La zone euro est hors de contrôle

La crise des dettes publiques de la zone euro est la conséquence d’un aléa moral aux raisons politiques. Trois scénarios de sortie de crise sont à explorer

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La zone euro est hors de contrôle

Publié le 19 octobre 2011
- A +

La crise des dettes publiques de la zone euro est la conséquence d’un aléa moral aux raisons politiques. Trois scénarios de sortie de crise sont à explorer.

Par Alex Korbel
Texte d’opinion publié le 13 octobre 2011 sur 24hGold

Depuis le 10 mai 2010, les neuf tentatives successives de résoudre les problèmes des États membres de la zone euro ont toutes échoué. La crise des dettes publiques européennes, partie de Grèce, d’Irlande et du Portugal, s’est propagée à l’Italie et à l’Espagne.

Les règlementations monétaire et financière de la zone euro expliquent la dangerosité de la situation actuelle. La politique de création monétaire au sein de la zone euro permet artificiellement aux États trop endettés de se financer. La Banque centrale européenne (BCE), via les banques centrales nationales, rachète les obligations d’État aux banques privées en échange de leur refinancement, sans faire de différence significative entre obligations d’États endettés et trop endettés.

Cette politique a comme objectif d’attirer le financement nécessaire à l’achat d’une grande quantité de dettes souveraines à court terme. Leurs obligations trouvant artificiellement preneurs, les États trop endettés ont donc fait le choix de continuer à créer de la dette, attirant le scepticisme justifié des investisseurs internationaux au fur et à mesure que s’assombrissait la perspective de croissance des économies concernées.

Le système financier de la zone euro repose ainsi sur un aléa moral qui est la conséquence du refus politique de voir un État membre de la zone faire défaut sur sa dette publique et de règles fixées par la BCE favorisant à la fois les États les plus endettés et les obligations d’État à court terme.

Maintenant que les gouvernants européens réclament des investisseurs privés qu’ils renoncent à une partie de ce qui leur est dû, ceux-ci exigent des taux d’intérêt plus élevés en échange de la détention de ces dettes souveraines. Mais cette hausse des taux accélère la course des États trop endettés vers le défaut de paiement.

Le fonctionnement actuel du système de paiements de la zone euro a pour objectif le renflouement opaque d’États trop endettés afin de ne pas faire éclater la zone elle-même. Mais puisque le nombre d’États à risque augmente, ce système de sauvetage n’est plus en mesure de faire face au volume d’achat potentiels requis.

Étant donné la situation actuelle, il semble qu’il y ait peu de chance pour que les décideurs européens puissent éviter d’aller dans la direction d’une réduction de l’aléa moral présenté ci-dessus, auquel cas il serait préférable qu’ils se préparent à faire face à un nombre substantiel de défauts de paiement étatiques et à une large restructuration des dettes bancaires.

On peut envisager trois scénarios pour les prochains mois :

— Les décideurs européens restent dans les limbes actuels, incapables de choisir l’une ou l’autre option politique. Des faillites bancaires et étatiques désordonnées s’en suivront par vagues successives, rendant majoritaires les États en situation désespérée, ce qui aura pour conséquence d’amener la BCE à choisir une politique inflationniste. En annonçant qu’elle achèterait un nombre illimité d’obligations étatiques, la BCE démontrerait qu’elle est prête à assumer un rôle de mécanisme de renflouement budgétaire pour les pays européens. Cette politique permettra d’éviter ou de limiter les faillites étatiques mais elle conduira à une forte baisse de la valeur de l’euro et une inflation plus élevée, accroissant les dissensions entre capitales européennes et le mécontentement électoral.

— Les décideurs européens choisissent de mettre fin à l’aléa moral de la zone euro. Cela se fera d’une manière plutôt désordonnée mais la restructuration des dettes souveraines et bancaires des pays à haut risque et la recapitalisation des banques des pays à risque moins élevé peuvent atténuer les perturbations de ce scénario à l’allemande.

— Les décideurs européens redeviennent crédibles et accouchent d’un plan évitant inflation et défaut de paiement. Ce plan reposerait sur des mesures de réduction des déficits publics (réduction des dépenses publiques) bien plus importants et rapides que ce qui existe en ce moment dans la périphérie de la zone euro.

Dans le contexte actuel de perte de crédibilité des hommes d’États européens, d’inaptitude politique à réduire les dépenses publiques et de croissance économique moribonde, ce troisième scénario a peu de chance de se réaliser.

De plus, parce que les contribuables ont des intérêts moins concentrés que certains groupes de pression, les hommes d’États européens préfèrent augmenter le niveau d’imposition plutôt que baisser les dépenses publiques. Or une hausse de la fiscalité accroit l’évitement fiscal et empire la situation en ne relançant pas l’économie : on n’a jamais vu un pays devenir plus riche par une hausse d’impôt.

Ce troisième scénario reposant sur la baisse des dépenses publiques est pourtant le seul permettant de résoudre la crise actuelle de manière durable puisqu’il permet la réforme des finances publiques et l’amélioration de la compétitivité des pays de la zone euro.

 

Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)
  • Un petit historique. Ils ont commencé par viser le troisième scénario, mais cela a échoué lamentablement. La France est un bon exemple où la réalité de la baisse des dépenses publics n’a rien à voir ni avec le besoin ni avec les faits. Ils ont alors choisi le deuxième scénario. Nous en sommes au nième rafistolage de celui-ci. le troisième scénario se prépare donc. Une transition tranquille se prépare vers ce scénario en créant des structures officielles qui pourront plus trad le mettre en oeuvre. L’inflation nous guette donc … Comme les américains feront aussitôt pareil voir pire en faisant pression sur nous pour arrêter, le dollar risque de rester à la même parité. Par contre, le pétrole et les matières premières vont littéralement exploser. Le franc-suisse aussi au passage …

  • « Le franc-suisse aussi au passage …»

    La BNS ayant affirmer vouloir empêcher par tous les moyens de laisser le chf prendre de la valeur, cela va s’avérer un beau match de boxe entre politiques économiques!

  • et peut-être la ruine de la BNS….

  • Il y a un paradoxe angoissant, dans tout cette affaire de dette souveraine : si la situation financière des états est catastrophique, force est de constater que le citoyen moyen… s’en fout complètement ! Celui qui a son boulot gagne sa vie, paie sa maison et sa bagnole, paie ses impôts, râle un bon coût parce qu’on les augmente, puis se débouche une bière et s’installe devant sa TV… Or, et c’est là le paradoxe, c’est lui, et lui seul, qui décidera de l’orientation politique future de son pays. Ce ne sont pas les lobbies, ni les groupes de pression, ni la CE : c’est le citoyen bouffeur de chips et buveur de bière qui décidera. Lui, ce qu’il veut, c’est son chômage, sa pension et ses remboursements de soins de santé. Peu importe d’où vient le blé, et c’est certainement une bonne idée de taxer les riches à mort, juste vengeance sur les peoples qu’ils ne sont pas et ne seront jamais…

    Dans ce contexte, en effet le scénario n° 3 a peu de chance de se réaliser. Il n’y a que des libéraux comme nous et des économistes qui comprennent et approuvent, mais ils représentent 0,00001 % des votants… La difficulté des libéraux n’est pas tant de définir la politique nécessaire à une relance. Non, leur difficulté première est de faire passer leur discours auprès des citoyens. Et là, ce n’est pas gagné… En France les scores électoraux des libéraux sont des cacahuettes, et en Belgique francophone, le seul parti dit libéral a dû virer à gauche pour faire un score honorable…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Je reprends ce que je disais il y a quelques articles à propos de l’inflation qu’on voit repartir gaillardement à la hausse aujourd’hui : s’il ne s’agissait que d’un contretemps purement conjoncturel, résultant uniquement des goulots d’étranglement qui se sont formés dans la chaîne de l’offre consécutivement au redémarrage brutal des activités après la pandémie de covid et maintenant du fait de la guerre russe en Ukraine et des confinements en Chine, les banques centrales n’auraient nullement besoin de s’en préoccuper.

Or elles s’en pr... Poursuivre la lecture

10 plaies
1
Sauvegarder cet article

 

Étatisme

C’est certainement la plaie la plus nocive qui a touché notre pays à l’arrivée au pouvoir des socialistes en 1981, même si le mal était latent avant cette date. Souvenons-nous du célèbre « Mais arrêtez donc d’emmerder les Français » de Georges Pompidou en réponse à un certain Jacques Chirac.

Déjà à cette époque le ver était dans le fruit, la machine à loi et décrets commençait à faire des ravages, mais au lieu de la stopper elle s’est emballée pour arriver à 400 000 normes et décrets actuellement, là où nos amis ... Poursuivre la lecture

retraites
3
Sauvegarder cet article

Dans le concert des pays développés et dits libres, la France tient une place à part : voilà qui devrait satisfaire les souverainistes de tous bords. La place est celle des élèves au bonnet d’âne dans un coin de la classe.

Car il est dramatique d’observer que l’âge de la retraite a été au cœur des projets des partis en présence, et se situe déjà au cœur des débats sur la cohabitation et la réforme des retraites que le Président a promis de « boucler à l’été 2023 ».

Je ne veux pas m’étendre sur le sujet, puisque je n’ai cessé d’é... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles