Les adieux de Jean-Claude Trichet

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les adieux de Jean-Claude Trichet

Publié le 13 octobre 2011
- A +

Avant de quitter la BCE, il marque sa sollicitude pour les dettes souveraines.

Article publié en collaboration avec l’aleps

Nous n’avons pas été toujours très tendres avec Jean Claude Trichet. Nous lui avons en particulier reproché d’avoir laissé la masse monétaire émise par la BCE se gonfler dangereusement.

Mais en revanche nous n’avons jamais accepté les reproches qui lui ont été adressés en ce qui concerne « l’euro-fort », sachant d’une part qu’il avait mission de veiller à la stabilité de la monnaie européenne, d’autre part que la valeur de l’euro ne pénalisait que les économies affaiblies par un manque de compétitivité, comme la France, qui voyaient d’un bon œil une « dévaluation compétitive », tricherie pour masquer ses propres faiblesses.

Face à la crise, Jean Claude Trichet a fait la bonne analyse, en mettant en cause les déficits et les dettes des États européens, il n’a cessé de moraliser les mœurs budgétaires et de souhaiter la compression des dépenses. Il a refusé de refinancer les dettes souveraines au niveau de la BCE.

En revanche, sans doute pour faire baisser la pression qu’exerçaient sur lui certains gouvernements (à commencer par le nôtre), il a accepté la création du Fonds Européen de Stabilité Financière, doté d’un capital de quelque 450 milliards d’euros, destiné à porter secours aux États en difficulté. Lors de sa dernière communication au Parlement européen mardi dernier, il a une fois de plus mis les dirigeants politiques devant leurs responsabilités, et ses paroles étaient fortes, même si elles étaient prononcées avec courtoisie.

Toutefois, il a ouvert une nouvelle porte à l’irresponsabilité en déclarant qu’il serait d’accord pour que le FESF (mais évidemment pas la BCE) intervienne sur le marché des liquidités pour les États en coquetterie avec leur dette souveraine. Son successeur, Mario Draghi, franchira-t-il le Rubicon ? Depuis des mois nous tremblons à la perspective d’une inondation monétaire que provoquerait le rachat par la BCE de tout ou partie des dettes souveraines, une solution que les socialistes français apprécient beaucoup !

—-
Sur le web

Un article du site de l’aleps, Libres.org, reproduit avec l’aimable autorisation de Jacques Garello.

 

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • Analyse pertinente et lucide de l’ère Trichet et des pressions qu’exercent les politiques sur les Pdts de la BCE (indépendance?). Malgré tous les reproches qu’on pouvait lui faire, je crains qu’après lui, ce ne soit le déluge… monétaire!

  • « Il a refusé de refinancer les dettes souveraines au niveau de la BCE » jusqu’au 10 mai 2010 ou il est devenu l’un des meilleures clients d’Epson en outrepassant explicitement les regles de la BCE.

    Le coup de mettre les états devant leur responsabilité en devient ridicule, si il avait était rigoureux, n’achetant pas de dette grecques, espagnoles et italiennes, il aurait était en position de faire la morale aux gouvernements, ce n’est pas le cas.

    Et le plombier Mario va faire pire, pour rappelle il est président du FSB …. oui et un l’ancien patron de la branche européenne de Golman …au moment ou la banque aidé la grece a magouiller avec ses comptes.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

Par Elie Blanc.

D’ordinaire, c’est un sujet qui fâche et qui peut vite vous valoir d'être catalogué dans le camp des grands méchants libéraux, fanatiques de l’austérité et nostalgiques du temps où les enfants travaillaient dans les mines. Mais entre le passe sanitaire et les élections qui approchent, la question de la gestion des comptes publics ne fait plus franchement rêver la presse.

Pourtant, la facture du fameux « quoi qu’il en coûte » d’Emmanuel Macron commence à pointer le bout de son nez. Il est utile de préciser que not... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Daniel Lacalle. Un article du Mises Institute

La Banque centrale européenne a annoncé une réduction progressive du programme de rachat d'actions le 9 septembre. On pourrait penser qu'il s'agit d'une idée judicieuse compte tenu de la récente hausse de l'inflation dans la zone euro, qui a atteint son plus haut niveau en dix ans, et de la reprise prétendument vigoureuse de l'économie.

Cependant, il y a un gros problème. L'annonce n'est pas vraiment une réduction progressive, mais simplement un ajustement à une offre nette d'obl... Poursuivre la lecture

Par Franky Bee.

Tout commence lors du débat qui s’est tenu le 28 août dernier entre Rafik Smati et Éric Zemmour.

L’économie ? « Ce n’est pas la priorité », affirmait Zemmour. En face, le président d’Objectif France est tout le contraire de son contradicteur sur ce sujet, à savoir l’un des rares hommes politiques français à avoir développé une véritable réflexion économique dans un monde de hauts fonctionnaires et philosophes, où les projets sur l’économie sont construits à la va-vite à la manière d’un grand bingo des choses cen... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles