Montebourg est-il déjà installé à l’Elysée?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Montebourg est-il déjà installé à l’Elysée?

Publié le 20 octobre 2011
- A +

Depuis la campagne menée par Arnaud Montebourg durant les primaires socialistes, le protectionnisme s’est installé dans la campagne présidentielle.

Par Alain Madelin

Étonnante interview d’Henri Guaino, conseiller spécial de Nicolas Sarkozy au « Grand Jury RTL-LCI-Le Figaro » dimanche.

En deux mots, pour Henri Guaino, Montebourg fait une analyse lucide de la mondialisation et pose les bonnes questions sur la démondialisation (« il pose les problèmes que tout le monde se pose ») ; Nicolas Sarkozy apporte les bonnes réponses. Plus encore, comme le note le Figaro du 17 octobre, « Plus généralement, le conseiller estime que les solutions proposées par les candidats à la primaire sont « soit déjà celles que la France défend, que les gaullistes Philippe Séguin, ont toujours défendues », soit masquent « une absence totale de solutions ».

Les dirigeants européens sont-ils hostiles au protectionnisme, qu’importe. Pour Henri Guaino, ce qui compte, c’est être au côté du sentiment populaire.

J’ai déjà souligné (voir La mondialisation, vous dis-je !) que le refus de la mondialisation libérale et la condamnation des excès de la finance internationale sont des discours convenus, à gauche comme à droite. J’ai montré comment la quasi-totalité de votre classe politique s’inscrivait à contre-courant du mouvement profond et fécond : l’échange d’informations, de techniques, de capitaux, de compétences à l’échelle de la planète. Dans sa lettre à Martine Aubry et à François Hollande, Arnaud Montebourg n’hésitait pas à fanfaronner : « sans mon programme, j’en suis convaincu, aucune victoire de la gauche face à Nicolas Sarkozy, au printemps prochain n’est envisageable ». Et à prédire que « Pire, c’est Nicolas Sarkozy, lui-même qui, si nous n’avons pas le courage de l’assumer, le proposerait alors aux français, dans une ultime contorsion politique ».

Le dernier éditorial du Figaro Magazine ne dit-il pas :

Protectionnisme européen, le grand mot est lâché ! Hérésie économique ? Populisme crasse ? Qui a dit : « L’Europe ne doit pas être le cheval de Troie d’une mondialisation réduite à la circulation des capitaux et des marchandises, mais doit au contraire protéger ses peuples dans la mondialisation? » Qui a dit : « Je réhabiliterai la préférence communautaire, c’est-à-dire le droit pour l’Europe, lorsque c’est son intérêt, notamment à l’OMC, de préférer et donc de protéger ses produits et ses marchés ? » Ce n’est pas Arnaud Montebourg. Ni Marine Le Pen. Ni François Bayrou. N’en déplaise aux apôtres intéressés du libre-échangisme pur et parfait, c’est Nicolas Sarkozy. C’était dans le projet présidentiel qui l’a mené à la victoire en 2007. Sur ce point là, il n’a rien perdu – bien au contraire – de son urgente nécessité.

Au-delà des 3M de l’ultra protectionnisme (Mélenchon – Montebourg et Marine Le Pen), le protectionnisme s’installe dans la campagne présidentielle.

En fait, droite et gauche sont piégées. Négliger les peurs qu’exploitent les 3M, c’est leur laisser le terrain libre. Y répondre par des politiques dirigistes, c’est prendre le risque de l’impuissance publique et frayer le chemin de la surenchère.

Puissent les grands candidats à la Présidentielle – Nicolas Sarkozy, François Hollande et François Bayrou – ne pas céder aux sirènes protectionnistes.

—-
Sur le web

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • Le gouvernement actuel est depuis longtemps acquis au protectionnisme, cf. la circulaire de Claude Guéant qui demande l’expulsion des jeunes étrangers dès la fin de leurs études dans les écoles et universités françaises, ce afin de préserver les français de la concurrence.

  • Ah oui heureusement grâce à cette direction nous nous sentons tellement protégé!
    Il faudrait peut-être proposer à des français de souche de partir à l’étranger ça réduirait encore plus la concurrence sur le marché de l’emploi.
    Je propose un accord avec les industries qui délocalisent pour faire l’inverse et aller concurrencer les travailleurs chinois chez eux, n’est ce pas une bonne idée?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

Indépendamment des idées qu’ils défendent et des conditions évidentes d’âge et de droits civiques, les candidats à l’élection présidentielle française sont soumis à trois strates de réglementations pour mener à bien leur candidature : obtenir 500 parrainages auprès d’environ 42 000 élus (maires essentiellement) pour pouvoir se présenter, puis respecter les règles de financement de leur campagne et enfin obtenir un score final qui leur permettra d’accéder à un remboursement public plus ou moins important des frais engagés.

Interrogé jeu... Poursuivre la lecture

Imaginez un candidat d’extrême gauche expliquer qu’il a très envie d’emm… les 700 000 millionnaires hexagonaux. Admettons que l’exemple est mal choisi tant celui-ci risquerait d'être élu lorsqu’on se souvient de l’effet d’un « mon véritable adversaire, c’est le monde de la finance » sur l’opinion française.

Prenons un exemple plus parlant : imaginez une France alternative dans laquelle un candidat d’extrême droite déclarerait qu’il a très envie de faire la même chose aux 6 millions de musulmans de ce pays. Quel tollé profondément légit... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Olivier Maurice.

Y a-t-il encore une gauche en France ? On peut se poser la question : les derniers sondages indiquent que la somme des intentions de vote en faveur de candidats de gauche déclarés est à peine créditée d’un quart au premier tour de la prochaine élection présidentielle.

Alors bien sûr, un sondage à plusieurs mois de l’échéance électorale ne présume en rien de la réalité des opinions ou des décisions de votes qui seront finalement prises, mais le symbole est d’importance.

Où est passée la gauche triompha... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles