Les polonais ont voté pour les libéraux

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Donald Tusk (Crédits Kancelaria Premiera, licence creative Commons).jpg

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les polonais ont voté pour les libéraux

Publié le 21 octobre 2011
- A +

Le Premier ministre polonais Donald Tusk a remporté les élections législatives. Le gouvernement libéral a été remercié pour sa gestion de l’économie.

Article publié en collaboration avec l’aleps

Donald TuskLes socialistes français peuvent toujours prétendre avoir le vent en poupe. Mais un vent contraire semble souffler en Europe. La Pologne reconduit les libéraux en place, les socialistes espagnols seront battus la semaine prochaine, et en Angleterre les conservateurs de David Cameron après avoir balayé les travaillistes se demandent s’ils vont faire longtemps route commune avec les Libdem, libéraux démocrates – en fait sociaux démocrates.

En Pologne, c’est la Plateforme civique du premier ministre en exercice, Donald Tusk, qui a remporté le succès dimanche dernier. Les pronostics étaient une lutte serrée entre ce parti libéral et le parti chrétien-démocrate du Président de la République Jaroslaw Kaczynski Droit et Justice. En fait, avec 41 % des voix, contre 30 % aux chrétiens démocrates, les libéraux ont raflé la majorité absolue au Sénat et pratiquement aussi, avec l’appui de leurs alliés du Parti Paysan, à la Diète (Assemblée Nationale).

Les électeurs ont sans doute remercié Donald Tusk et son gouvernement pour les résultats économiques obtenus puisque la Pologne est un des pays qui s’est très bien sorti de la crise, avec un taux de croissance actuel de 4 %, le seul ralentissement s’étant situé en 2009 avec un taux de 1,6 %. Il n’y a pas en Pologne d’inquiétude ni pour la dette publique ni pour le système bancaire. L’épargne est abondante, et les entreprises ont réalisé des profits records. On ne se soucie guère de l’Euro, puisque la Pologne est restée fidèle au zloty, dont la valeur est stable. Il est vrai que les libéraux polonais sont dans les traces de leur grand réformateur, Leszek Balcerowicz, notre hôte à Aix cet été : privatisations massives, réduction des dépenses publiques, et fiscalité inspirée de la flat tax.

La Pologne n’en éprouve pas moins deux craintes : la Russie de Poutine, et l’Europe de Bruxelles. Le voisin russe inquiète, il menace tous les pays baltes et fait du chantage au gaz naturel. Gasprom est devenue la nouvelle Armée Rouge. Mais les Polonais ont désormais une parade : leur sous-sol contient des quantités considérables de gaz de schistes et, à la différence des Français, ils le mettent en exploitation et auront bientôt leur indépendance énergétique. Quant à l’Europe, si le Président Kaczynski préside l’Union jusqu’en janvier prochain et se montre très hostile à la Commission, Donald Tusk est très europhile, sachant que les aides à la Pologne ont puissamment soutenu la reconstruction du pays. Mais les libéraux polonais, comme les autres, se méfient de l’axe Paris Berlin et de la bureaucratie bruxelloise.

—-
Un article du site de l’aleps, Libres.org, reproduit avec l’aimable autorisation de Jacques Garello.

Voir les commentaires (5)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (5)
  • Euh…
    « Quant à l’Europe, si le Président Kaczinski préside l’Union jusqu’en janvier prochain »
    L.Kaczinski n’est plus président de la Pologne depuis qu’il est mort l’an dernier.
    Le président Polonais est B. Komorowski, de la P.O., donc sur la même ligne europhile que son premier ministre Tusk.

    😉

    • En l’occurrence, vu le gouffre politique entre Kaszinski et les conservateurs de Droit & Justice, et Komorwski et les libéraux de la Plateforme Civique, c’est plus que sur une ou deux lettres, que je chipote. 🙂

      Cette erreur laisse sous-entendre que la Pologne serait en période de cohabitation, et que la présidence Européenne serait assumée par un europhobe notoire. Si Komorowski a quelques difficultés avec la commission, il n’en reste pas moins favorable à l’UE, à l’intégration de la Pologne dans la Zone Euro, et au remplacement de l’axe Paris-Berlin par un renouveau du triangle de Weimar avec un axe Paris-Berlin-Varsovie.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les dépenses publiques n’ont cessé d’augmenter depuis un siècle. Elles sont financées de deux façons : les prélèvements obligatoires (impôts et cotisations sociales) et les emprunts publics. Comment ont évolué ces trois masses financières colossales depuis le début du XXe siècle ? La réponse est bien connue : ça monte, ça monte. Mais comme les arbres ne montent jamais jusqu’au ciel, il faudra bien mettre fin un jour à cette évolution suicidaire. 90 % du PIB de dépenses publiques, c’est le totalitarisme. Nous étions à 62 % en 2020. Jusqu’où no... Poursuivre la lecture

Les regards sont braqués cette semaine sur la Pologne et en particulier sur son président Andrzej Duda. Ce dernier subit des appels le pressant d'opposer son veto à la promulgation d'une nouvelle loi qui interdirait à des entités non européennes d'être propriétaires d'entreprises de médias du pays.

Un projet de loi sur les médias étrangers qui divise

Le projet de loi a suscité des réactions de l'Union européenne, des États-Unis ainsi que de nombreux Polonais, dont certains ont manifesté contre ledit projet de loi le week-end dernier.Poursuivre la lecture

Formidable développement ce dimanche 19 décembre en politique américaine : le Build Back Better (BBB), 5 trilliards de folles distributions d’argent public aux clientèles démocrates, vaisseau amiral législatif de la présidence Biden, vient d’être officiellement et définitivement coulé par le sénateur démocrate Joe Manchin, qui refuse de cautionner cette orgie de dépenses publiques, la plupart sans motif, dans un contexte désormais inflationniste. Inflation, gestion covid, déroute afghane, absence de résultats, la présidence de Biden menace de... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles