Une solution libérale pour l’éducation

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Une solution libérale pour l’éducation

Publié le 9 octobre 2011
- A +

Les libéraux ont des réponses innovantes – réellement innovantes – à apporter face aux échecs du système éducatif.

Par Léo Castellote, Secrétaire Général des Jeunes Libéraux Démocrates

D’abord un triple constat :
1. L’éducation et la formation des citoyens sont fondamentales pour la société de demain.
2. Les moyens qui y sont alloués aux frais des contribuables français sont gigantesques (2ème administration du monde en nombre de fonctionnaires et 1er budget de l’État).
3. Ce gaspillage financier est un échec : le niveau de l’éducation en France est médiocre (1/4 des élèves ont des difficultés à lire en entrant en 6ème et faiblesse des résultats PISA).

Pour remédier à cette situation, nous, les libéraux, avons des réponses innovantes – réellement innovantes – à apporter.

Ainsi, nous proposons d’adapter l’organisation à l’individu plutôt que l’inverse. Nous proposons d’autonomiser très fortement les écoles publiques et de laisser le secteur privé se développer pour que les chefs d’établissement puissent devenir des véritables « chefs d’entreprise » aux pouvoirs beaucoup plus étendus qu’actuellement. Ils seraient ainsi à la tête d’une équipe pédagogique et auraient le pouvoir de recruter et de licencier des professeurs dont on supprimerait le statut de fonctionnaire ainsi que de modifier leurs niveaux de salaire en fonction de leurs résultats. Ils pourraient aussi choisir une orientation ou une spécialisation du programme, permettant à tous les élèves, riches de leur différence, d’exceller dans les domaines qui sont les leurs…

Par le jeu de la concurrence, se dégageraient ainsi les meilleures écoles et donc les meilleurs chefs d’établissement qui pourraient être payés en fonction de leur mérite. De plus, comme dans toute économie de marché, cela permettrait à l’école d’être au service du consommateur, l’élève, ce qui devrait être une évidence mais qui ne l’est malheureusement pas aujourd’hui… Les parents et les adolescents plus tard pourraient choisir l’école qui leur correspond le mieux et ne plus avoir à subir un programme unique qui transforme certaines filières (pro, technique…) en filières-poubelles alors qu’elles pourraient être des filières d’élite composés d’élèves motivés dans ces domaines.

Enfin, pour faciliter la vraie égalité des chances (et non pas des tentatives ridicules d’égalitarisme), nous proposons d’instaurer un chèque-éducation dont les fonds proviendraient de la réduction drastique des gaspillages (en grande partie drainés par des syndicats qui paralysent cette administration) de l’Éducation Nationale. Ce dispositif permettrait en effet aux familles les plus pauvres de choisir l’école la plus adaptée à leurs enfants pour leur assurer la meilleure réussite possible.

En conclusion, je pense qu’il est de notre devoir de nous mobiliser pour changer les choses rapidement si nous ne voulons pas que la France de demain soit définitivement marquée par un échec total de son système d’éducation ! Instaurons le choix et l’autonomie ! Permettons la Liberté !

Voir les commentaires (5)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (5)
  • Pas mal.. certains critiqueront mais ce qui est évident, c’est qu’il faut essayer AUTRE CHOSE… et je parle pour la Belgique….

    Très bon article…

    • Merci beaucoup! Je ne connais pas exactement le système belge mais il est clair que notre modèle ne marche pas!

  • « des syndicats qui paralysent cette administration »

    Ah ! Les fameux syndicats dont les gosses sont les premières victimes..

  • bravo pour vos idées sur l’éducation je les partage complètement il faudrait les promouvoir sur les medias
    une idée: avez vous éssayé carrément Brunet sur RMC ?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Ah vraiment, pendant les vacances de Noël, Jean-Michel de l'Éducation nationale a fait des étincelles : il nous a concocté un protocole sanitaire de derrière les fagots qu'il a très finement fourni aux établissements scolaires au dernier moment et dont la mise en application, aussi précise que bien pensée, a immédiatement remporté un franc succès tant chez les enseignants que chez les élèves et surtout leurs parents.

Manque de bol : après quelques jours d'application studieuse du magnifique ouvrage de Jean-Michel Blanquer et poussé par... Poursuivre la lecture

Par Alexandre Arlin[1. Alexandre Arlin est chef de cabinet au Haut Conseil de l'évaluation de la recherche et de l'enseignement supérieur (Hcéres). Ses propos sont tenus à titre personnel et n'engagent pas l'institution.].

La recherche de la vérité et son lot d’interrogations ont permis l’émergence de principes basés sur l’égalité des droits pour tout homme, femme ou enfant. La vérité permet au peuple d’argumenter face à des dirigeants qui voudraient le duper. La difficulté intervient lorsque dans un flux continu d’informations coexist... Poursuivre la lecture

Par Nathalie Mp Meyer.

Quel parent n’a jamais eu à subir le « syndrome » du professeur absent non remplacé ? Au fil des rentrées scolaires, notre presse régionale égrène la complainte de familles désespérées par les heures d’enseignement que leurs enfants n’auront pas (par exemple en 2019, ou en 2021). Suivent des pétitions en ligne puis des articles dans les grands médias nationaux lorsque la situation devient franchement intenable.

Le rapport de la Cour des comptes épingle les profs absents de courtes durées

Comme le souligne ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles