Lettre aux indignés

Quand on aspire à changer le monde, l’ignorance est inacceptable!

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Lettre aux indignés

Publié le 21 octobre 2011
- A +

Quand on aspire à changer le monde, l’ignorance est inacceptable!

Par Nathalie Elgrably-Lévy, depuis Montréal, Québec

Chaque jour, nous en apprenons davantage sur le mouvement « Occupons Wall Street » auquel vous participez. Nous savons qu’il s’agit d’un mouvement bien organisé et généreusement financé par divers groupes à vocation « sociale ». Nous voyons également que parmi votre groupe, plusieurs organisateurs tiennent un discours d’inspiration socialiste ou communiste.

En revanche, il est clair qu’une bonne partie d’entre vous sont simplement, et à juste titre, des citoyens excédés par le népotisme, le clientélisme et le copinage éhonté entre le pouvoir et le monde des affaires. Vous êtes jeunes et inquiets pour votre avenir. Vous voulez une vie meilleure. On vous dit que le capitalisme est la cause de vos problèmes et que seule une révolution à saveur collectiviste améliorera votre sort.

Comme le système d’éducation contemporain ne vous a enseigné ni l’histoire ni les fondements du communisme, vous devenez la cible des vendeurs de rêves qui vous présentent une vision romantique et idéalisée, mais carrément mensongère de cette philosophie. Toutefois, quand on aspire à changer le monde, l’ignorance est inacceptable! Voici donc quelques vérités que les apôtres du communisme ne vous révéleront jamais.

Le communisme repose sur la négation de la propriété privée et sur la centralisation aux mains de l’État des moyens de production, du crédit, des moyens de transport, des infrastructures, des logements, etc. Cette formule peut sembler séduisante. Mais le rêve a toujours rapidement tourné au cauchemar, car un tel système n’a jamais pu exister sans coercition et violence souvent extrême.

À cet égard, l’aventure communiste correspond à l’une des périodes les plus sanglantes et les plus meurtrières de l’histoire. Pour asseoir leur pouvoir, tous les régimes communistes ont eu recours à la terreur et au totalitarisme, à l’omniprésence d’une police politique, à l’espionnage des citoyens, à la répression, à la torture, à la déportation systématique des récalcitrants et à l’extermination de masse au nom de l’idéologie.

L’ex-URSS a inventé les camps du Goulag, des camps de travaux forcés où ont été envoyés de 10 à 18 millions de dissidents réels ou présumés. En Chine, le régime maoïste, qui voulait rééduquer l’ensemble de la population, a tué entre 45 et 72 millions de personnes. Au Cambodge, de 17 à 30 % de la population sont morts dans les camps de rééducation des Khmers rouges. Au total, le communisme a tué 100 millions de personnes, essentiellement des innocents dont le seul crime était de désapprouver le régime. À ce sombre bilan, il faut ajouter les famines causées par l’agriculture planifiée et les pénuries permanentes de denrées essentielles.

Indignés de Wall Street, vous êtes en droit de protester et de réclamer des changements. Mais de grâce, renseignez-vous sur la folie meurtrière et les ravages du communisme. Les ouvrages sur le sujet sont abondants et constituent votre meilleure protection contre le charlatanisme idéologique. Autrement, vous risquez d’être entraînés malgré vous sur la pente glissante du totalitarisme, et un jour il sera trop tard pour reculer.

—-
Sur le web.

Voir les commentaires (11)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (11)
  • Les indignés espagnols vont tout casser !
    –>

  • « au non de l’idéologie. » => « au nom de l’idéologie »

  • « Le communisme repose sur la négation de la propriété privée et sur la centralisation aux mains de l’État des moyens de production, du crédit, des moyens de transport, des infrastructures, des logements, etc.  »

    Faux, le communisme est une société sans État.

    • Pas pour l’anarcho-communisme. Je pense qu’il y a une confusion entre socialisme traditionnel et communisme…

      • Le truc que je ne comprends pas avec les anarcho-communisme c’est comment ils comptent faire pour « abolir » la propriété sans un très fort autoritarisme, la propriété étant avec la liberté le droit naturel le plus fondamental et auquel l’Homme (et même certaines espèces animales!) est naturellement attaché. Imposer l’abolition de la propriété à autrui, cela s’appelle l’esclavage, et ce ne peut être fait que par la force.

        En revanche, en tant que libéral, je n’ai évidemment rien contre l’anarchie-communisme librement (et individuellement) consenti.

    • c’est le communisme : tout est permis sous la seule condition d’être du coté du manche avec ses potes.

  • Le people rappliquent pour soutenir les Indignés et se faire un coup de pub. L’inévitable Michael Moore en tête.

  • Et ils sont tenaces, les bougres : « Un Polonais, condamné il y a un demi-siècle à un an de prison ferme pour avoir publiquement accusé le dirigeant soviétique Nikita Khrouchtchev d’être responsable de la pénurie de viande en Pologne, a été blanchi mercredi par la Cour suprême de ce pays. »
    http://fr-ca.actualites.yahoo.com/pologne-blanchi-50-ans-apr%C3%A8s-avoir-accus%C3%A9-khrouchtchev-084621852.html

  • Quand on est prof d’éco depuis vingt et un an…être aussi ignorante est inacceptable!

    Le communisme, c’est la prise de pouvoir par la classe ouvrière, par les travailleurs…autrement dit cela inclut la démocratie!

    Marx: « le régime politique du parti communiste est une
    REPUBLIQUE »!

    La Commune de Paris de 1871, comme le Venezuela d’Hugo Chavez, peuvent être considérés comme des exemples de pré-communismes.

    Mais l’URSS, la Chine ou la Corée ne sont que des exemples de putschs effectués par des petites minorités! Et les désastres économiques qu’ils ont connus sont le fruit de politiques anticommunistes:
    -URSS: une production toute entière tournée vers l’armement tandis que le peuple mourrait de faim.
    -Chine: le remboursement d’une DETTE (cela ne vous rappelle rien???) due à l’URSS a amené Mao à piller les champs des paysans pour envoyer les grains à Staline puis à Khrouchtchev.
    -Corée du Nord: un homme en âge de travailler sur cinq…EST UN SOLDAT! 25% des dépenses d’Etat sont orientées vers le militaire…

    Ces réformes anticommunistes expliquent la faillite économique de ces systèmes!

    Alors, Mme Elgrably-Levy, ou bien votre culture se résume à du néant, ou bien vous le faites exprès. Mais quand on est issu d’une bonne famille bourgeoise et qu’on a fait des études bien au chaud dans une prestigieuse université, c’est plus facile de répéter les médiamensonges devenus la norme que de chercher à dire la vérité…

    • Le communisme un régime démocratique… vous avez déjà ouvert un livre d’histoire?

      Vous énoncez les faits mais vous ne les comprenez pas, c’est un peu navrant. Le communisme est une gigantesque concentration des pouvoirs qui finit inévitablement, comme vous l’énumérez si bien par être détourné au profit d’une petite minorité.

      Même les stakhanovistes les plus convaincus reviennent sur leurs positions lorsqu’ils meurent de faim. Les individus se retournent rapidement vers le marché noir et c’est c’est le capitalisme. Le marché c’est plus fort que toi (TM H16).

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Johan Rivalland.

La liberté est le sujet fondamental au centre des préoccupations de Contrepoints, à travers articles, analyses, réflexions, discussions. Au-delà de l’actualité, de l’Histoire, des perspectives d’avenir, qu’en est-il de ce sujet dans la littérature, en particulier lorsqu’on pense à son opposé le plus extrême : le totalitarisme ?

J’ai déjà eu l’occasion, ici-même, de commenter quelques grands romans d’Ayn Rand, qui trouveraient toute leur place dans cette série. Je vais donc prolonger avec d’autres réalisation... Poursuivre la lecture

2
Sauvegarder cet article

Depuis la parution de mon analyse prospective de la trajectoire politique wallonne « Du fédéralisme au communisme », on ne cesse de m’interroger : s’agit-il d’un pronostic ? L’arrivée du communisme en Wallonie est-elle pensable ? N’y a-t-il pas là une sorte d’exagération, de la licence pamphlétaire, comme on parle de licence littéraire ?

Ces questions, bien légitimes, me font sourire. La gauche wallonne occupe l’intégralité du spectre politique parlementaire — à l’exception d’un parti, le MR, qui représente 20 % des électeurs. ... Poursuivre la lecture

Par Jean-Philippe Delsol. Un article de l'Iref-Europe

La NUPES a réussi à fédérer la gauche autour de ses idées les plus extrêmes. Il est très peu vraisemblable qu’elle gagne une majorité car elle a peu de réserves de voix. Il n’empêche qu’il est urgent de lui faire barrage. L’idéal serait que Renaissance (Macron) ne puisse pas gouverner seul et que Les Républicains soient suffisamment nombreux et crédibles pour négocier un programme de gouvernement avec un nouveau Premier ministre plus libéral et moins technocratique que la socialiste... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles