Les enfoirés n’ont qu’à augmenter leurs prix pour les Restos du Cœur

Logo Restos du Coeur

Les places de ces concerts devraient être vendues au plus offrant, par exemple aux enchères

Scandale ce matin dans les médias : des particuliers revendent « à prix d’or », jusqu’à 20 fois leur valeur, des billets pour les concerts des enfoirés, dont le but est de financer les Restos du Cœur de Coluche.

Réaction des Restos du Cœur : lancer des poursuites judiciaires contre des sites web où l’on peut trouver ces places à la revente. Les Restos se déclarent « écoeurés ».

Logo Restos du Coeur

Réaction des médias: « choquant » et « indécent », au moment où les Restos du Cœur ont tant de mal à trouver les financements dont ils ont besoin pour arriver à faire face à la demande des Restos, tristement en pleine augmentation en ces temps de crise. On brandit l’épouvantail du « marché noir », qui, on le sait, est supposé nous rappeler les heures les plus sombres de notre histoire. Comment peut-on avoir si peu de cœur au point de s’enrichir sur le dos de cette belle initiative, qui manque justement si cruellement de moyens ? Il faut quand même être salaud.

Face à cette réaction aussi emportée qu’indignée, je ne peux m’empêcher de m’étonner et de m’interroger : comment les Restos et les journalistes peuvent-ils rater ainsi la principale information contenue par cette histoire ?

Cette information, c’est bel et bien que des gens sont prêts à payer 20 fois plus pour voir Les Enfoirés. Or, le but de ces concerts est la  levée de fonds pour une organisation caritative. Plus ils vendent les billets chers et plus de fonds rentrent. Résultat : plus de bonnes œuvres seront accomplies !

Le prix de marché pour certaines de ces places étant désormais connu, grâce aux méchants revendeurs, on sait combien certains sont prêts à payer pour voir sur scène la crème du génie français, et on peut mesurer, par contraste, la perte d’opportunité pour les Restos à avoir mis ces places en vente à un prix bien inférieur à ce qu’une partie du public est prêt à payer. Et, vu l’écart, c’est un terrible manque à gagner pour les Restos du Cœur, par les temps qui courent.

C’est tout de même la conclusion qui s’impose. Je dirais même, qui crève les yeux.

Car enfin, vers qui est dirigée la générosité des Restos ? Vers les gens qui vont à ces concerts ? Vers les enfoirés qui donnent gracieusement leur temps et leurs chansons ? Certes non. Elle est bien dirigée vers les personnes qui ont besoin des Restos du Cœur pour traverser l’hiver.

Ainsi, le prix des billets de ces concerts ne peut, quel qu’il soit, être considéré comme trop élevé.

Chers Restos du Cœur, félicitations du fond du cœur pour le merveilleux travail que vous faîtes (et pour si bien démontrer que l’initiative privée est infiniment supérieure à l’intervention étatique, ce que Coluche savait bien). Mais de grâce, cessez ces pleurnicheries, ayez le courage de votre mission, cessez ces vaines poursuites qui ne font rien pour les démunis qui ont besoin de vous, et vendez simplement les billets des Enfoirés au juste prix. Et ce juste prix, pour votre bonne cause, c’est bien le prix maximum que sont prêts à payer les gens qui veulent vous aider et aller à ces concerts.

Je dirais même plus, les places de ces concerts devraient être vendues au plus offrant, par exemple aux enchères. C’est tout de même le b.a. ba du fundraising (levée de fonds).

Je vous cède cette idée gratuitement, mais s’il vous plait, faîtes en bon usage et mettez-la en application.