Les chrétiens aussi ont des droits

Aujourd’hui la liberté religieuse est menacée de deux côtés, qui semblent maintenant converger : l’étatisme et l’intégrisme

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Illustration : © libre.org

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les chrétiens aussi ont des droits

Publié le 19 octobre 2011
- A +

Aujourd’hui la liberté religieuse est menacée de deux côtés, qui semblent maintenant converger : l’étatisme et l’intégrisme.

Par Jacques Garello, administrateur de l’IREF et président de l’aleps
Article publié en collaboration avec l’aleps

Je ne crois pas tout à fait inutile de le rappeler.

Les Coptes égyptiens, après que l’une de leurs églises ait été incendiée par les Frères Musulmans, ont été lâchement assassinés par la police « nationale ». A-t-on fait quelque bruit autour de ce double crime ? Était-il plus important de consacrer trois grandes soirées aux primaires socialistes ? L’indifférence ou la lâcheté, ou les deux, nous guettent.

Après les promesses ambiguës des printemps arabes, voici se profiler l’intégrisme islamique qui prend pour cibles privilégiées juifs et chrétiens. Loin de moi la pensée de monter les chrétiens contre les autres, et de prêcher de nouvelles croisades. Mais je n’ai aucune raison d’admettre que les droits des chrétiens aujourd’hui, comme ceux des juifs, comme ceux des Musulmans en Syrie, puissent être impunément violés, parce que leur religion n’est pas tolérée.

Pourtant, vous le savez : historiquement la liberté religieuse a permis à toutes les autres libertés d’émerger. Elle s’est ancrée dans une certaine vision de l’Homme, portant en lui-même son droit, attribut de la dignité qui le caractérise. La liberté religieuse est un droit individuel, parce que la religion est un choix personnel. Nier la liberté religieuse, c’est nier l’être humain.

Hélas, ce principe n’est pas admis de tout le monde. Aujourd’hui la liberté religieuse est menacée de deux côtés, qui semblent maintenant converger : l’étatisme et l’intégrisme.

Illustration : © libre.org

Après les guerres de religion, la liberté religieuse avait été progressivement établie par toutes les Déclarations et Constitutions. Mais le XXe siècle a vu naître ou renaître l’État totalitaire, la religion doit se soumettre ou se démettre. Catholiques, protestants, juifs ont subi le martyre sous Lénine, Staline et Hitler, et plus tard sous Mao. Ensuite est venu l’État- providence, tout devenant affaire d’État, il est difficile de vivre sa religion sans rencontrer l’administration chemin faisant. L’État a la haute main sur l’école, la culture, il réglemente les lieux de culte, il finance ou il bloque, il contrôle, il arbitre. Il veut même organiser les religions, pour leur plus grand bien évidemment. Prenons garde à cette déviance : on mêle pouvoir politique et pouvoir religieux, alors que depuis la révolution grégorienne la religion s’était affranchie des souverains. Par contraste la fausse laïcité s’installe : la seule religion reconnue sera bientôt chez nous celle de la République, celle de l’État, que sais-je encore ? Mais qu’est-ce qu’une religion sans Dieu ? Est-ce le culte de l’Être Suprême ?

Là-dessus se greffe, mais ce n’est pas nouveau, l’intégrisme religieux. Il est des gens aveuglés par la foi et perdant toute raison, mais n’y a-t-il pas aussi des religions intolérantes qui n’admettent ni contestation, ni même tiédeur ? Dans son discours de Ratisbonne, si fortement critiqué, Benoît XVI a mis en avant la nécessaire alliance de la foi et de la raison. La foi aveugle produit la haine et le fanatisme. La raison pure pousse à l’orgueil et au mépris. On a vu dans ces propos une attaque contre l’islam radical. En fait, le chef de l’Église catholique voulait signifier que le dialogue entre religions n’est possible que si l’on admet une double référence et à la foi, et à la raison. Reprenant l’initiative de Jean Paul II, Benoît XVI réunit à Assise les représentants de très nombreuses et diverses religions. Ce n’est pas pour cultiver le relativisme, qui lui paraît la pire des choses, c’est pour voir si on ne peut pas chasser le fanatisme religieux en remontant à la source des religions.

Cette patiente approche théologique du choix religieux contraste avec la violente intolérance porteuse de haine et d’extermination. Puisque j’ai évoqué l’État, les hommes qui le gouvernent devraient s’en occuper sérieusement. Leur mission est de garantir et défendre les droits individuels. Le font-ils ? Ils ont les moyens de cette mission, puisque dans une démocratie moderne eux seuls disposent de la violence légale. S’en servent-ils ? Éliminent-ils la violence privée ? L’État ne peut laisser pour compte les chrétiens. Ils ont le droit d’être protégés non seulement contre les agressions physiques, mais aussi contre les blasphèmes qui les blessent.

Les chrétiens, de leur côté, savent que tout droit implique un devoir. Ils ont le devoir de respecter les autres et leurs choix religieux, mais aussi d’être exemplaires dans leurs vies personnelles pour témoigner de leur foi dans une religion qui prône la compréhension et la paix entre tous les hommes. Peut-être la déchristianisation de l’Europe nous livre-t-elle aujourd’hui aux assauts de tous les fanatismes. Nous aurions avantage à affirmer, en parole et en actes, notre fierté d’adhérer à la religion de la liberté et de la dignité.

—-
Sur le web.

(*) L’alepsprésidée par le Professeur Jacques Garello, est l’Association pour la Liberté Économique et le progrès social, fondée il y a quarante ans, sous l’autorité de Jacques Rueff, dans la tradition intellectuelle française de Jean Baptiste Say et Frédéric Bastiat.

Voir les commentaires (7)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (7)
  • « L’État ne peut laisser pour compte les Chrétiens. Ils ont le droit d’être protégés non seulement contre les agressions physiques, mais aussi contre les blasphèmes qui les blessent. »

    L’État doit protéger les Chrétiens contre les… blasphèmes??? WTF???!!!
    De la même façon pour ceux qui ont fait les caricatures des Mahomet, zou, prison. Si je demain je dis Dieu est un con et je conchie sur Jésus, hop en taule!

    Alors là je suis vraiment déçu, je m’attendais pas à une telle con***rie dans un texte de Jacques Garello…

    • On a tous parfois une Etatite aigüe avec convulsion de vocabulaire, même chez les plus respectables d’entre nous.

      Espérons seulement que cela ne soit qu’une erreur de frappe ou que la maladie s’estompe rapidement.

      ps: à moins que par blasphème, M. Garello voulait parler d’églises qui crament.

  • Oui mais… Quand vous dîtes :
    « La liberté religieuse est un droit individuel, parce que la religion est un choix personnel. Nier la liberté religieuse, c’est nier l’être humain. Hélas, ce principe n’est pas admis de tout le monde. Aujourd’hui la liberté religieuse est menacée de deux côtés, qui semblent maintenant converger : l’étatisme et l’intégrisme.»

    C’est une vue « occidentale » de la situation… Les deux premières phrases sont l’idée que se font les occidentaux des religions… Dans le coran, par exemple il est hors de question de choisir quoique ce soit… Vous risquez même la mort en cas d’apostasie… 😉

    Pour ma part je ne crois pas que ce soit la déchristianisation qui nous livre aux fanatismes c’est plutôt la lâcheté et la stupidité. Peut-être aussi l’avidité de nos élus…

    Je trouve que c’est plutôt courageux ce genre de billet sur la religion, il est plus que temps que les libéraux se préoccupent du problème…

  • Il y a des contradictions dans votre billet.
    Vous qualifiez l’ETAT de nouveau dieu, dont il faut se méfier de la religion à laquelle il nous demande d’adhérer.
    Ensuite, vous appellez l’ETAT à défendre les libertés individuelles, en citant comme exemple, la persécution que les chrétiens d’EGYPTE subissent de la part des musulmans, en faisant appel à l’intervention de l’ETAT.
    Mais si l’ETAT doit intervenir, ce n’est pas pour protéger un culte, ou une communauté en particulier, mais pour garantir l’ordre public et combattre les agissements arbitraires commis contre les citoyens ( encore que, la société civile organisée, pourrait arriver au même objectif).
    Ce n’est pas le recul du christianisme ou la montée de l’islam qui m’inquiètent, mais surtout, la non considération du principe de laïcité, garant de l’indépendance des religions vis à vis de l’ETAT.

  • Ici comme ailleurs, je suis obligé de constater cette relative indifférence au sort des chrétiens dans le monde musulman (et j’y inclus le Kossovo). Pour moi, des « choses » (je manque de qualificatifs corrects) données en France comme « Piss Christ, Le nouveau visage du Christ et Golgotha Picnic » qui ne sont que des ramassis d’insultes atroces, sont parfaitement supportées ici comme ailleurs, sans que personne ne réfléchisse à ce qui se passerait si le nom de Jésus était remplacé par Mahomet… personne ne veut essayer, juste pour voir ?

  • merci pour ce remarquable article qui vise juste.

    je suis tout fait d’accord avec la citation « L’État ne peut laisser pour compte les Chrétiens. Ils ont le droit d’être protégés non seulement contre les agressions physiques, mais aussi contre les blasphèmes qui les blessent » care dans le contexte de l’article vous parliez évidemment de la plus élémentaires protection que l’état, dans ses missions régaliennes, doit assurer à chacun et donc au chrétien contre la violence d’autrui. J’ajouterai que cela me semble fondamental et les exemples d’abus policier prouvent qu’on en est loin.

    Merci aussi de rappeler que la liberté religieuse est absolument fondamentale

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
Main tenant une bougie éteinte.
9
Sauvegarder cet article

Les politiciens sont rarement les crayons les plus affûtés de la trousse mais tous comprennent toujours très vite qu’il ne faut jamais gâcher une bonne crise : si celle-ci permet d’accroître son pouvoir, tout sera donc fait pour ! Il en va dès lors de la faillite de FTX comme du reste et déjà les opportunistes se bousculent pour proposer de nouvelles bordées de régulations à la suite de cette débâcle.

Difficile de ne pas noter non plus l’engouement subitement renouvelé de certains États pour les cryptomonnaies de banques centrales : la... Poursuivre la lecture

Par Jon Miltimore.

 

Frankenstein est l'une de ces histoires dont on entend parler durant l'enfance sans pouvoir se rappeler dans quelles circonstances. Quoi qu'il en soit, c'est mon cas.

Nous savons que le monstre est grand et vert, qu'il a une tête carrée et des cicatrices. Nous savons qu'il était mort et a été ramené à la vie par un médecin fou. Nous pressentons qu'il n'est pas exactement mauvais mais incompris. Du moins, c'est ce dont je me souviens.

Voyez-vous, je n'ai lu pour la première fois le roman ef... Poursuivre la lecture

Le précédent billet fut l’occasion de montrer que l’écologisme extrême que les politiciens s’obstinent à mettre en place en France va conduire à son suicide. Cependant, il serait naïf de croire que les effets très indésirables de ce suicide n’ont pas été pris en compte par la caste dirigeante.

Normalement, pour obtenir le pouvoir il vaut mieux promettre une goutte de miel plutôt qu’une pinte de fiel. Une fois ce pouvoir obtenu, il est toujours possible de distribuer la pinte de fiel en tentant de la faire passer pour du miel mais l’... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles