Signe de paupérisation: les Français se soignent de moins en moins

Les régimes obligatoires sont le nœud du problème. Les cotisations sociales augmentent, les remboursements des régimes obligatoires diminuent

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
imgscan contrepoints 540

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Signe de paupérisation: les Français se soignent de moins en moins

Publié le 6 janvier 2012
- A +

Les régimes obligatoires sont le nœud du problème. Les cotisations sociales augmentent tandis que les remboursements des régimes obligatoires diminuent.

Par Thibault Doidy de Kerguelen

Près d’un Français sur 5 (19%) affirme avoir réduit (de façon drastique ou légèrement) ses dépenses de santé, selon un sondage Obea-Infraforces à paraître dans le numéro de janvier de Santé Magazine.

69% des personnes interrogées ont réduit leurs dépenses de médicaments et 43% affirment choisir des pharmacies où les tarifs sont les moins élevés. Entre 30 et 40% des sondés déclarent avoir renoncé à certaines prestations, en particulier les dents et l’ophtalmologie.

Encore plus grave: 74% des personnes ayant réduit leurs dépenses déclarent consulter moins souvent leur généraliste et 28% affirment ne pas pratiquer les examens prescrits.

Ces chiffres sont à rapprocher d’une étude similaire publiée dans l’Expansion le mois dernier et qui disait aussi que plus d’un Français sur trois devant aller chez le dentiste avait repoussé ses soins à « une date ultérieure ».

L’article ce Santé Magazine semble s’étonner de cette situation, rappelant que 93% des personnes interrogées disposaient pourtant d’une assurance complémentaire santé. C’est ne pas bien connaître la réalité de la situation et du marché. Les complémentaires santé ont considérablement augmenté leurs cotisations ces dernières années. Si peu de Français (même s’ils sont chaque années plus nombreux et que le phénomène risque de prendre de l’ampleur en 2012) ont fait le choix de se passer de cette assurance, très nombreux sont ceux qui ont choisi de réduire leurs formules au remboursement dit « de base », c’est-à-dire 100% du tarif de la Sécurité Sociale. Or, c’est là que se trouve la grande hypocrisie du système de santé français. Sur des zones géographiques de plus en plus grandes du territoire, les tarifs de convention ne veulent plus rien dire. S’il n’y a guère qu’en région parisienne où il est extrêmement difficile de trouver un médecin généraliste qui vous prenne le tarif de convention de 23€ (les tarifs les plus fréquents étant de 30 à 35€), c’est quasiment partout que les spécialistes ne peuvent se contenter des « officiels » 25€ pour une consultation, la réalité des prix s’échelonnant entre 40 et 60€ selon les spécialités, la renommée et le lieu. Lorsque Santé Magazine nous parle des dents et de l’optique, que ne rappellent-ils que la Sécurité Sociale estime le coût d’une monture à 2,54€ (il n’en existe pas sur le marché à ce prix…), le prix d’une couronne à 107€ ou le coût d’un acte chirurgical à son tarif d’il y a plus de dix ans.

Les régimes obligatoires sont le nœud du problème. Rappelons que les cotisations sociales, loin de baisser, augmentent. Les remboursements des régimes obligatoires diminuent. Les tarifs de convention décrochent complètement par rapport à la réalité du coût de la santé, créant ainsi un tarif de référence complètement virtuel et déconnecté de la réalité.

Les complémentaires santé, quant à elles, sont taxées de 3% de leurs cotisations pour financer la CMU. Elles viennent d’être taxées de 7% cette année au titre de la taxe sur les assurances. Elles doivent prendre en charge de plus en plus de soins abandonnés par les régimes obligatoires. Il n’en demeure pas moins que si vous additionnez toutes cotisations que vous avez payées aux régimes obligatoires (patronales et salariales et sans même tenir compte des taxes sur les alcools, le tabac ou les différentes CSG/CRDS déductibles ou non) et que vous les rapportez aux sommes reçues en remboursement de prestations de santé et que vous faites la même opération pour les cotisations de votre assurance complémentaire, vous serez (sauf exception de maladie grave ou d’accident du travail) effarés de constater la disproportion. Les assurances complémentaires demeurent largement moins onéreuses que les régimes obligatoires. N’empêche, dans la mesure où elles ne sont pas obligatoires, c’est sur elles que les Français rognent. Ils rognent mal. En choisissant de souscrire des complémentaires « de base », ils s’engagent à payer des cotisations pour des prestations qui ne leur permettent plus d’assurer les soins qui ne sont pas extrêmement urgents. Qu’est-ce que cela veut dire, lorsque 40% de ses revenus partent en cotisations sociales, que l’on a souscrit une assurance complémentaire, d’avoir encore 20 ou 30€ à débourser pour une consultation, 300€ pour une paire de lunettes ou 400€ pour se faire soigner une dent? Alors, on ne se soigne plus qu’en cas d’urgence.

Cela s’appelle une diminution considérable du niveau de vie de la population, une paupérisation.

—-
Sur le web

Voir les commentaires (5)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (5)
  • « Vivre sans complémentaire santé ne met pas votre budget en péril, puisque les gros risques sont pris en charge par l’Assurance-maladie. C’est l’Assurance-maladie qui couvre les risques les plus coûteux. Cancers, maladie de Parkinson, sclérose en plaques, diabètes ou insuffisances cardiaques graves font partie des trente affections de longue durée remboursées à 100% par le régime.

    Lles dépenses les plus importantes (prothèses dentaires, lunettes ou appareils auditifs) vous laissent déjà une part importante à votre charge. En mettant de côté l’argent qui n’est pas dépensé pour la complémentaire et en le faisant fructifier dans un placement disponible et sûr (livret d’épargne, fonds en euros d’une assurance-vie…), vous pouvez devenir votre propre assureur sans remettre en cause la qualité de vos soins et en faisant des économies. »

    Source : N°1014 du Particulier, repris dans l’article du Figaro du 24 décembre « Est-il rentable de se passer de complémentaire santé ? »

    • Effectivement, lorsque vous êtes atteint d’un cancer des poumons votre budget n’est pas mis en péril mais si l’on exclu ces cas très rare de maladie totalement handicapante, le coût des soins en France met effectivement votre budget en péril car ceux ci ont augmenté bien plus que le pouvoir d’achat global des français. DONC il est illusoire de croire que l’on peut actuellement par l’épargne améliorer sa situation financière vis à vis de ce problème. En effet l’épargne est actuellement massacré avec des taux de rendement misérable qui pour la plupart ne compense pas l’inflation officielle (sans même parler de l’inflation réelle). Donc à court et moyen termes la situation de santé public en France (et dans bien d’autre pays européen va se dégrader de par l’appauvrissement de pans entier de la société.

    • Je suis étonné que « Le Particulier » ait écrit ceci et cela ne me réconcilie pas avec cette publication. La vérité, c’est que si vous n’avez pas de complémentaire santé et que vous avez un accident seul sur la route, par exemple, mais ce peut être une chute dans votre escalier, à plus de 1500€ la journée de soins intensifs, 800€ la journée en médecine ou chirugie, les frais d’opération, d’anesthésie, les médicaments, les analyses, les examens, même à 20% de ticket modérateur, vous vous retrouvez vite avec…. plusieurs années de cotisations de complémentaire à sortir d’un coup. Sans compter que dans ce cas, vous n’avez pas de chambre particulière (entre 45 et 60€/jour), vous ne pouvez pas choisir votre chir (en tous cas pas celui qui prend des dépassements d’hono et qui est, comme un fait exprès le spécialiste de votre patho), bref, vous accumulez les problèmes. La couverture hospi est INDISPENSABLE! Et une bonne! Par contre, si vous êtes du genre jamais malade, effectivement, et c’est le sens de mon article, prendre une complémentaire de base ne vous sert strictement à rien et vous coûte plus que ne vous coûterait de payer le ticket modérateur du votre MG ou de vos médicaments. Si vous avez certaines pathos non prises en charge à 100% et qui nécessitent des examens et des visites de spé, il vous faut une complémentaire. Si vous avez des besoins de prothèses, dentaire, optiques, auditives, une assurances que vous payez un an ou deux ans ou trois ans, le temps de résoudre vos problèmes et que vous résiliez après peut vous convenir. SI vous êtes indépendant et jeune, une formule « blindée » en Madelin, à tarif « âge de souscription » est super intéressante. Voilà, c’est comme tout, c’est métier et « pisser » de la copie dans un canard qui se veut « conseiller » entraîne des approximations qui conduisent à des âneries. Je l’avais déjà remarqué dans le titre que vous citez!
      Cordialement,
      Thiabult

  • Oui, il y a paupérisation de la population française mais quel en est le bénéficiaire ?
    L’État, cette grande fiction à travers laquelle tout le monde essaye de vivre aux dépens de tout le monde ?
    L’État n’existe pas : il y a toujours des hommes derrière. Il se finance par la spoliation (l’impôt pour les politiquement corrects) et ces hommes de l’État sont les grands bénéficiaires. Pas les petits fonctionnaires mais les hauts responsables qui veulent toujours un fromage plus gros à se partager.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Récemment, la Cour des comptes a refusé de certifier les comptes de la Sécurité sociale pour des raisons de fiabilité sur le montant de son déficit. Entre autres : un désaccord de près de 10 milliards d'euros sur le déficit du régime général entre 2020 et 2021… mais aussi des erreurs importantes sur le versement des prestations de retraite.

Cela n’aura échappé à personne : en plus d’être une gabegie financière, la Sécurité sociale souffre d’un cruel manque de transparence. Aujourd’hui, le niveau d’étatisation est tel que la France occu... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Géraud Lebas[1. De formation initiale en gestion, Géraud Lebas possède une décennie d'expériences en tant que comptable et acheteur. Attiré par l'énergie et l'industrie, il s'est depuis reconverti en électrotechnique dans le secteur aéronautique.].

Où part le salaire des employés français ? La question, légitime, du salaire complet, refait surface en ce début d'année avec le prélèvement à la source.

Il est intéressant de se placer du point de vue de l'employeur. Celui qui, à la base, paie tout. Car distinguer, pour la forme,... Poursuivre la lecture

Charles Prats
0
Sauvegarder cet article

Par Claude Sicard.

On apprend par le journal Libération que le magistrat Charles Prats est placé sous enquête administrative par notre ministre de la Justice, Éric Dupond-Moretti, en raison des révélations contenues dans son dernier livre sur l’importance faramineuse des fraudes sociales dans le pays : en effet, il les évalue à pas moins de 52 milliards d’euros par an.

On comprend que cela dérange nos responsables politiques, d’autant qu’il s’agit de fraudes imputables pour une bonne part à des ressortissants étrangers ou issus ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles