La France est-elle encore une démocratie?

Les élus du peuple doivent-ils passer, comme c’est désormais l’usage, sous les fourches caudines des syndicats pour décider du bien du peuple ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Arche de Triomphe à Paris (Crédits Gabriel Arango, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La France est-elle encore une démocratie?

Publié le 7 janvier 2012
- A +

Les élus du peuple doivent-ils passer, comme c’est désormais l’usage, sous les fourches caudines des syndicats pour décider du bien du peuple ?

Par Philippe Robert

Selon Lejdd.fr :

François Fillon et les ministres François Baroin (Economie), Valérie Pécresse (Budget et porte-parolat), Xavier Bertrand (Travail) et Patrick Ollier (Relations avec le Parlement) ont évoqué durant près d’une heure la « méthode » et le « calendrier » qui doivent être retenus afin de faire du sommet « un vrai moment d’échange avec les partenaires sociaux ».

La simple évocation d’une nouvelle grand-messe sociale du type Grenelle le 18 janvier prochain devrait nous inciter à nous poser la question suivante, à mon sens vitale : la France contemporaine est-elle encore une démocratie au sens noble du mot ? En France, les élus du peuple doivent-ils passer, comme c’est désormais l’usage, sous les fourches caudines des syndicats pour décider du bien du peuple ?

La France est-elle encore une démocratie

Personnellement, j’ai toujours pensé – et surtout constaté – que plus le temps passait, plus notre pays empruntait une pente glissante dont l’aboutissement naturel ne pouvait être que la confiscation de la souveraineté du peuple au seul bénéfice d’un petit nombre. Après une lecture de Philippe Nemo [*], je ne peux plus douter de la justesse de mon intuition que je tiens à vous faire partager :

Au fil des ans, et de façon accélérée à partir de 1981, on a fini par trouver normal que toute décision politique d’importance soit prise en concertation avec les « partenaires sociaux » ou les « associations » et en accord avec eux. Les politiciens de droite eux-mêmes (…) ont fini par juger non seulement fréquentables , mais incontournables ces syndicats et groupes qui les tiennent en otage (…) Les vrais dépositaires du pouvoir souverain sont donc en France, désormais, l’Élysée et les « partenaires sociaux », représentant respectivement 12,5% des électeurs et 5 à 10% des salariés (…) Il est toutefois une logique déchiffrable de ces arrangements. C’est qu’ils ont permis aux deux composantes de l’oligarchie de se partager les dépouilles d’une société civile qui n’était représentée ni dans l’État légal ni dans la rue.

Aussi, la définition par Philippe Nemo de la pseudo-démocratie qui caractérise aujourd’hui la France est-elle la suivante :

Si l’on s’en réfère aux typologies classiques des régimes politiques, il faut dire, en toute rigueur, qu’elle est une oligarchie, ou plus exactement une double oligarchie. Le pouvoir souverain, en effet, n’y appartient pas au peuple, mais à la haute fonction publique et aux syndicats.

Sans aucunement omettre l’action délétère des médias, qui ont leur part dans la descente aux enfers de la France, j’ose croire que ces extraits d’une analyse lucide et rigoureuse de l’état de la démocratie en France, y compris l’intégrité reconnue de l’auteur, sauront convaincre ceux qui hésiteraient encore à qualifier la dérive du pouvoir en place : les attributs d’une démocratie populaire soft sont clairement en place…

—-
(*) Philippe Nemo, La France aveuglée par le socialisme, François Bourin éditeur, octobre 2011.

Voir les commentaires (10)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (10)
  • Diagnostic tout à fait juste dont les français eux-même connaissent les affres; ils ne participent plus depuis plusieurs décennies à la mascarade de représentativité au niveau syndical, et cela aussi bien dans les industries manufacturières que dans les services publiques ou privés d’ailleurs. Mais les oligarques malades qui nous dirigent se crispent sur ces représentations métaphoriques des employés, travailleurs, (salariés ou non) comme l’avare de Molière sur sa cassette. Un jour cette cassette (l’état) tant convoitée va leur péter à la gueule.

  • En effet. Et comme en plus il ne saurait y avoir de démocratie sans une presse libre et indépendante, et celle que nous n’avons n’est ni l’une ni l’autre (subventions, niches fiscales journalistes, grand groupes founisseurs d’Etat -BTP, défense- ou banquiers, médias publics et monopole d’une idéologie très à gauche) …

  • Pas non plus de votation possible sur les sujets d’importances (comme cela se fait en Suisse dès lors qu’il y a 100.000 signatures de collectées).

  • Plus profondément que cela, le réel problème réside encore et toujours dans la prédominance de l’état dans tout les rouages de la société. Si l’état avais moins de pouvoir, toute cette mascarade n’aurais pas lieu. Il n’y aurait rien à négocier avec les syndicats, rien à accorder au ONG, les lobbyistes devraient se mettre au boulot et les Français retrouveraient enfin le pouvoir de faire leurs propres choix

  • Comment on fait pour « partager »… ? Il faut cliquer sur « facebook » juste au dessus du premier commentaire? Ce n’est pas le premier article que je n’arrive plus à partager…

  • La France aveuglée par le socialisme.

    de Philippe Nemo.

    A lire, à relire, à faire lire.

  • Sous l’appellation « ONG », les lobbies de groupuscules écolos ont pris une influence catastrophique.
    Le « Grenelle de l’environnement » en est l’illustration. Sarkosy leur a donné les clés, le parlement a complaisamment laissé passer… Tout le monde en subit les conséquences.
    Après, on se demande pourquoi la désindustrialisation, la perte de compétitivité. L’agriculture et l’agro-alimentaire français se font dépasser par les allemands.

  • Pire encore : la France se prend pour une société ; et toujours pire, elle veut encore et toujours plus en être une, et se donne le moyen « état » pour cela : la France se prend donc pour une société étato-socialiste.

  • il faut militer pour le référendum d’initiative populaire comme en SUISSE, Vrai Démocratie, seule possibilité de rendre le pouvoir au peuple sans passer par la révolution.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Tommaso Vitale et Emilien Houard-Vial.

 

Si cette année Giorgia Meloni et Marine Le Pen ont concentré l’attention des commentateurs des deux côtés des Alpes, l’abstention est bien la donnée politique la plus importante qui ait émergé de ces élections. Le choix délibéré de millions de citoyens de se détourner de l’arène politique est souvent agrémenté de propos négatifs sur leur supposée irresponsabilité ou manque d’éthique. Pour autant, le registre de la culpabilité est-il le plus pertinent pour répondre au grave problè... Poursuivre la lecture

la liberté
5
Sauvegarder cet article

La guerre russe en Ukraine place une fois de plus le monde occidental, le monde des démocraties libérales, face à ses renoncements et ses douloureuses contradictions.

Comme dans les années 1930 face à l'Allemagne, l'Italie et l'URSS, on le voit se lever au nom de ses principes face à l'autoritarisme brutal d'un Vladimir Poutine, mais on le voit aussi se braquer dans des certitudes sociales et/ou climatiques qui lui font imposer ses jolies politiques d'en haut en oubliant qu'il tient ses pouvoirs des individus. Exemple typique, les zone... Poursuivre la lecture

1
Sauvegarder cet article

« Docteur, j’ai mal partout, quand je touche mon ventre avec mon doigt j’ai mal, quand je touche mon genou j’ai mal, quand je touche ma tête j’ai mal… » ; et le docteur de répondre : « vous avez juste le doigt cassé ».

Le gouverné aussi dit avoir mal partout, mais c’est son doigt qui est cassé, son doigt démocratique.

Est-ce du spleen ou du blues qu’éprouve le gouverné, difficile de trancher. Mais le mal être est indubitable. Pourtant, nous essayons, nous nous débattons, tentons de trouver une position plus agréable, pour un mom... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles