéralement une balle dans le pied.

  • franchement h16 il est très très méchant. il critique les écologistes et l’écologistme et en plus il agresse (de canard) l’un de nos journalistes scientifisquesmes préférés.
    Sus aux infidèles ! Pistolasers (solaires) prêts à dégainer ! Vengeons les fidèles combattants de la BONNE CAUSE si injustement salis et trainés dans la boue par l’ultra-turbo-néo-vachtementformid-libéralistme !

  • N’y voyez aucune agression mais vous êtes vous renseigné sur ce que sont les ogm avant de les comparés à des innovations? (et le culte de la création d’emplois… ça ne justifie pas tout !). L’image de la clé usb (avec sa réflexion faisant le raccourci le plus rapide qui soit) est d’ailleurs inappropriée. Quand on connait un minimum les recherches faites sur l’équilibre de la biosphère on sait que les ogm ne peuvent être qu’une absurdité (un livre à lire sur le sujet : « la biosphère » de Jean-Paul Deléage). Et si vous cherchez de l’innovation, regardez plutôt du côté de Sepp Holzer… Je vous invite à regarder de ce côté, cela pourrait vous faire voir les choses sous un autre angle.

    • Renseigné ? C’est pas le genre de la maison. Je balance tout et n’importe quoi, et je regarde ce qui tombe. Là, c’est vous. Splotch.

      Franchement, les OGM, des innovations. Où va-t-on ? Heureusement qu’on a fait fermer tout ça, hein, entre nous ! Des chercheurs qui partent aux US, c’est mieux pour la France. Merci.

    • « (et le culte de la création d’emplois… ça ne justifie pas tout !). »

      Faut au moins être fonctionnaire pour sortir un truc pareil…

  • Bon c’est du Kempf quoi !
    A le lire, il suffit de se ranger derrière des expertises de militants, y croire à fond en plissant les yeux et serrant les poings et ça y est le travail n’a plus de coût, il est partagé, le chômage est erradiqué dès lors qu’on pense « co-llec-tif ».
    C’est une faridondaine assez banale.

  • Il y a quand même un truc qui me dérange, avec les OGM : bon, forcément, je prends tout ça avec des pincettes, vu le climat (héhé) actuel, et la difficulté de trouver des informations objectives sur la question.

    Apparemment, certains agriculteurs n’ayant jamais acheté des semences OGM se seraient retrouvés avec des plants OGM dans leurs champs (en supposant qu’ils sont honnêtes sur ces deux points), et auraient été condamnés pour non-respect de clauses d’utilisation qu’ils n’auraient (toujours en supposant leur bonne foi) jamais signées.

    Et là, j’ai du mal – franchement. Qu’un mec qui signe un contrat de versement de royalties et qui barbouse ses déclarations pour moins en payer, OK, il a cherché la merde, je n’irais pas le plaindre (tant pis pour ceux qui signent volontairement un contrat merdeux : ça les regarde).

    Mais qu’au nom d’une soi disant « propriété » intellectuelle (que non, je ne reconnaîtrai jamais comme autre chose qu’une coercition bestiale, et comble ! insensée), on rackette quelqu’un qui n’a rien demandé, là, ça me hérisse un peu le poil.

    Bon, qu’on se mette bien d’accord : je ne mets pas les OGM en tant que tels en cause, et je n’ai fondamentalement rien contre eux (au contraire). Par contre, profiter de la dissémination naturelle (héhé, encore) pour braquer un flingue sur le calbut d’un pauvret, là, ça me donnerait un peu des envies de sortir le fusil, à sa place. Et ça vaut aussi bien pour ceux qui se plaindraient que leurs champs jusque là garanti 100% naturels se retrouveraient contaminés, et assigneraient le voisin OGMiste au seul motif qu’ils ne peuvent plus prétendre au 100% rouge-dedans-vert-dehors. Pourquoi ne pas assigner le vent, les oiseaux, et les abeilles, à ce compte-là ?

    Des sources d’infos, non partisanes de l’écoterrorisme, sur la question (oui, parce que, bon, malgré mes a priori sur la propriété intellectuelle, que, eux, je ne suis pas prêt de changer, je me demande quand même si c’est un hoax ou pas ; et, je le répète, vu le climat actuel… allez savoir) ?

    • « Apparemment, certains agriculteurs n’ayant jamais acheté des semences OGM …auraient été condamnés pour non-respect »

      Qui et ou ?

      Parce que le « il parait que [insérez un méchant] [mange les enfants/irradie les biberons/efface les tâches des coccinelle] »

      c’est le fond de commerce des haineux depuis toujours.

      Je ne vois pas très bien sous quel motif une condamnation aurait pu être prononcée donc c’est forcément un hoax pourri.

      • Whynot : « Notamment Percy Schmeiser »
        ———————-
        Oui donc UN SEUL agriculteur condamné pour utilisation frauduleuse des OGM… sur plus de 100 millions d’ha cultivés dans le monde ! Et ce serait la faute aux OGMs pas à l’agriculteur, cherchez l’erreur…

    • Whynot : « Apparemment, certains agriculteurs n’ayant jamais acheté des semences OGM se seraient retrouvés avec des plants OGM dans leurs champs (en supposant qu’ils sont honnêtes sur ces deux points), et auraient été condamnés pour non-respect de clauses d’utilisation qu’ils n’auraient (toujours en supposant leur bonne foi) jamais signées. »
      ———————–
      « Apparemment », « certains », « seraient »… quelques noms peut-être (au moins 2) ?

      « Des sources d’infos, non partisanes de l’écoterrorisme, sur la question (oui, parce que, bon, malgré mes a priori sur la propriété intellectuelle, que, eux, je ne suis pas prêt de changer, je me demande quand même si c’est un hoax ou pas ; et, je le répète, vu le climat actuel… allez savoir) ? »
      —————————————–
      cf http://nonaumoratoire.free.fr/ puis l’Afis, zététique, charlatan.info …

      • Pour s’amuser, deux noms de plus : Paul Beneteau et Edwards Wouters, deux autres agriculteurs canadiens condamnés. Sauf qu’ils auraient apparemment avoué avoir volontairement utilisé les semences sans payer de licence (et là, ce sont même les sites écoterroristes qui le disent).

        Bref, ils ont joué, ils ont perdu : je ne me réjouis pas qu’ils se fassent racketter, mais ils savaient sûrement ce à quoi ils s’exposaient. Pour autant, ça ne change rien au mépris que j’ai pour les entreprises qui pratiquent le terrorisme à la « propriété » intellectuelle ; et ça ne changera pour autant rien non plus à ce que je n’ai rien contre les OGM en tant que tels (au contraire – bis : faudra me dire où j’ai sous-entendu que ce serait leur faute ; ce qui me gêne, ce ne sont pas les tentatives de progrès, mais la « propriété » intellectuelle, qui me paraît nuisible en tout ; ne me faites pas non plus dire ce que je n’ai pas dit).

        Le problème reste donc que, chacun cherchant la merde (agriculteurs en situation illégale, entreprises rackettrices, geignements sur le principe de précaution), tout le monde finit par la trouver (agriculteurs rackettés, entreprises forcées à délocaliser, emplois potentiels en moins, recettes en berne pour tout le monde – youpi : « live and let die »)…

  • les écologistes sont nuls et corrompus.monsanto est une société totalitaire.h16,t’as simplement oublié de voir les deux cotés du problème.donc article nul et sans impact

  • Bonjour à tous, voici un lien qui pourrait apporter quelques arguments supplémentaires des 2 côtés.

    http://www.futura-sciences.com/fr/news/t/medecine/d/ogm-sen-nourrir-ne-serait-pas-nocif_35299/

    Personnellement, je suis pour les OGM car pour l’innovation et contre le principe de précaution. De là tout est dit. Ce débat est comme tout débat: éternelle tant qu’il y aura au moins une des 2 parties convaincues d’avoir raison.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

2021 touche a sa fin et les fêtes approchent à grands pas. Pour la deuxième année consécutive, les perspectives de fin d'année ne sont pas synonymes de franche rigolade. Depuis quelques jours, nous savons que nous faisons face à une importante circulation épidémique et à la cinquième vague, de nouvelles mesures sont donc tout naturellement entrées en vigueur, comme c'est le cas depuis deux ans. Entre vaccination (obligatoire), pass sanitaire, gestes barrière, protocole niveau 3 et limitation des rassemblements, il peut être un peu difficile d... Poursuivre la lecture

2
Sauvegarder cet article

 

« Je ne perds jamais, soit je gagne, soit j'apprends », Nelson Mandela

Notre pays consacre désormais plus du tiers de son PIB au social : retraite, sécurité sociale, allocations, guichets et aides diverses pullulent, se télescopent et parfois s’annulent.

Nous avons conquis en 50 ans le titre peu enviable de champion du monde du social mais nos tombereaux d’aides, de formulaires, d’allocations et de paperasserie divers et variés sont-ils efficaces, utiles et offrent-ils à nos compatriotes la possibilité de jouer leu... Poursuivre la lecture

Par Yannick Harrel.

Côté face, Elon Musk est un entrepreneur à succès avec SpaceX, Tesla, Neuralink et X.com (futur PayPal). Côté pile, Elon Musk est un trublion médiatique trop heureux de jouer avec les réseaux sociaux et les crédules. Irritant, séduisant, provocant, exaltant, il est peu dire que l’individu déclenche les appréciations les plus tranchées dans les discussions, les rédactions et les commissions d’enquête.

Devenu troisième fortune mondiale (115,4 milliards de dollars estimés) en 2021, l’entrepreneur américain d’ori... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles