Pauvreté : elle a fait un bébé toute seule

La pauvreté des familles monoparentales est un fait de société, souvent négligé dans les analyses statistiques

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
A 18216

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Pauvreté : elle a fait un bébé toute seule

Publié le 9 novembre 2011
- A +

La pauvreté des familles monoparentales est un fait de société, souvent négligé dans les analyses statistiques.

Par Georges Kaplan

En 1970, 8,6 millions de français – soit 17,9% de la population – vivaient sous le seuil de pauvreté [1] c’est-à-dire avec un niveau de vie mensuel inférieur à l’équivalent de 465 euros actuels. En 2009, ils étaient 8,2 millions à vivre avec moins de 954 euros par mois et ne représentaient plus que 13,5% de la population. C’est-à-dire qu’en 39 ans, le taux de pauvreté a reculé de 4,4% tandis que le seuil de niveau de vie à partir duquel un français est considéré comme pauvre a plus que doublé. Qu’on cesse une bonne fois pour toute de nous rebattre les oreilles avec l’âge d’or de la France industrielle des seventies. En 1970, il y avait des bidonvilles à la sortie de Paris et, malgré toutes les imbécilités politiques que nous avons enchaîné depuis, nous vivons infiniment mieux aujourd’hui qu’alors. Mieux encore, il est très probable – et je le tiens même pour certain – que les statistiques ci-dessus sous-estiment les progrès que nous avons réalisé en matière de réduction de la pauvreté.

Il peut être utile de rappeler que la notion de niveau de vie, telle que calculée par l’Insee, est très dépendante de la structure de la famille considérée. Évidemment, le niveau de vie d’un célibataire qui gagne 2 000 euros par mois n’a rien à voir avec celui de son voisin qui, avec les mêmes revenus, doit nourrir son épouse et trois jeunes enfants. C’est pour cette raison que, pour calculer le niveau de vie des membres d’un foyer, l’Insee divise les revenus de la famille par le nombre d’« unités de consommation » [2]. Dans notre exemple, le célibataire qui compte pour une unité de consommation a un niveau de vie mensuel de 2 000 euros tandis que le couple et ses trois enfants (soient 2,4 UC) doivent se contenter d’un niveau de vie 833,8 euros. Le seuil de 954 euros correspond donc au seuil de pauvreté pour une personne seule. Pour une mère qui élève seule un enfant de moins de 14 ans le seuil de pauvreté retenu par l’Insee est fixé à 1 240 euros par mois et pour un couple avec deux enfants de 14 ans ou plus, c’est en deçà de 2 385 euros qu’ils sont considérés comme pauvres.

Cette petite note méthodologique étant posée, il est peut être aussi utile de rappeler que la structure des familles françaises a considérablement évolué depuis les années 1970 et notamment, les français divorcent plus. Au cours des dernières décennies, les familles monoparentales (majoritairement dirigée par des mères célibataires) et les pères divorcés qui vivent seuls (du moins officiellement) sont devenus un véritable phénomène de société. On peut y voir à bon droit une conséquence de mai 1968 ; peu importe : le fait est que le phénomène est là. Or, il se trouve qu’en matière de statistiques de pauvreté, les divorces et l’émergence de ces nouvelles structures familiale ne sont pas neutres du tout.

Démonstration.

Paul et Sophie sont mariés et ont deux jeunes enfants. Comme Paul et Sophie gagnent tous les deux le Smic et perçoivent 121 euros d’allocations familiales, leurs revenus mensuels s’élèvent à 2 267 euros. Selon le barème de l’Insee, cette famille compte 2,1 unités de consommation (1 pour le premier adulte, 0.5 pour son conjoint et 0,3 pour chaque enfant) ce qui porte le niveau de vie de la petite famille à 1 080 euros par mois ; rien d’ostentatoire mais c’est 13% de plus que le seuil de pauvreté. Mais Paul et Sophie ne s’entendent plus et décident de divorcer ; Sophie récupère la garde de ses enfants et Paul doit lui verser une pension alimentaire de 248 euros par mois. Ainsi Sophie et Paul forment deux nouveaux foyers qui gagnent respectivement 1 442 euros (un Smic, les allocations familiales et la pension payée par Paul) pour 1,6 unité de consommation et 825 euros pour une unité de consommation. Résumé : avant le divorce, il y avait un ménage qui vivait au dessus du seuil de pauvreté ; après le divorce, il y a deux familles et quatre personnes qui vivent sous le seuil de pauvreté.

La pauvreté des familles monoparentales est un fait de société absolument incontournable. Aux difficultés professionnelles que rencontre naturellement une jeune mère de famille [3] qui doit aussi élever seule ses enfants, se rajoutent des pertes d’économies d’échelles parfois substantielles – notamment en matière de logement. Deux ordres de grandeur : une famille monoparentale sur trois vit sous le seuil de pauvreté et une personne pauvre sur cinq est issue d’une famille monoparentale. Quelle que soit l’ampleur réelle du phénomène, l’exemple proposé plus haut démontre que dans les statistiques que nous commentons, le phénomène ne peut pas ne pas avoir d’incidences.

La vie de couple, en tant que telle, constitue une source d’amélioration ou de maintien de nos niveaux de vie ; une famille c’est aussi une association économique. Le mot « économie » nous vient du grec ancien et signifie « administration du foyer ». Pendant des millénaires, outre le poids des traditions et des religions, la contrainte économique a obligé des générations de femmes à supporter leur vie durant des conjoints qu’elles n’aimaient plus (ou qu’elles n’avaient jamais aimé). Une des raisons qui peut expliquer la fragilité des couples modernes est probablement à chercher de ce coté : il est devenu économiquement possible – pour une femme – de divorcer et d’élever seule ses enfants. Reste qu’en prenant ce phénomène en compte, il est probable que le taux de pauvreté « à structure familiale constante » ait régressé nettement plus que de 4,4%.

—-
Sur le web

Notes :

[note][1] J’utilise ici le seuil fixé à 60% du niveau de vie médian ; avec un seuil à 50%, la proportion de nos compatriotes qui vivaient sous le seuil de pauvreté est passée de 12% en 1970 à 7,5% en 2009.

[2] Le premier adulte du ménage compte pour 1 UC, les autres personnes âgées de plus de 14 ans comptent pour 0,5 UC et les enfants de moins de 14 ans comptent pour 0,3 UC.

[3] 85% des familles monoparentales sont dirigées par des femmes.[/note]

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • A cet intéressant article sur la perception du niveau de vie qui augmente en fait mais avec des poches de pauvreté, il faut nuancer concernant les familles monoparentales :

    D’une part, les non-imposables :
    Les fausses familles monoparentales camouflant des polygamies de fait (cf affaire Lies Hebbadj) qui se rendent non-imposables et qui voient augmenter les prestations familiales, non seulement en aides sociales, mais aussi en exonérations (cantines, centres de vacances, soins, EDF préférentielle…)

    D’autre part les contribuables :
    Le rabotage de la niche fiscale des mères seules mais imposables qui bénéficiaient d’½ part supplémentaire à vie. On ne la supprime pas, cette 1/2 part pour ne pas donner de grain à moudre au PS. Mais on la plafonne tous les ans un peu plus jusqu’à la rendre insignifiante.
    Aucune exonération ni réduction nulle part pour la « bénéficiaire » et ses enfants.

    Ce rabotage est une lumineuse idée qu’a eue, dans son désoeuvrement, le Médiateur de la République Jean-Paul Delevoye censé défendre le contribuable en cas de litige avec l’Etat. Delevoye réclamait d’ailleurs carrément la suppression de la ½ part.
    Après la Médiation somptueusement hébergée et qui n’a pas fait d’étincelles, le nouveau fromage de Delevoye est la présidence du Conseil Economique et Social.

  • Article intéressant, mais vous auriez du chiffrer le phénomène.

    – 75% des enfants (=personnes de moins de 18 ans) vivent en France avec leurs deux parents.
    – 9% des enfants vivent dans une famille recomposée.
    – 16% des enfants vivent avec un seul de leurs parents :

    => Le phénomène des familles monoparentales est réel, il augmente, mais il est marginal.
    => La monoparentalité n’est pas vouée à être éternelle. Des couples se refont.
    => Rappeler que sur 100 parents isolés, un quart sont des veufs (veuves), ou des mariés vivant séparément (instances de divorce, mais aussi couples « délocalisés », mutations en cours, etc…

    • 16% de familles monoparentales (et ce chiffre augmente comme vous le soulignez) en France c’est énorme car une famille monoparentale sur trois vit sous le seuil de pauvreté. Le taux de pauvreté nationale est de 13%, donc 40% des « pauvres » sont dans des familles monoparentales.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Christopher Paige. Un article du Mises Institute

Un cliché typique dans les milieux socialistes est que les pauvres et les opprimés refusent de voter pour leurs intérêts économiques. Voir, par exemple, l'ouvrage de Thomas Frank What's the Matter with Kansas ? How Conservatives Won the Heart of America.

Cette théorie est utilisée pour justifier divers stratagèmes antidémocratiques visant à "protéger" les personnes vulnérables contre elles-mêmes. Si, après tout, les pauvres ne votent pas dans leurs intérêts, alors pour... Poursuivre la lecture

Depuis plusieurs jours, les médias et les réseaux sociaux crachent leur haine sur le milliardaire Elon Musk après son rachat de Twitter. N’aurait-il pas pu régler tous les problèmes du monde avec ces 44 milliards d’euros ?

À la base de ce déferlement, la haine de la liberté, l’ignorance de l’économie.

 

Merci au capitaliste !

Soyons clairs : Musk fait davantage pour le pouvoir d'achat de l'individu lambda que tous les syndicalistes et hommes politiques du monde, et davantage pour l'écologie en aidant à fournir des mo... Poursuivre la lecture

Le vrai État de la France
3
Sauvegarder cet article

L'usage de la Ve République veut que le nouveau gouvernement, au sortir de l'élection présidentielle, commande un audit à la Cour des Comptes sur l'état du pays quand il arrive au pouvoir[...] Ne serait-il pas plus judicieux pour nos compatriotes d'avoir accès à cet audit avant les élections ? De connaître l'état du pays avant d'aller voter ?

Le vrai État de la France est cet audit qui n'est pas commandé avant les élections à la Cour des comptes, mais qu'elle ne désavouerait certainement pas, parce qu'elle pourrait avaliser les chiffre... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles