L’Allemagne refuserait de mettre ses réserves d’or comme garantie du FESF

Angela Merkel refuse que le fonds de sauvetage de la zone euro ait les réserves d’or de l’Etat allemand comme garantie

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Lingot d'or (Crédits Bullion Vault, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’Allemagne refuserait de mettre ses réserves d’or comme garantie du FESF

Publié le 7 novembre 2011
- A +

L’Allemagne aurait rejeté les demandes de la France, du Royaume-Uni et des Etats-Unis de mettre les réserves d’or de l’Etat allemand en garantie pour le Fonds européen de stabilité financière (FESF).

Par Alex Korbel depuis Bruxelles, Belgique.

L’Allemagne aurait rejeté les demandes de la France, du Royaume-Uni et des Etats-Unis de mettre les réserves d’or de l’Etat allemand en garantie pour le Fonds européen de stabilité financière (FESF).

« Les réserves d’or allemandes doivent rester hors de tout ceci », a dit Philip Roessler, le ministre de l’Economie allemand  lors d’un passage sur la radio ARD le lundi 7 novembre au matin.

Des journaux allemands avaient rapporté un jour avant que Paris, Londres et Washington avaient poussé la chancelière allemande Angela Merkel lors du sommet du G20 à Cannes à augmenter indirectement la contribution de l’Allemagne au fonds de sauvetage de la zone euro en y mettant comme garantie les réserves d’or de l’Etat d’outre-Rhin.

Mais la question est susceptible d’être à nouveau abordée. Les ministres des Finances de la zone euro en réunion à Bruxelles le lundi 7 novembre tentent de trouver des moyens alternatifs pour faire passer le FESF de son niveau actuel de 440 milliards à 1 000 milliards d’euros.

Achat d’or sur Goldbroker en partenariat avec Contrepoints.

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Allons-nous vers une Europe fédérale resserrée autour de l’Allemagne ? Dans un article pour le Frankfurter Allgemeine Zeitung, le chancelier social-démocrate allemand Olaf Scholz vient de décrire sa vision de l’Europe. Il y défend une approche centralisatrice de l’Union européenne et appelle à la fin des veto nationaux afin d’assurer un plus grand poids sur la scène internationale. Mais les politiques écologiques et de défense allemandes passées et présentes montrent que la méfiance doit être de mise.

 

Fin des veto nationaux ... Poursuivre la lecture

Un article de Conflits

To be, or not to be, that is the question : en quelques mots, Shakespeare a fait dire à son prince Hamlet la question existentielle d’être, quitte à souffrir, ou de ne plus être en se rebellant et en risquant la mort. Les Allemands vivent ces jours-ci ce refrain universel du doute : vivre avec le gaz russe ou mourir économiquement sans le gaz russe, telle est la question.

 

Les centrales électriques ne peuvent pas grand-chose

Un vent de panique semble désormais souffler sur l’Allemagne. Alors q... Poursuivre la lecture

La semaine dernière, l’Allemagne a annoncé la relance de ses centrales à charbon suite aux risques de rupture d’approvisionnement en gaz par la Russie. Présentée comme temporaire, cette solution paraît pourtant irrémédiable depuis la décision de fermeture progressive du parc nucléaire allemand par les sociaux-démocrates il y a près de 20 ans - et accélérée par Angela Merkel suite à l’accident de Fukushima en 2011.

Aujourd’hui, l’Allemagne pâtit donc d’une décision idéologique animée par un principe de précaution sans la moindre base ra... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles