Sortir complètement, beaucoup, un peu ou pas du tout du nucléaire

Si l’on ne veut ni d’une augmentation massive de la production de CO2 et d’un risque de pénurie (énergies fossiles), ni du quadruplement du prix de l’électricité (nouvelles énergies dites vertes), ni revenir au temps des tickets de rationnement, il n’existe actuellement qu’une seule solution : le nucléaire.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Sortir complètement, beaucoup, un peu ou pas du tout du nucléaire

Publié le 25 novembre 2011
- A +

Le choix entre l’abandon, la réduction ou le développement de l’énergie nucléaire est devenu un des thèmes clés des élections de 2012.

Le coût de ces différentes options est difficile à évaluer, leur impact sur l’emploi aussi, mais il devrait être possible de se mettre d’accord sur les conséquences des différentes options.

Demander aux Français s’ils veulent sortir du nucléaire est essentiel, mais à condition de leur indiquer ce que cela implique. Il n’existe que quatre solutions : énergies fossiles, énergies vertes, rationnement et énergie nucléaire.

[…]

Si l’on ne veut ni d’une augmentation massive de la production de CO2 et d’un risque de pénurie (énergies fossiles), ni du quadruplement du prix de l’électricité (nouvelles énergies dites vertes), ni revenir au temps des tickets de rationnement, il n’existe actuellement qu’une seule solution : le nucléaire. C’est en plus un avantage pour notre industrie avancée et un témoignage de solidarité avec les pays moins développés.

Lire l’article complet sur le site de la Fondation iFRAP.

Voir les commentaires (9)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (9)
  • « Il n’existe que quatre solutions : énergies fossiles, énergies vertes, rationnement et énergie nucléaire. »

    Ce sera rationnement ET multiplication par 4 du prix de kilowatt-heure. Les énergies vertes sont de la plaisanterie d’enfants de 12 ans qui trépignent pour avoir leur console.

    • Le rationnement est de rigueur de toute façon. C’est bien à ça que sert le prix, d’ailleurs : rationner en fonction du rapport bénéfice/cout.

      Les énergies vertes ne sont pas mûres ; dans quelques dizaines d’années, par contre, ça devrait coller.

  • « Les énergies vertes sont de la plaisanterie d’enfants de 12 ans qui trépignent pour avoir leur console. »
    ——————
    La comparaison est injuste, les enfants de 12 ans, qui ont leur console et qui s’aperçoivent finalement qu’elle est toute pourrie et qu’elle ne fonctionne que 1/3 du temps, ils la bazardent presto, alors que les énergies vertes sont bien plus pourries et les pastèques en redemandent encore plus !
    Contrairement aux pastèques, les enfants eux, sont logiques.

    P.S. le nabot a fait justement un discours sur le nucléaire aujourd’hui à Pierrelatte. A part quelques pirouettes périlleuses pour ne pas avouer que SON grenelle est de la daube et pour se plier au chamanisme carbo-réchauffiste (lobby du nucléaire oblige), c’est pas mal. Le crâne d’oeuf qui a rédigé son allocution a correctement travaillé pour une fois.

  • On ne s’en lasse pas !

    • Comme on ne se lassera pas non plus de se remémorer la c***erie de NKM qui avait déclaré voir, dans le tsunami ayant frappé l’Asie à la fin décembre 2004, la preuve du réchauffement climatique.
      Y avait-il un sous-entendu accusant le RCA ? Je ne sais…

  • heureusement que plusieurs études disent que ça produit moins de CO2:
    http://www.terraeco.net/Oui-le-nucleaire-emet-bien-du-CO2,16535.html
    le prix du mw/h sera de la modique somme de 105 euro contre 60 actuellement, http://www.actu-environnement.com/ae/news/epr-surcout-retrait-enel-doutes-rentabilite-17233.php4 de plus l’Autriche ne produit pas et n’achète pas d’énergie d’origine nucléaire et se porte très bien!

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Cet article montre que la stratégie énergétique 2050 annoncée par le Président de la République nouvellement élu relance insuffisamment le nucléaire (14 EPR, 35 à 40 % du mix électrique), et laisse la France en grande fragilité pour la sécurité et l’indépendance de son approvisionnement électrique en hiver, malgré un appel massif à l’éolien maritime ruineux.

Décarboner de façon compétitive et résiliente l’économie française à l’horizon 2050 nécessite de disposer à cette échéance d’une puissance installée nucléaire de l’ordre de 85 GW (... Poursuivre la lecture

Alors que la France et l’Allemagne avaient trouvé mi-janvier un consensus pour inscrire à la fois le gaz et le nucléaire comme énergies dites « de transition » dans la taxonomie verte européenne, Berlin vient de faire marche arrière. L’information est tombée ce mardi sur le média Contexte confirmée ensuite par Marianne : « l'énergie nucléaire n'est pas durable et ne doit donc pas faire partie de la taxonomie » a déclaré le porte-parole du ministère allemand de l'Économie et du Climat dirigé par le Vert Robert Habeck au sein de la coalition SP... Poursuivre la lecture

Bien sûr, il est question ici d’énergie et non d’armes nucléaires, domaine dans lequel je n’ai aucune expertise. Mais dans le domaine de l’énergie nucléaire, l’Union européenne (UE) paie certainement un lourd tribut à son désarmement nucléaire unilatéral.

Le traité Euratom a peu à peu été détruit

Dans quelques jours, les 1er et 2 juin, cela fera 67 ans que les fondateurs de l’UE ont lancé le concept du traité Euratom, qui était destiné à promouvoir — promouvoir ! — l’utilisation pacifique de l’énergie atomique ; l’idée sous-jacente éta... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles