Standard & Poors et Fitch menacent la note de la dette française

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Standard & Poors et Fitch menacent la note de la dette française

Publié le 23 novembre 2011
- A +

Après Moody’s, c’est Standard & Poor’s et Fitch qui annoncent que la notation de la dette française pourrait bientôt être dégradée.

Ainsi, David Beers, le directeur de la notation souveraine de S&P a déclaré dans un discours à Dublin :

Les dynamiques financières provoquées par la crise de confiance persistante ont, du point de vue de Standard & Poor’s, accru le risque d’une nouvelle récession dans un nombre croissant de pays membres de la zone euro, qui pourrait potentiellement faire peser une pression supplémentaire sur les notations souveraines de la région

Soit, en français : il sera difficile d’éviter une récession au vu de la perte de confiance des investisseurs en la zone euro et la réduction du volume des prêts. Quand la récession arrivera, les agences de notation n’auront d’autre choix que de dégrader la notation de nombreux pays.

David Beers a néanmoins dit espérer que les mesures nécessaires (selon lui) seront prises afin de rétablir la confiance en l’Eurozone : coordination plus étroite et monétisation de la dette par des rachats « aggressifs » par la Banque Centrale Européenne (BCE), i.e. faire tourner la planche à billets. Des mesures que Vincent Bénard qualifiait à l’inverse de « catastrophe » il y a quelques jours sur Contrepoints.

Fitch n’a pas été en reste en visant explicitement la France : l’agence, la moins importance des trois, a estimé que le triple A français serait fragilisé en cas d’aggravation de la crise et d’utilisation complète des fonds français du FESF (Fonds Européen de Stabilité Financière). En effet, dans ce scénario, la dette publique française atteindrait le haut de la fourchette d’endettement acceptée pour un triple 1, à près de 100% du PIB en 2014.

Moody’s avait déjà annoncé mi-octobre qu’elle réfléchissait à changer la perspective stable du triple A français, et ce dans un délai de trois mois. Dans le langage usuel des agences de notation, cet avertissement est suivi d’une perspective négative, puis d’une dégradation.

 

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)
  • la france n’est plus AAA mais ZZZ
    un conseil amha , du gold et du silber (physique uniquement)
    les monnaies fiduciaires couleront toute .
    F..k le PQ, vive le gold et le silber !

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

Par Jean-Jacques Handali.

Les arbres peuvent-ils grimper jusqu’au ciel ? Semaine après semaine, les bourses multiplient les records. À première vue, s’en inquiéter semble excessif, du moins pour l’instant. Atteindre des sommets n’a jamais empêché le marché de dépasser ses limites.

En règle générale, les actions ont même presque toujours enregistré des performances supérieures à la moyenne, une fois une barrière historique franchie.

Le Standard & Poors 500 (S&P), indice phare de Wall Street, a dépassé les 4000 poi... Poursuivre la lecture

Par Johan Rivalland.

« La France peut-elle encore tenir longtemps ? », interroge Agnès Verdier-Molinié. Suscitant des adversités qui atteignent leur point culminant, comme vous pouvez le constater dans cette séquence montrant une opposition de points de vue qui atteint son paroxysme entre un Jean-Marc Daniel et un Christian Chavagneux connus pour avoir des idées très divergentes mais que l’on a connus plus mesurés et courtois dans leurs échanges.

La dette : potion magique ou poison mortel ?

Le recours massif à la dette n’a, en ... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Victor Fouquet. Un article de l'Iref-Europe

L’indigence de la culture économique en France résumée en un sondage : d’après l’enquête Odoxa-Aviva pour Challenges et BFM Business, 34 % des personnes interrogées estiment qu’il ne faudrait pas rembourser la dette contractée par l’État pendant la pandémie de Covid-19 ; 39 % des Français estiment qu’il faudrait la rembourser pour « une bonne partie avec une contribution exceptionnelle des grandes fortunes » ; 73 % suggérant de faire et l’un et l’autre…

Peut-on ne pas rembourser une d... Poursuivre la lecture
Voir plus d'articles