Europe: dure sera la chute

L’hypothèse de réformes sérieuses étant illusoire, il ne reste que deux options, la faillite ou la monétisation

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
imgscan contrepoints346

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Europe: dure sera la chute

Publié le 22 novembre 2011
- A +

L’hypothèse de réformes sérieuses étant illusoire, il ne reste que deux options, la faillite ou la monétisation, après avoir vidé la démocratie de sa substance.

Par Stéphane Montabert

La crise de la dette publique monopolise l’actualité financière et politique du continent depuis des mois. Et je continue à penser que nous n’en sommes qu’au début. Aux balbutiements, même.

Actualités aidant, le message que j’ai toujours tenu en faveur d’un État économe et léger tombe désormais dans des oreilles beaucoup plus attentives. De même, les analyses pessimistes sur la dérive de la zone euro et la possible faillite de tel ou tel pays ne demandent plus guère d’efforts de persuasion. Sans l’avoir voulu, me voilà bombardé mainstream.

À un certain stade de la conversation, lorsque le diagnostic ne fait plus aucun doute, une question finit toujours par survenir: « Mais que va-t-il se passer, alors? »

Voici ma petite idée.

Préambule

Au détour d’une recherche sur Google, peut-être êtes-vous tombé sur un de ces montages photographiques montrant un mélange entre la Tour de Babel peinte par Bruegel au XVIe siècle et l’architecture résolument moderne du Parlement Européen de Strasbourg.

La ressemblance étonnante n’est pas due au hasard. L’image de la Tour de Babel a volontairement inspiré l’architecte. Le mythe fait partie intégrante de l’ambition européenne; et comme le résuma un jour un diplomate: « Ce qu’ils ont échoué à bâtir il y a trois mille ans, nous, avec l’Union Européenne, nous réussirons à le construire. »

Oui, les bâtisseurs de l’Union sont aussi humbles que ça.

L’utopie est au cœur du projet européen.

Utopie s’incarnant, entre autres, dans le projet de monnaie unique européenne.

Dans une tourmente comme celle que traverse la zone euro et l’Europe, le mode de pensée des protagonistes tient une place essentielle. Le décor de la crise de la dette publique étant planté, décrivons le futur probable comme les trois actes d’un drame.

Acte I: La Démocratie vidée de sa substance

« À périls exceptionnels, mesures exceptionnelles », dit-on. Une variante plus cynique, prononcée sous les applaudissements d’un public conquis, affirme plutôt « qu’il ne faut jamais gâcher une bonne crise » – et en profiter pour pousser son agenda politique. La chancelière allemande Angela Merkel nous fait une petite démonstration:

[Mme Merkel] a estimé lundi lors du congrès de son parti conservateur que l’Europe connaissait « peut-être » avec la crise de la dette « son heure la plus difficile depuis la Seconde guerre mondiale ». (…)

« Chaque génération a son défi politique », a jugé la chancelière, rappelant que la génération du chancelier d’après guerre Konrad Adenauer avait construit l’Europe et celle d’Helmut Kohl l’unité allemande et européenne.

Selon elle, la génération actuelle est confrontée à « une mise à l’épreuve historique » et il s’agit de « montrer que l’Europe peut parvenir à un tournant » avec cette crise financière, a-t-elle poursuivi dans un discours longuement consacré à l’Europe.

Devant un millier de délégués de la CDU réunis jusqu’à mardi, Angela Merkel, qui joue un rôle clé dans la gestion de la crise en zone euro, a insisté sur le fait que « l’heure est venue pour une percée vers une nouvelle Europe » car « si l’euro échoue, c’est l’Europe qui va échouer ».

Mettre sur le même plan l’effondrement financier de régimes sociaux-démocrates intenables avec la Guerre Froide, il fallait oser! À chaque époque les défis qu’elle mérite…

L’Europe n’est pas l’euro, et l’euro lui-même n’est que le bouc-émissaire de la crise de la dette publique. Quoi qu’il en soit, le message de la Chancelière est limpide. Au nom de l’utopie européenne, tout, absolument tout, doit être fait pour sauver l’euro.

Il est difficile de pointer le moment précis où la démocratie a définitivement perdu son sens dans l’Union Européenne. Était-ce après 2005, lorsque la France a fait fi du rejet de projet de constitution européenne par référendum et que celui-ci est revenu par la bande au travers du Traité de Lisbonne? Était-ce en 2008 lorsque les Irlandais ont rejeté ce même traité avant d’être contraints à revenir aux urnes pour dire Oui, sous le regard menaçant des élites du continent? Ou était-ce en 2011, lorsque la Slovaquie rejeta sa participation au Fonds Européen de Stabilité Financière pour l’accepter dans un nouveau vote quelques jours plus tard?

Écrasés par une idée européenne érigée en dogme, les citoyens d’Europe semblent s’être fait à leur rôle de figurants. Ils ne sont pas les seuls laissés sur le carreau. Peu d’objections ont été soulevées sur la légitimité du couple Sarokzy-Merkel prenant à l’issue de sommets fiévreux des « mesures d’urgence » engageant des milliards d’euros sans en référer à qui que ce soit.

Le moment où la Grèce, incarnée par Papandréou, a plié devant l’autorité européenne, et allemande ici, incarnée par Mekel.

Depuis, l’Union est passée à la vitesse supérieure. Elle nomme les gouvernements.

Ainsi, pour l’instant, deux chefs d’État parfaitement légitimes ont été débarqués de leurs fonctions en cours de mandat: Georges Papandréou en Grèce et Silvio Berlusconi en Italie. Le premier a eu l’audace de vouloir soumettre à un référendum populaire la mise sous tutelle de son pays. La décision a été dénoncée comme une « surprise inadmissible » alors qu’il l’évoquait déjà six mois plus tôt. Cet épisode aura une fois de plus illustré le mépris total de la classe politique européenne envers les citoyens, perçus comme de simples facteurs d’incertitude.

Le cas de Silvio Berlusconi est encore plus édifiant. Si ses frasques ont défrayé la chronique, personne n’a grand-chose à lui reprocher sur le plan économique. Hors intérêts de la dette – creusée par ses prédécesseurs – la péninsule italienne affiche la meilleure santé de tout le continent après l’Allemagne. Mais voilà, l’Italie était dans le collimateur, il fallait un sacrifice. Au revoir Silvio.

Dans les deux cas, les premiers ministres déchus ont laissé la place à des gouvernements de techniciens. Les mêmes brillants esprits qui ont mené la zone euro là où elle est, je suppose.

Ces exemples donnent une idée assez juste de la façon dont la démocratie s’étiole et disparaît. Des scrutins auront toujours lieu, naturellement, mais ils ne permettront plus de trancher entre différents modèles de société; la faute à la crise et à un foisonnement de coalitions d’union nationale écrasant les parlements nationaux de tout leur poids. Les élections ne déboucheront plus que sur des ajustements mineurs des forces au sein de ce marais inamovible.

Le sort des élections de personnes se règlera différemment. Les candidats à l’exécutif devront faire la démonstration de leur attachement – c’est-à-dire leur soumission – aux institutions de l’Union Européenne. Bruxelles ne rejettera jamais officiellement tel ou tel postulant; il suffira de laisser planer quelques sous-entendus sur les subventions communautaires en cas de choix inapproprié pour que les électeurs, parlementaires ou citoyens, comprennent et rentrent dans le rang.

Privés de tout droit d’initiative et de toute possibilité de référendum, convoqués uniquement pour des élections-alibi, les citoyens européens déserteront en masse les urnes sans que cela ne change quoi que ce soit. On se plaindra régulièrement de la faiblesse du taux de participation le jour du scrutin pour l’oublier le lendemain. Il est vrai que les pays de l’Union auront des défis apparemment plus urgents à relever que la mobilisation des électeurs.

Au sein de l’Union Européenne, la démocratie ne sera plus qu’un simulacre dénué de sens.

Acte II: Les Vannes sont ouvertes

La réalité comptable a balayé les déclarations prétentieuses. La Grèce, l’Irlande, Chypre et le Portugal sont tombés. L’Espagne et l’Italie chancellent. La France vacille.

Les dettes d’aujourd’hui sont le résultat de décennies de clientélisme politique. Les élites dirigeantes sont aussi coupables que les bénéficiaires de cette manne. Lorsque l’Europe en avait le temps, réduire les dépenses des États aurait été un suicide électoral; aujourd’hui, il est trop tard.

Bien sûr, les politiciens réagissent à l’urgence. Ils évoquent quelques réformes – surtout dans le sens de prélèvements supplémentaires – et parlent sans cesse de rigueur, mais leur manque de sincérité est flagrant. Nous n’assistons pas à une remise en question du rôle dévolu à l’État, de l’abandon du régime social-démocrate, d’un redécoupage sans concessions du périmètre de l’action publique. À la place, la classe politique concocte diverses tentatives de replâtrage. L’objectif des gouvernements européens semblent se limiter à des expédients permettant d’éteindre la panique financière pour revenir aux bonnes vieilles habitudes de vie à crédit.

À moins de renouveler entièrement la classe politique européenne, le contraire eut été étonnant. On attend des solutions créatives et courageuses de la part de gens qui ont, toute leur vie, cédé à la facilité avec l’argent des autres.

L’hypothèse de réformes sérieuses étant illusoire, il ne reste que deux options, la faillite ou la monétisation. La première est inacceptable, ce qui ne laisse finalement que l’autre.

Aujourd’hui, Mme Merkel et ses alliés du Bundestag concoctent une OPA sur l’Europe. Ils espèrent réformer les États en sursis en leur appliquant les bonnes recettes germaniques: rigueur comptable et règles budgétaires en acier trempé à tous les repas. Bruxelles (ou Berlin?) supervisera le tout en distribuant les bons et les mauvais points. L’idée est audacieuse mais ne saurait réussir. Si les politiciens européens se débattent avec l’énergie du désespoir pour contrecarrer la baisse de l’endettement que réclament les marchés, ce n’est pas pour céder à des Allemands demandant la même chose.

La position allemande n’est d’ailleurs pas si forte qu’il n’y paraît. Les finances publiques sont mieux gérées outre-Rhin mais la croissance du pays est fragile. Elle dépend des exportations, et les clients européens ne vont pas bien. Ajoutez à cela un endettement public à 83,2% du PIB, la dette publique la plus élevée d’Europe en valeur absolue et une population vieillissante, et vous comprendrez que certaines des critiques qui ne manqueront pas de fuser sur le « modèle allemand » pourraient viser juste.

La crise financière progresse tellement vite qu’elle ne laisse pas de place aux tergiversations. Lorsque le risque de faillite deviendra trop pressant, même les Allemands n’auront d’autre choix que de se rallier à la solution que préconisent déjà les autres, « une plus grande implication de la BCE dans la crise de la dette », c’est-à-dire sa monétisation.

La monétisation de la dette prend des formes différentes pour maintenir certaines apparences, mais son principe est extrêmement simple: la BCE, qui a seule le pouvoir de battre monnaie, créera des euros ex-nihilo pour financer les déficits des États européens dans le besoin. C’est du reste ce que la BCE fait déjà en rachetant des dettes étatiques sur le marché secondaire. Qu’elle le fasse en achetant directement la dette des États ou en finançant sans aucune limite un organisme financier pan-européen revient au même.

L’euro étant une monnaie fiduciaire, il n’y a aucune limite.


Comment solder la dette européenne en une seule liasse.

Acte III: L’Europe de Weimar et Au-Delà

Autour de moi, lorsque j’en arrive à expliquer l’hypothèse d’une monétisation de la dette, j’entends parfois des réflexions mi-désabusées mi-intéressées. « Pourquoi ne pas monétiser la dette, en effet? C’est astucieux! » « Ça donnerait au moins le temps aux pays en difficultés de se réformer » « Franchement, un peu d’inflation, on y survivra, une cessation de paiement serait bien pire! »

Je ne blâme pas mes interlocuteurs. La plus grande proportion des élites de l’Union tient exactement les mêmes discours. Du reste, quand la BCE annoncera finalement qu’elle crée des euros pour éponger la dette (elle ne l’annoncera peut-être pas d’une façon aussi limpide, mais les professionnels du secteurs sauront comprendre le message) les marchés financiers s’envoleront, les taux d’intérêt des pays autrefois menacés s’effondreront et les oiseaux chanteront. Peut-être même qu’avec tout ce soudain afflux d’optimisme la croissance repartira un moment…

Tout le monde se félicitera que l’Europe soit sauvée, et se gaussera de nos cousins teutons et de leur orthodoxie monétaire surannée.

La méfiance reste pourtant de mise, ne serait-ce qu’à cause de l’obstination allemande quasi-pathologique à refuser un tel scénario.

On pourrait se demander pourquoi.

On pourrait alors se rappeler de l’épisode de la République de Weimar et de l’hyperinflation qui démolit le régime. En août 1923, il fallait 4,2 marks pour acheter un dollar; trois mois plus tard, il fallait quatre mille deux cent milliards de marks pour acheter le même dollar. En chiffres, voilà ce que cela donne:

4 200 000 000 000 DM = 1 $

Pareil épisode marque un peuple. Près d’un siècle s’est écoulé depuis les faits, mais il lui fait encore dénoncer, par le biais de ses élus, les dangers de l’approche inflationniste.

L’Europe vivra-t-elle un épisode à la Weimar? Si nous passons par les deux premiers actes, c’est plus que probable. Et selon un analyste, cela pourrait être très rapide.

Mais imaginons que nous ayons quelques années devant nous. Puisque l’inflation permet de repousser les réformes structurelles des États surendettés de l’Union, soyez-en sûrs, ces réformes seront retardées, amoindries, et finalement dérisoires. Un politicien prêt à utiliser la planche à billets pour financer l’État dont il a la charge n’a certainement pas la carrure pour mener à bien les réformes ambitieuses qui permettraient de s’en passer.

L’inflation passera de « haute » à « anormalement élevée », puis deviendra un « défi » auquel il faudra « s’attaquer ». Je ne sais pas quand l’inflation annuelle en euro passera à deux chiffres, mais elle pèsera sur le mode de vie européen bien avant cela. Les épargnants seront ruinés, les retraités lessivés. La croissance souffrira – l’Europe importe toujours son pétrole et ses ordinateurs d’autres régions du monde, aux dernières nouvelles. Des bulles financières se formeront régulièrement çà et là, ruinant tel ou tel pan de la société.

Comme tout objet lâché dans le vide, la chute ira s’accélérant.

Certains s’inquièteront, beaucoup trop tard, que la monétisation des dettes publiques européennes n’a fait qu’empirer le problème sans rien résoudre.

Nous reviendrons à la case départ du train de vie insoutenable de la social-démocratie, avec l’hyperinflation en prime.

Qui sait, dans l’intervalle, peut-être certains de nos politiciens actuels auront pris leur retraite avec le sentiment du devoir accompli… Si la prochaine étape de la crise leur en laisse le temps.

Conclusion

Antonis Karakousis, un analyste grec dénigrant la classe politique de son pays et ses pourparlers pour former un gouvernement d’union nationale, trouva la phrase juste:

Ils réagissent tous comme s’ils n’avaient pas conscience du danger. La plupart regardent bêtement vers un avenir qui n’existe pour aucun d’entre eux.

Il ne parlait pas de l’Europe entière, mais il aurait pu.

Partout et toujours, les tours de Babel sont promises à l’effondrement.

La surprise viendra peut-être de la vitesse de celui-ci.

—-
Sur le web

Voir les commentaires (13)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (13)
  • « L’hypothèse de réformes sérieuses étant illusoire, il ne reste que deux options, la faillite ou la monétisation. La première est inacceptable, ce qui ne laisse finalement que l’autre. »

    Pourquoi la première option serait-elle inacceptable ?

    il n’y a pas de rente sans risque. or cela fait des années que les marchés se gavent de dette souveraine. il n’y a aucune raison qu’ils ne subissent pas des pertes.

    • Par inacceptable je crois qu’il faut comprendre « politiquement inacceptable ». Les élites de l’Europe ont à maintes reprises réaffirmé leur engagement en ce sens. Lié à leur attachement à l’euro, leur volonté d’éviter la faillite d’un pays membre est absolue. Ils préféreront sans doute jouer la carte de l’inflation que d’admettre leur échec.

      On devine déjà qu’une faillite ordonnée de certains pays aurait peut-être été préférable à la faillite synchronisée et généralisée que nous aurons à la place.

    • Parce-que nous vivons dans un système capitaliste, au sens propre du terme, et qui est donc « pro capital ».

      Un capital accumulé depuis des décennies par le mécanisme du prêt, donc de la dette, associé à la possibilité de conserver « ad vitam eternam » le pactole au sein des dynasties financières par le bais du mécanisme de la transmission patrimoniale, c’est-à-dire de l’héritage.

      Lorsque ce mécanisme d’accumulation atteint son paroxysme, les emprunteurs (les peuples) se trouvent exangues, ne pouvant plus ni rembourser ni d’emprunter et voient leurs économies s’arrêter, comme serra un jour par manque d’huile le moteur de la mobylette de ma jeunesse.

      Suit alors le cortège des crises sociales qui finissent souvent par prendre des tournures violentes (révolutions, coups d’états, guerres mondiales etc.). Celà permet de « réinitialiser » la machine, au prix du sang, pour pouvoir ensuite repartir sur un nouveau cycle de captation des richesses (et donc du pouvoir) par de nouvelles oligarchies voire par les mêmes repeintes d’une couleur différente.

      Il semble que nous arrivions à la fin d’un de ces cycles agglomérants. Tout ce qui arrive s’est produit, rien de nouveau sous le soleil.

      La qestion est donc : allons-nous parvenir à nous décoller les paupières et nous déboucher les oreilles, pour imaginer un autre mode d’organisation sociale, basé sur la coopération plutôt que sur la concurrence, la mutualisation des compétences, le juste partage de ce qui est nécessaire pour vivre ?

      Lorsque j’entends certains de nos oligarques de l’élite nous expliquer que les Lois du Marché sont intouchables, plus valides même que la loi de la gravitation universelle, et qu’il n’y a donc rien d’autre à faire que de continuer sur ce tempo, je me sens un poil inquiet.

      • « Parce-que nous vivons dans un système capitaliste, au sens propre du terme, et qui est donc « pro capital ». »

        –> Ah bon??? Alors pourquoi l’épargne est-elle autant punie de nos jour , que ce soit fiscalement ou par l’impression de monnaie des banques centrales??

        Un capital accumulé depuis des décennies par le mécanisme du prêt, donc de la dette, associé à la possibilité de conserver « ad vitam eternam » le pactole au sein des dynasties financières par le bais du mécanisme de la transmission patrimoniale, c’est-à-dire de l’héritage. Les emprunteurs (les peuples) se trouvent exangues, ne pouvant plus ni rembourser ni d’emprunter et voient

        –> Bien évidement le fautif ne saurait être les gouvernements qui ont complètement pillé le peuple en prenant continuellement des prêts sur sa tête! Non le coupable c’est forcément celui qui à prêté… Vous êtes dans le déni complet. Les Etats ne son pas le peuple.

        Il semble que nous arrivions à la fin d’un de ces cycles agglomérants. Tout ce qui arrive s’est produit, rien de nouveau sous le soleil.

        –> Non. Nous arrivons à la fin des systèmes basés sur l’endettement public et donc le pillage. Et c’est une très bonne chose.

        La qestion est donc : allons-nous parvenir à nous décoller les paupières et nous déboucher les oreilles, pour imaginer un autre mode d’organisation sociale, basé sur la coopération plutôt que sur la concurrence, la mutualisation des compétences, le juste partage de ce qui est nécessaire pour vivre ?

        –> C’est ce genre d’idéologie qui nous à mené dans la situation où nous sommes.

        Lorsque j’entends certains de nos oligarques de l’élite nous expliquer que les Lois du Marché sont intouchables, plus valides même que la loi de la gravitation universelle, et qu’il n’y a donc rien d’autre à faire que de continuer sur ce tempo, je me sens un poil inquiet.

        –> Le marché c’es la société et nos oligarques au contraire font tout pour l’évincer et garder leur monopoles et leur système soit disant sociaux. Mais l’illusion ne peu plus durer lorsque la société se trouve complètement asséchée. Ca fini par se voir et là nos Oligarques poussent des cries d’orfraies a l’encontre d’une soit disante dictature des marchés.

      • Je ne sais pas de quel oligarque vous parlez, probablement de ceux qui vous parlent en rêve d’une soit-disante société ultralibérale qui serait la cause de tous nos malheurs.

        • A phillipe

          « Parce-que nous vivons dans un système capitaliste, au sens propre du terme, et qui est donc « pro capital ». »
          –> Ah bon??? Alors pourquoi l’épargne est-elle autant punie de nos jour , que ce soit fiscalement ou par l’impression de monnaie des banques centrales??

          Très simple : l’épargne populaire est accessible aux dispositifs de taxation, pas le capital dont je parlais, ni d’ailleurs une bonne partie des bénéfices réalisés par ce même capital avec l’aide de notre épargne.

          Pour ce qui est des émissions de monnaie, il semble plus facile d’exiger des banques centrales qu’elles fabriquent des sous bidons, plutôt que d’éradiquer la spéculation, vidanger les paradis fiscaux et aller embêter mamie zinzin et ses copines avec de futiles histoires de redistribution.

          Tiens au fait, comment se fait-il que mamie zinzin puisse payer si peu d’impôts alors qu’elle constitue un noyau agglomérant de richesse majeur ? Elle a bossé si dur que ça ? Elle a découvert que l’eau ça mouille ? Ben non … Alors, mystère et boule de gomme ? Bon … je sais, certains mauvais esprits argueront bien que d’aucuns auraient bénéficies des largesses de notre vendeuse de shampoing nationale (ils le valaient bien … ), et que cette sorte de mécénat ait trouvé une réciprocité concrétisée par une certaine bienveillance fiscale. Et n’allons surtout pas imaginer que de telles pratiques, si tant est qu’elles puissent exister, aient tendu à se généraliser et qu’au final Goldman Sachs, Meryl Linch ou Areva finissent par créer leurs propres partis politiques… m’enfin !

          Un capital accumulé depuis des décennies par le mécanisme du prêt, donc de la dette, associé à la possibilité de conserver « ad vitam eternam » le pactole au sein des dynasties financières par le bais du mécanisme de la transmission patrimoniale, c’est-à-dire de l’héritage. Les emprunteurs (les peuples) se trouvent exangues, ne pouvant plus ni rembourser ni d’emprunter et voient
          –> Bien évidement le fautif ne saurait être les gouvernements qui ont complètement pillé le peuple en prenant continuellement des prêts sur sa tête! Non le coupable c’est forcément celui qui à prêté… Vous êtes dans le déni complet. Les Etats ne son pas le peuple.

          Je n’ai jamais dis que les gouvernements étais composés de saints et de saintes. Ce que je dis, c’est que le mécanisme qui participe à la captation sans fin des richesses d’un côté ne peut aboutir qu’à l’accumulation de la pauvreté et de la colère de l’autre. Je dis aussi que le principe de la croissance infinie homme modèle de développement, qui aurait pour effet d’augmenter la masse de richesse globale sans jamais en changer la réparation, est un miroir aux alouettes. Nous vivons dans un monde fini, aux ressources finies.

          Il semble que nous arrivions à la fin d’un de ces cycles agglomérants. Tout ce qui arrive s’est produit, rien de nouveau sous le soleil.
          –> Non. Nous arrivons à la fin des systèmes basés sur l’endettement public et donc le pillage. Et c’est une très bonne chose.

          Malheureusement c’est inexact. Nous arrivons à la fin d’un nième cycle. Relisons l’histoire de la révolution française pour ne citer que cet exemple.

          La qestion est donc : allons-nous parvenir à nous décoller les paupières et nous déboucher les oreilles, pour imaginer un autre mode d’organisation sociale, basé sur la coopération plutôt que sur la concurrence, la mutualisation des compétences, le juste partage de ce qui est nécessaire pour vivre ?
          –> C’est ce genre d’idéologie qui nous à mené dans la situation où nous sommes.

          Hum … quelle idéologie ? celle du bon sens ? celle qui veut que nous (l’espèce humaine) cessions de nous appliquer une version dégénérée du darwinisme : le fort mange le faible, c’est normal c’est la loi de la nature, tout est ok.

          Le processus de financiarisation de l’économie n’a rien de naturel, n’est pas tombé du ciel, ne résulte d’aucun processus d’évolution. C’est un mécanisme entièrement pensé par des « économistes » et scrupuleusement mis en place par des hommes et femmes, adéquatement sponsorisés, et parfois élus par des peuples qu’on prend soin alors de préalablement lobotomiser, à grand coups de télévision lénifiante, de pensée unique, de culte de l’individualisme, de smartphones à propulsion nucléaire qu’on balance à la poubelle tous les 6 mois (et temps pis si ça ruine les ressources en terres rares de nos enfants, au moins leur restera-t-il les sms illimités).

          Lorsque j’entends certains de nos oligarques de l’élite nous expliquer que les Lois du Marché sont intouchables, plus valides même que la loi de la gravitation universelle, et qu’il n’y a donc rien d’autre à faire que de continuer sur ce tempo, je me sens un poil inquiet.
          –> Le marché c’es la société et nos oligarques au contraire font tout pour l’évincer et garder leur monopoles et leur système soit disant sociaux. Mais l’illusion ne peu plus durer lorsque la société se trouve complètement asséchée. Ca fini par se voir et là nos Oligarques poussent des cries d’orfraies a l’encontre d’une soit disante dictature des marchés.

          Non, je ne suis pas d’accord. Le marché financier, ce sont les structures constituées (banques, fonds d’investissements etc.) qui fabriquent de la richesse virtuelle par la spéculation et le commerce de la dette. Je ne suis pas économiste, mais il me semble que la monnaie a été inventée pour faciliter les échanges commerciaux de produits ou services concrets. Le plus beau dérapage eu lieu le jour où l’on décida de la « dé-addosser » de toute contre-partie réelle. Comment peut-on admettre qu’une grande banque de dépôt ne détienne en fonds propres réels que quelques pourcents de ce qu’elle déclare comme ses actifs, et que le reste ne soit constitué que de dettes ?

          Je crois comprendre que lorsque vous citez « nos Oligarques », vous pensez aux politiques, de mon côté j’avais plutôt en tête certains intervenants que l’on peut régulièrement entendre sur les plateaux des émissions de variétés économique, à la tv ou à la radio.

          Quand à la société, c’est vous, c’est moi, ce sont nos parents et nos enfants. C’est le système organisé qui est censé nous permettre de vivre ensemble dans des conditions décentes pour tous. Rien à voir avec le marché financier.

          Enfin, l’anecdote de la gravitation universelle est vraie. Je l’ai vraiment entendu de mes oreilles, à la radio, un soir en rentrant du boulot il doit y avoir deux ans. C’était un ministre qui parlait, mon seul regret est de ne pas me souvenir de son nom. Je vais essayer de chercher pour le retrouver.

          • Nous sommes d’accord, la société, c’est nous, c’est moi etc…et cela à tout avoir avec le marché, et absolument rien avec l’Etat et ses rejetons constructivistes.

            La crise que nous vivons n’est pas celle d’un soit-disant marché financier ultra-libéralisé, mais celle d’un systéme monopolistique centralisé qu’est la banque centrale, dixit le monopole d’émission de la monnaie, il est curieux que personne (à lexception des libéraux) ne se posent la question de leur existence, ni de leur légétimité, pour beaucoup elles sont aussi nécessaire que l’air que l’on respire. On ne pourrait concevoir le monde sans elle, alors que par leur existence même elles sont à l’origine des cirses que nous vivons périodiquement depuis 2 siécles.

          • Eric
            « Pour ce qui est des émissions de monnaie, il semble plus facile d’exiger des banques centrales qu’elles fabriquent des sous bidons, plutôt que d’éradiquer la spéculation, vidanger les paradis fiscaux et aller embêter mamie zinzin et ses copines avec de futiles histoires de redistribution. »

            1) C’est justement en fabriquant des « sous bidons » que les BC provoquent des distorsions du marché. En arrosant le marché d’argent pas cher, les banques centrales invitent les gens à spéculer car les taux diminuent. Une bulle se forme.

            2) « plutôt que d’éradiquer la spéculation ». Le spéculateur, le bouc émissaire idéal… ils ont une fonction primordiale, en apportant des liquidités et en partageant les risques et profits. S’il était si facile de faire de l’argent, je t’invite à spéculer sur les marchés financiers! Par ailleurs, nous sommes tous des spéculateurs, car nous cherchons à anticiper l’avenir pour en tirer profit.

            3) »Vidanger les paradis fiscaux ». Oh, un autre bouc-émissaire! Il y a une bonne raison pour qu’on les appelle  » paradis fiscaux », c’est parce que chez nous, c’est un enfer fiscal! Les lourdes dépenses de l’Etat (plus de 50% du PIB) ne se traduisent même pas par une augmentation du revenu. Pourquoi l’Etat utilise l’argent que ses citoyens ont librement gagné alors que ces derniers en font meilleur usage? Certains Etat l’ont compris, et en font même leur fonds de commerce. Le libre échange, la libre concurrence, ça marche aussi pour les Etats.

            Bien-sûr, tu es libre d’avoir ton opinion propre et de l’exprimer, mais je tiens à te dire que ta façon de penser la (re)distribution des richesses n’est en rien libérale , mais plutôt marxiste, basée sur la lutte des classes où les riches gagnent de l’argent en prêtant aux pauvres. Si tu comprends l’anglais, je te conseille de lire l’article que Ludvig v.Mises a écrit en 1955 sur la distribution des richesses.

            Le problème vient d’en bas, le problème vient du gouvernement.

  • *dans la précipition j’ai fait une pléthore de faute d’accords

    J’ajoute qu’à l’origine les banques centrales n’avaient pas pour rôle de réguler quoi que ce soit, mais ce fut simplement l’octroi d’un monopole d’émission de billets conféré par un etat à une banque privée en échange de prêts avantageux pour financer des guerres.

  • Pourquoi ne pas avoir pris l’hypothèse d’un retour au monnaie nationale. Les uns pourraient rester les cigales qu’ils sont, et les autres, allemands en tête pourraient monter une autre façon de gérer leurs finances. Ils ne sont pas parfaits (encore qu’il leur a fallu avaler un pays ruiné), mais ils resteront un exemple.

    • Non, ce n’est pas parce qu’on est habitant d’un pays qu’on doit subir la monnaie de ce pays. Par exemple, les grecs qui travaillent dur (Eros, mon ami, si tu me lis… courage) n’ont aucune raison d’être solidaires les errements des grecs qui n’en branlent pas une. La monnaie ne doit pas être gérée au niveau d’un pays. Banque libre, monnaies privées et concurrence monétaire !

  • pas de pb pour les fautes (j’en fais pas mal aussi).

    « tout à voir avec le marché »

    Lequel ? Si c’est le marché qui permet de vendre et d’acheter des biens réels fabriqués dans des conditions acceptables je suis d’accord. Si c’est le marché qui permet à une grande banque d’aider un producteur de feta bien connu à intégrer la zone euro en lui permettant de trafiquer ses comptes, pour ensuite se payer « la gauffre » et spéculer à la baisse sur ce même fromager, j’avoue avoir du mal à adhérer au concept.

    Banques centrales et monarchies guerrières : Ce que vous écrivez est parfaitement exact. Par quoi proposez vous de remplacer les banques centrales ?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Domino’s Pizza a fermé ses succursales en Italie. L’entreprise américaine s’était installée dans ce pays en 2015 a été obligée de fermer ses portes. La cause : une forte concurrence des pizzerias locales qui ont su s’adapter lors des confinements et de la réouverture de l’économie italienne.

Une situation qui montre l’importance de l’adaptation et surtout de répondre aux besoins spécifiques locaux. Cela démontre également que la grande taille d’une entreprise n’assure pas son succès face à des concurrents plus modestes.

 Poursuivre la lecture

Par Finn Andreen.

La première partie de l'article se trouve ici La seconde partie de l'article se trouve ici

Si les tendances oligarchiques du système démocratique étaient déjà bien comprises au début du XXe siècle par les machiavéliens, leurs conclusions n’ont malheureusement pas été retenues, même par la plupart des politologues. Cela n’est pas étonnant puisque la majorité n’a jamais pris connaissance des travaux de ces penseurs. Leurs noms sont très rarement cités, que ce soit dans l’enseignement secondaire ou à l’université.... Poursuivre la lecture

Par Finn Andreen.

La première partie de l'article se trouve ici

L’analyse historique et sociologique des penseurs machiavéliens montre que le système démocratique moderne n’est en fait démocratique que de nom. Comme explique Burnham, aucune organisation politique de quelque importance que ce soit ne peut être dirigée par la majorité de ses membres ; sa désintégration chaotique s’ensuivrait rapidement.

De même, aucune société ne peut être dirigée de manière ordonnée par le peuple car le règne de la foule s’ensuivrait, ou c... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles