Borloo tonton flingueur ?

Contrairement aux apparences, Jean-Louis Borloo n’a pas disparu de la scène politique

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Borloo tonton flingueur ?

Publié le 2 décembre 2011
- A +

Contrairement aux apparences, Jean-Louis Borloo n’a pas disparu de la scène politique.

Par Aurélien Véron

Contrairement aux apparences, Jean-Louis Borloo n’a pas disparu de la scène politique. Il pourrait même bien rester très présent jusqu’à la présidentielle au sein du patchwork centriste en train de se s’effilocher. Avec la sortie de son ouvrage « Libre et engagé », on croirait presque à une stratégie délibérée de pourrissement de cette nébuleuse. Va savoir. C’est un malin, ce Borloo. Et la tambouille des affaires l’intéresse davantage que la tambouille politicienne. En fait, il est peut-être en plein milieu d’une adroite négociation pour mieux rebondir dans les affaires derrière. La direction d’un grand fleuron national par exemple ?

Il avait bien travaillé à séduire le Nouveau Centre en vue de dépouiller Hervé Morin de ses troupes. Le petit Parti Radical était ainsi devenu une auberge animée pour opportunistes déclassés de l’UMP : Yves Jégo, Dominique Paillé, Rama Yade. Il avait commencé à faire rêver les élus centristes et leur base. Tous se voyaient déjà incontournables au sein de la majorité dominée jusqu’ici par l’esprit de caserne de l’UMP. Tout ceci agaçait profondément Morin, bien entendu. Mais aux yeux de tous, ça y est, la revanche devenait possible. Borloo s’était même engagé, déclarant même le 10 septembre à l’université d’été de l’ARES : « Oui, j’irai au bout de ma logique, parce que je ne badine pas avec l’engagement politique ». Qui n’y aurait pas cru ?

Premier faux pas dans ce rapprochement enthousiaste : l’effroyable ambiance de l’université d’été de l’ARES, regroupement hétéroclite mais prometteur du Parti Radical, du Nouveau Centre et de Gauche Moderne, mais qui n’a jamais vraiment pris. Ou qu’on n’a jamais permis de prendre. Poussé à la faute, Morin a mal réagi en insultant un militant qui arborait un tee-shirt de Morin avec le nom de Borloo marqué au feutre. Maladresse ou provocation calculée ? En tout cas, Borloo a savamment entretenu le suspense et énervé Morin afin de faire de cet événement un massacre.

Mais le pire restait à venir. En se retirant de la présidentielle début octobre, Borloo a choisi le pire timing pour son camp. Trop loin du moment où les investitures auraient pu se négocier avec Sarkozy en échange du retrait calculé de sa candidature. Trop près pour permettre à ses troupes d’établir une stratégie de remplacement vis-à-vis de l’UMP. Résultat : Morin s’est senti pousser des ailes et s’est lancé fièrement, isolé et contesté par la majorité de ses élus qui craignent à juste titre que le prix de cette aventure périlleuse rende l’histoire du Nouveau Centre trop éphémère.

Si Borloo reste, ne serait-ce pas pour poursuivre son travail de sape de la candidature de Morin ? Ses petites phrases assassines, son travail de réseau ressemblent furieusement à un cheval de Troie politique. En minant ainsi l’ARES, s’est-il promis d’apporter la tête de Morin sur un plateau, et le retour au bercail de tous ses cadres ? Toutes ces coïncidences ne sont sans doute que pur hasard, et mon analyse pure affabulation.

—-
Sur le web

Voir les commentaires (5)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (5)
  • Quelle crédibilité peut avoir un homme qui préfère sa stratégie, son intérêt à la défense des idées qui sont sensées l’animer? Il est vrai que Mr Borloo a été à bonne école avec Tapie!
    Pendant ce temps, il y avait un parti, le Nouveau Centre, et son président, Hervé Morin, qui travaillait loin des projecteurs à établir un programme, à rencontrer des français pour élaborer un projet qui est proposé aujourd’hui aux français. C’est ça un homme politique responsable! merci Mr Morin.

    • J’ai rien contre le nouveau centre mais…

      Agences de notation
      Comment la France peut-elle sauver son AAA
      le Nouveau Centre propose la création d’une agence de notation publique à l’échelle européenne.

      C’est vrai que la ça change tout, merci monsieur Morin.

      http://goo.gl/eMGOJ

  • Depuis 2007 Hervé Morin reconstruit le centre et Borloo ,sans doute sur ordre de Sarkozy, est venue une première fois tenter de tout détruire . Après sa minable prestation du 2 octobre ,il croyait le boulot fait .mais Morin est un homme de conviction , un homme de caractère ,déterminé, alors Sarkozy sort la grosse artillerie en lâchant Coppé qui a intimidé Sauvadet, Leroy , Santini pendant que le « sous-marin Borloo  » venait relâcher une torpille sur France 2 . Borloo est l’image même de ces politiciens que les français abhorrent : calculateur , prêt à tout pour garder leur petit pouvoir,…

  • Dire qu’à cause d’Xxxaxx j’ai raté l’interview avec Rama…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
plan de relance france
0
Sauvegarder cet article

Par h16.

Aujourd'hui, soyons fous. N'ayons peur de rien, soufflons bien fort dans le appeau à trolls et imaginons que nous ayons toute latitude pour tenter de résorber la crise actuelle, ou, au moins, d'en atténuer au maximum les effets. Quelles pourraient être les mesures les plus efficaces pour relancer l'activité économique du pays et y créer des emplois ?

On pourrait pour commencer imprimer plusieurs centaines de milliards de billets de 100 euros et les distribuer aux pauvres, directement. Cela n'enrichirait pas tellement le... Poursuivre la lecture

Par Jean-Baptiste Noé.

Une bonne politique ne se mesure pas aux résultats obtenus, mais aux milliards d’euros dépensés. À ce titre, la politique de la ville est un grand succès. C’est un impératif pour chaque gouvernement : il faut sauver les banlieues, par de la rénovation urbaine, par de la mixité sociale, et par plus d’égalité des chances, le tout en conformité avec les valeurs de la République.

Revoilà donc Jean-Louis Borloo qui, après une politique de la ville menée tambour battant en 2003, propose un nouveau plan pour sauv... Poursuivre la lecture

Par Nathalie MP.

Mardi 22 mai dernier, grande cérémonie à l’Élysée. Grand-messe, pourrait-on dire. Sous le titre « La France, une chance pour chacun », le Président avait en effet convié le Tout-Vivrensemble de nos quartiers et territoires – ministres, élus, responsables associatifs, habitants, chefs d’entreprise – afin de leur présenter ses projets pour les banlieues.

La déception fut à la hauteur des attentes : alors que le rapport « Vivre ensemble, vivre en grand » de Jean-Louis Borloo, expressément demandé à l’automne par le... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles